Le métier #8

 Il y a plusieurs années, je travaillais dans une entreprise et on avait mené des recherches pour composer une collection pour une maison importante. Dans cette collection, on devait, entre autres, incorporer des plumes pour la réalisation des créations. Un défi intéressant. Nous avions trouvé le fournisseur, fait des sélections de plumes utilisables facilement et sans soucis avec les douanes, envoyé des dizaines de photos au client et enfin les plumes furent choisies… Elle étaient sacrément jolies en fait ! Grises, brunes, mouchetées, mignonnes comme tout en réalité.

Nous avons donc réalisé les pièces, fixé les plumes et enfin expédié les pièces auprès du client. Lequel était absolument heureux du résultat. Quelques jours se passent et le service du marketing nous appelle pour avoir des précisions sur les matières utilisées. Et principalement les plumes. Nous expliquons donc le plus sérieusement que ce sont des plumes de dindes. Et là, le service du markéting nous répond, dubitatif, que “certes, les plumes de dindes sont belles mais que ce n’est pas très glamour tout de même. On n’aura qu’à dire que ce sont juste des plumes. Voila, faisons ça, ce sont juste des plumes !”

Cette anecdote me fait toujours sourire, le décalage entre les ateliers et les boutiques est toujours flagrant.

C., joaillier depuis une vingtaine d’années.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *