Forages annoncés à Pikoo (Canada) par la North Arrow Minerals

La North Arrow Minérals est une compagnie d’exploration et d’évaluation minière basée au Canada et spécialisée dans le recherche de gisements diamantifères. Le Pikoo project dont nous parlons dans cet article n’est pas le premier projet de cette société qui a déjà évalué plusieurs sites dans le pays. La North Arrow procède actuellement à l’échantillonnage dans le cadre du Qilalugaq Project (NU) et évalue aussi les zones de Redemption (NWT), du Lac de Gras (NWT), de Mel (NU), de Luxx (NU) et de Timiskaming (ON/QC). Elle n’est donc pas novice dans ce type d’exercice.

En 2013, dans le cadre d’un projet d’exploration dans la zone de Pikoo, dans la région canadienne du Saskatchewan, la North Arrow Minerals a identifié la présence de kimberlites. C’est – pour faire simple – dans cette roche que l’on trouve aujourd’hui une grande partie des diamants présents sur le marché. Les prélèvements dans la zone PK150 ont attesté la présence de diamants dans ces kimberlites, lesquelles ne sont pas toujours diamantifères. Ce sont ainsi près de 800 diamants de 0,1 à 0,85 mm qui ont été découverts dans cette zone d’exploration.

pikoo_mapCarte signalant la zone d’exploration du Projet Pikoo de la North Arrow Minerals. Photo : The North Arrow Minerals

10715086153_a8725323b2_bSur cette photo aérienne, les deux zones d’explorations privilégiées par la compagnie, dont la PK150 dans laquelle plusieurs diamants ont été découverts. C’est aujourd’hui cette zone qui semble la plus intéressante pour une production future. Photo : The North Arrow Minerals

Pikoo Diamonds_+0.85_solid backgroundExemples de diamants découverts dans le cadre des explorations menées. Les plus gros mesurent 0,85 mm. La plupart présentent – comme souvent dans du gisement primaire – une structure intacte. Photo : The North Arrow Minerals

Si je vous parle de cela aujourd’hui, c’est parce que la compagnie a annoncé un programme de forages plus ambitieux à la suite des résultats positifs de l’exploration initiale. Ainsi, cette campagne qui devrait se tenir jusqu’à la fin du mois de mars 2015 envisage donc de descendre à approximativement 3000 m en espérant confirmer les premières estimations. De plus, plusieurs autres lieux de cette zone de recherche devraient se voir échantillonner pour estimer ce qu’ils peuvent produire. Nous en reparlerons dans quelques mois.

Le diamant canadien est aujourd’hui bien présent sur le marché mondial. Le pays mise beaucoup sur cette industrie en espérant que les retours économiques générés depuis quelques années seront pérennes dans l’avenir.

À bientôt !

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *