Un premier symposium sur l’émeraude organisé en Colombie

La Colombie accueillera dans un quelques mois un événement important pour la communauté gemmologique mondiale, et plus précisément pour tous les acteurs de l’industrie et du marché de l’émeraude. En effet, du 13 au 15 octobre 2015 se tiendra à Bogotá un symposium dédié à l’émeraude, son extraction et son commerce. Pour clôturer l’événement, un visite de la célèbre mine de Muzo sera proposée aux participants.

gal-839574Boite en or et émeraudes gravées, travail selon la technique kundan avec une base émaillée, vers 1635. Photo : © Nour Foundation. Courtesy of the Khalili Family Trust

Des intervenants de tous les pays producteurs sont attendus à cette conférence qui s’annonce grandiose. Ainsi les pays suivants seront déjà sûrs d’être représentés : Zambie, Brésil, Russie, Afghanistan, Pakistan et Madagascar. Mais l’invitation des organisateurs est très large puisqu’elle couvre des membres des gouvernements, des acteurs du secteur privé, de la société civile et plus largement des acteurs impliqués dans l’extraction et le travail de l’émeraude. 

D’ailleurs il me faut vous préciser qui sont les organisateurs officiels qui travaillent à la mise en place de cet ambitieux événement :

  • Le Ministère des mines de Colombie
  • L’Agence Nationale colombienne des Industries Minières (ANM)
  • La Fédération de l’Émeraude de Colombie ( Fedesmeraldas)
  • L’Association des Exportateurs d’Émeraude de Colombie (ACODES)
  • L’Association des Exploitants miniers d’Émeraude de Colombie (APRECOL)
  • Et enfin, l’Association des Négociants d’Émeraude de Colombie (ASOCOESMERAL) 

Le congrès se propose d’aborder des sujets très diversifiés permettant de mieux appréhender et de mieux comprendre les différentes interactions qui régissent le commerce mondial de cette pierre : géologie, extraction, gestion des ressources naturelles, lois et conventions internationales, travail des artisans responsables de la transformation des bruts, éducation et formation, origine et traçabilité des gemmes, relations avec les consommateurs, joaillerie, marketing, prix… En somme, une multitude de sujets qui composent la chaîne de vente depuis la mine jusqu’au consommateur final qui achète une pierre colombienne chez son joaillier. Lesquels seront évoqués par des interventions mais aussi par des groupes de travail qui transmettront leurs conclusions à la fin du congrès. 

Le programme des débats, tables rondes et événements est en cours de finalisation et il sera présenté rapidement. Je vous en reparlerai donc. L’objectif d’une telle conférence est de valoriser l’image de cette gemme auprès des consommateurs, mais aussi à terme – on l’espère – d’engager des action afin d’améliorer les conditions d’extraction de cette pierre. Il faut bien reconnaître que cette gemme souffre aussi d’un déficit de confiance des acheteurs en raison des différents scandales liés aux traitements qui lui sont appliqués. Quand on connaît l’intérêt croissant du public pour la valorisation éthique des productions mais aussi celui pour les pierres naturelles et non traitées ou dites bio, ce sont des objectifs louables mais qui seront certainement bien difficiles à mettre en œuvre. Quoi qu’il en soit, souhaitons le meilleur à cette initiative ! 

À bientôt !

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. fiebreverde dit :

    J’ai été faire un tour sur les sites de ces différents organismes officiels et je n’ai trouvé aucune mention de cet évènement… Les dates sont confirmées?

    1. legemmologue dit :

      Bonsoir, cela n’est pas impossible si le programme n’est pas bouclé. Mais d’après les informations que j’ai, les dates sont confirmées. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *