Quand la ferronnerie d’art s’édite !

Une petite digression sur le site pour vous annoncer la sortie d’un très bel ouvrage sur l’histoire de la ferronnerie d’art en Europe au XXe siècle. Ce livre qui paraitra à la fin du mois de novembre se propose donc de vous entrainer à la découverte de cet art parfois méconnu et qui pourtant nous entoure au quotidien.

I make today a little digression compared to my usual topics to talk to you about a nice book published at the end of november 2015 and concerning the history of decorative ironwork in Europe in the 20th century. This project invite you to discover this often unknown decorative art which surround us everyday.

Capture d’écran 2015-11-11 à 09.59.34

Sur la couverture du livre, les ferronneries des escaliers du Petit Palais de Palais par Taillandier et Boyer, vers 1900. On the cover, the decorative ironworks on the Petit Palais’s stairs, by Taillandier et Boyer, circa 1900.

Karin Blanc, l’auteur de ce bel ouvrage, fut attaché culturel auprès de l’ambassade de France à Stockholm. Passionnée par l’art, elle a déjà publié d’autres ouvrages. Avec ce livre, elle vous entraine à la découverte d’artistes importants qui ont révolutionné la pratique du métier de ferronnier d’art.

The author of this nice book, Karin Blanc, was during a long time cultural attaché at the France Embassy in Stockholm. Passionated by artworks, she has already published different other books. With this one, she invites you to discover important artists who have changed for a long time the face of the ironwork in Europe.

En effet, au tournant du XIXe siècle où la fonte a pris un essor incroyable, on assiste à une importante renaissance de cette technique. Si le métier ne s’était pas perdu, il subit à partir des années 20 des évolutions avec l’apparition de la soudure autogène. (Les bijoutiers et joailliers comprendront aisément, mais redéfinir ce terme me semble important, nda)

La soudure autogène est une opération de soudure qui consiste à assembler directement deux pièces, soit par soudure (au chalumeau) et avec des métaux d’apport de même nature, soit par pression ou martelage, sans apport, des métaux portés à l’état pâteux.

In fact, the 19th century was the one of the cast. But with the beginning od the 20th century, we can see an important rebirth about ironwork. If this occupation wasn’t lost, this one will change from the 20s with the new autogenous weld. (If jewelers understand this technical expression, I think it’s good for readers to write here the definition, note from the author)

The autogenous weld is an intervention that involves to put together two pieces, either by weld (with welding torch) and with same metal as pieces, or by pressure / hammering of pieces but without metal provision.

Ainsi, au travers de riches illustration, vous vous plongerez dans la ferronnerie d’architecture, celle qui va enrichir les immeubles, nos banques, les paquebots, les grands magasins, les postes… et bien d’autres ! Parmi les artistes dont le livre retrace l’histoire : les frères Bergue, Nics ou encore Schenck, Louis Dalbet, Charles Piguet, Jean Prouvé…

Édité par la maison Monelle Hayot, le livre compte 672 pages et plus de 1000 illustrations et coutera 200 €. D’avance bonne découverte et bonne lecture !

So, through impressive pictures, you will learn many things about the historical arcitecture ironwork, the one which adorns our buildings, banks, boats, department stores…etc. The author is pleased to introduce you the great names related to this art : Bergue Brothers, Nics Brothers, Schenk Brothers, Louis Dalbet, Charles Piguet, Jean Prouvé ans so many others.

This book is published by Monelle Hayot, 672 pages, more than 1000 pictures, 200 €. a good idea for Christmas !

À bientôt !

See you soon !

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. gemschoice dit :

    J’ai pu parcourir ce très beau livre ce dernier dimanche lors du Salon du Patrimoine au carroussel du Louvre où des ferroniers d’art étaient présents.

    1. legemmologue dit :

      Ce salon était magnifique 🙂

  2. Apameh SEYED dit :

    Bonjour,
    Je suis architecte et ai besoin de contacter madame Karin Blanc concernant un travail d’étude sur les ferronneries iranienne. Savez vous si il est possible de la contacter par mail ou par téléphone?
    Merci d’avance pour votre réponse

    1. legemmologue dit :

      Bonjour, je n’ai malheureusement pas ses coordonnées. Peut-être en cherchant directement sur Google… Bonnes recherches.

    2. Karin Blanc dit :

      Monsieur, je suis l’auteur du livre “Ferronnerie en Europe au XXe siecle” et on vient de me signaler votre message. Vous pouvez consulter le livre à la librairie Galignani rue de Rivoli. Vous pouvez aussi me joindre au 01.45.67.40.93. Cordialement, Karin Blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *