A l’ombre du diamant

Il y a des livres qu’on lit une première fois, puis une deuxième… Des livres que l’on referme en se disant qu’il faut les lire car ils ont le mérite de raconter un autre versant de ce qu’est le commerce des pierres gemmes. C’est le cas avec cet ouvrage “À l’ombre du diamant” qui vous emmènera en Afrique, en Asie ou plus près, en Suisse, sur les pas du diamantaire Jean-Baptiste Mayer qui vous parle avec franchise de son secteur professionnel en particulier.

Sometines, you read books a first time, then a second time… And after that, you are convinced that many people must read these books. I think that it’s the case with the book “À l’ombre du diamant” written in french by the diamonds and gemstones dealer Jean-Baptiste Mayer. Through a journey from Africa to Asia, read and discover how gemstones hunting is certainly really different from what you think and how this one can be highly dangerous and in some cases far from moral…

3

Car oui, tout n’est pas parfait et tout n’est pas parfaitement propre dans ce domaine particulier. Oui, nombre de négociants en pierres ne peuvent que ce reconnaitre dans certaines des situations et anecdotes décrites. Nul doutes que ce livre ne fera pas plaisir à tout le monde et qu’il ne laissera personne indifférent.

J’aurais pu ignorer ce livre et le laisser de coté. Mais il m’avait suffisamment plu pour avoir envie de vous en parler et surtout pour avoir envie de réaliser une interview de son auteur. Je ne vous en dis pas plus. Il vous faudra acheter le livre et le lire.

En attendant, je vous propose donc de partir à la rencontre de Jean-Baptiste au travers d’un échange autour de son ouvrage.

Because, yes, all is not perfect in the jewelry industry and particularly in gemstones. I’m sure many gems dealers could recognize themselves in some situations and anecdotes. And I’m sure, too, that this book won’t please everybody.

I could have decided to ignore this book. But I loved to read it and I want to speak you about it. And, I was curious to meet the author and to make an interview with him. So, I don’t tell you more, you can buy the book (in french) here. And, in the meantime, I invite you to meet Jean-Baptiste :

1-Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Can you introduce yourself to our readers ?

Je suis ce que l’on appelle un négociant en diamants et pierres précieuses. Je suis français résidant en Suisse depuis 1999 où je suis aussi basé dans la discrétion toute helvétique qui me convient à merveille.

I’m a diamonds and gemstones dealer. I’m french but I live in Switzerland since 1999 where I find Swiss discretion highly pleasurable.

1

Merelani Hills, Tanzanie / Tanzania. Photo : JB Mayer

2-Quel est votre parcours professionnel ? What is your professional career ?

J’ai commencé dans le courtage de diamants à Anvers avant de voler de mes propres ailes avec des diplômes de l’IGI et une spécialité dans le diamant brut, ce qui m’a conduit à pratiquer le négoce aussi bien dans des zones hostiles comme la Sierra Leone ou le Liberia que dans des bureaux sécurisés ou dans des hôtels, de Genève à Dubaï, en passant par New York, Hong Kong ou Singapour. Bref, quand même une vie d’errance avec en plus des déviations vers certaines pierres de couleurs comme la Tourmaline qui est devenue ma pierre préférée, tant pour sa diversité de couleurs que pour sa beauté originelle, ou encore pour son pouvoir à faire scintiller les yeux des élégantes qu’il me plait de fréquenter.

I have began in diamond business in Antwerp, then after IGI diplomas I have decided to employ myself. So I have worked in unfriendly places as Sierra Leone or Liberia, in secured offices or in hotels from Geneva to Dubaï, via HK, Singapore… So, a nomadic life. Many years ago, I decided to work with colored gemstones as Tourmaline. it’s now my favorite stone for many reasons : natural beauty, incredible natural colors and of course for its attrative power on sophisticated women that I love to meet…

3-Pourquoi avoir décidé l’écriture de ce livre qui risquait de faire polémique ? Why have you decided to write this contreversial book ?

Parce que personne n’avait jamais osé le faire et que j’ai un gout particulier à sortir des zones de confort pour repousser mes limites personnelles. Des journalistes d’investigations ont écrit des choses instructives, mais leurs points de vue restaient des points de vue extérieurs, aussi objectifs étaient-ils. On peut écrire un bon papier ou réaliser un reportage pertinent sur ce qui se passe au fin fond d’une mine en Afrique ou dans une salle des ventes, mais y aller en solitaire pour y acheter des pierres, c’est tout de suite d’une autre dimension. Les risques ne sont pas les mêmes, la pression non plus, les interlocuteurs se moquant alors bien d’apparaître sous un bon jour. Le but des parties en présence est uniquement d’engendrer du profit, parce que nous ne sommes ni des touristes, ni des amateurs, ni des rêveurs. Nous sommes des professionnels à qui il n’est même pas permis de rêver, faute d’erreur, et de sanction immédiate qui va toucher lourdement le portefeuille, surtout pour un frondeur indépendant comme moi.

Because nobody dit it ! Never. And, I love to leave confort zones and to reject my own limits. Some investigative journalists have writen many and different instructive articles. But they were not from this industry and their poins of view, even if there were the most objective, were external. It’s possible to write good articles about mining in Africa, auctions… But, it’s completely different to go alone to buy stones. Chances and presure are not the sames. Danger is quite everywhere and representatives doesn’t care to show not their best sides. The only goal is to make money. We are not tourists, amateurs or dreamers. We are professional and we cannot lost money especially for a independant dealer as me.

4-Quels sont les retours de la profession à votre égard? Do you know how jewelry industry think about your book ?

Pour l’heure, c’est mitigé. A ma grande surprise, de discrets mais très puissants soutiens me sont déjà parvenu. D’autres attendent de voir comment le vent tourne. Rien d’étonnant là-dedans. Souvenez-vous comment Martin Rapaport a été traité lorsqu’il a publié sa fameuse liste de prix pour la première fois. Aujourd’hui, la profession s’incline à ses pieds. Splendeurs et misères de la nature humaine. Ceci dit, je n’ai pas cette prétention et aucun gout à drainer les foules. En fait, cela m’amuse beaucoup car je m’en moque copieusement. L’avis de ma petite clientèle de connaisseurs m’importe davantage, et eux, ils sont unanimes. Ils ont adoré mon livre. Et le grand public qui commence à le découvrir aussi. Bref, les gens qui me nourrissent me soutiennent avec la sincérité du cœur, alors que demander de plus ?

I will be honest, for the moment, it’s mitigated. But, surprinsingly, I received some discreet but powerful moral supports. Others wait how the wind will turn for me. It’s not surprising. Do you remember how Martin Rapaport was treated when he published his prices list for the first time ? Now, jewelry industry cannot imagine to work without it. Human nature is changing. But, finally, I don’t care about what people think. Maybe I can say I find that funny. My customers (who are connoisseurs) have loved the book and support me. And general public begin to discover it by word to mouth. What could I request more ?

5-J’ai le sentiment que ce métier n’est pas vraiment compréhensible si on est à l’extérieur. Est-ce aussi votre sentiment ? I think it’s difficult for general public to understand our industry. Have you the same point of view ?

Bien sur. On ne peut pas comprendre ce que l’on ne connaît pas. Je n’aurais pas non plus la prétention de dire que mon livre apporte toutes les lumières compréhensibles aux métiers de la joaillerie mais il y contribue généreusement, même si il y contribue avec le parti pris du marchand que je suis. Je ne suis ni journaliste ni écrivain. Rappelons-le.

Of course, it’s quite impossible to understand something we don’t know. So, I’m not pretentious and my book doesn’t give all the keys to understand our jobs. But it helps. Even if it’s with my gemstones dealer point of view. I remind I’m not journalist or writer.

6- « Blood diamond », « Diamant noir »…, votre livre comme plusieurs articles de presses, autant de récits qui parle aussi de l’absence d’éthique qui existe dans l’industrie de la joaillerie. Il ne faut pas être complètement naïf sur ce métier. J’essaye néanmoins de me convaincre que l’on peut être parfaitement informé de ce que l’on achète et de la provenance des marchandises. Atteindra-t-on un jour la transparence absolue pour laquelle militent les ONG et certaines institutions reconnues comme le RJC ? “Blood diamond”, “Diamant noir”, your book as many articles which talk about the lack of moral in this industry. We are not naive. But I try to convinced myself that it’s possible to know what we buy. Do you think, one day, we will attain the transparency for what campaign for some NGOs and recognized organizations like RJC ?

Je ne crois pas au Père Noel. Les campagnes de communication des uns et des autres qui nous disent à qui mieux-mieux qu’ils lavent plus blanc que blanc, ça finit par m’agacer à la longue car c’est tombé dans le type de communication abusif de l’ère soviétique. Ce n’est plus du marketing ou de la communication de crise. C’est la messe du dimanche à laquelle les fidèles préfèrent assister au bistrot. On a vu à quoi ça a mené. On nie des évidences pour attirer le grand public qui a d’autres aspirations, d’ordre purement économiques, mais aussi et surtout pour répondre favorablement aux professionnels du désordre que sont les ONG. L’élégance, et surtout l’efficacité, seraient peut-être simplement de se taire car certifier haut et fort que l’on contrôle l’incontrôlable relève de l’utopie. La vérité est que tout n’est pas tout blanc, certes, mais la vérité est aussi que tout n’est pas tout noir non plus. Un monde parfait n’existera jamais. Je le répète : c’est de l’utopie. Vous connaissez un monde parfait, vous, un monde où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ?

I don’t believe in Santa Claus. Communication campaigns that tell us they wash whiter than white, it’s not true. It’s just marketing or crisis communication if you prefer. They deny the obvious to attract the general public who has other aspirations, purely about economic order, but also and especially to answer positively to the professionals of disorder such as NGOs. The elegance and above efficiency, might be simply to shut up because certify loudly that we control uncontrollable is impossible. The truth is that everything is not all white, of course, but the truth is that all is not black either. A perfect world will never exist. I repeat: this is utopia. Do you know a perfect world ? A world where everyone is beautiful, everyone is nice ?

7- J’ai apprécié votre livre et j’ai apprécié sa franchise. Je connais mon métier et ses zones d’ombres, il ne m’a donc pas choqué. Envisagez-vous d’écrire à nouveau ? I loved your book and I liked its honesty. I know my industry, I read many articles and I’m not offended by this one. Do you thin to write again, later ?

Je serais tenté de me lancer sur les traces du « Saoudi », le diamant bleu de 50 Carats qui a été volé au Prince Faisal bin Fahd dans l’enceinte même du palais royal à Riyad, par un prétendu jardinier thaïlandais. Le sujet est fascinant et pourrait faire l’objet d’un livre à succès, surtout qu’on suppose maintenant ce diamant –à tort ou à raison- entre les mains d’un puissant de ce monde dont je préfère taire le nom. Par contre, je sais aussi que tous ceux qui ont tenté de s’approcher de ce diamant volé ont tous fini précocement avec du plomb dans le ventre, quand ils ont eu la chance de ne pas être salement torturés. Et ils sont très nombreux, y compris des émissaires du Prince Saoudien. Alors le jeu en vaut-il la chandelle ?

I will interested to investigate about the Saoudi, the 50cts blue diamond stealed to the Faisal bin Fahd Prince in his palace at Riyad, by a supposed thai gardener. This story is fascinating and could begin a succees book. Some people say this gems is now the property of a really powerful man… Right ? False ? I don’t know. But, I know that all people who have try to find this stone were killed or tortured. Even the ones who worked directly for the Prince. So… wait and see…

À bientôt !

See you soon !

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. eric boyer dit :

    Merci pour cette belle présentation!
    Je vais m’offrir ce livre.

    1. legemmologue dit :

      Le livre est très intéressant, à lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *