Une bague offerte par Napoléon vendue chez Osenat

C’est un bien joli bijou qui s’est vendu il y a quelques semaines à Fontainebleau, chez Osénat, maison de ventes aux enchères largement spécialisée dans les souvenirs des Premier et Second Empires.

Few weeks ago, the French auction house Osenat has sold a really nice and rare ring. This house is highly specialized in memorabilia from the First and the Second Empires.

Caroline du Colombier

Le 26 mars dernier, la maison a adjugé, pour un peu plus de 36,000 €, une rare bague en or contenant sous verre une ciselure en ivoire d’une grand raffinement. On sait beaucoup de choses sur cette pièce mais surtout qu’elle fut remise par l’Empereur Napoléon Bonaparte à Caroline du Colombier qui fut – peut-être- son premier amour de jeunesse. Retour sur cette histoire !

The last March 26, the house has sold for more than € 36k, a rare gold ring with a lovely hand carved ivory scene. We know many things about this jewel and especially this one was gave by Emperor Napoleon Bonaparte to Caroline du Colombier, who was certainly his first love.

Lors de son affectation à Valence, le jeune Bonaparte fut reçu par la bonne société du secteur dont Mme du Colombier qui avait deux filles : Charlotte dite Caroline et Marie-Madelaine. On sait aussi qu’il fut invité dans la propriété de campagne de la famille à Basseux. Dans ses souvenirs, à Saint-Hélène, l’empereur parle de ses rendez-vous avec Caroline : “On n’eut pas su être plus innocents que nous , je me souviens encore d’un matin piquant, au milieu de l’été, au point du jour , on le croira avec peine, tout notre bonheur se réduisit à manger des cerises ensemble.”

During his position in Valence, the young Bonaparte met high society and he linked more closely with Mme du Colombier and her two daughters : Charlotte know as Caroline and Marie-Madelaine. He was invited in the country house in Basseux. In his memories, during the Saint-Helena exil, Bonaparte wrote about his appointments with Caroline : “We were really candid, I remembered a cold morning, in summer, at the dawn, when we were just happy to eat together cherries.”

Détail de la ciselure en ivoire. A close view of the carved ivory. Photo : Osenat

Caroline, devint par la suite Mme de Bressieux et entretiendra avec lui une longue correspondance. Plus de 25 ans plus tard, il lui remet cette bague pour sa soeur Marie-Madelaine devenue Mme Regnault de la Rive et propriétaire de la maison de Basseux en souvenirs des moments qu’il a passé dans ce lieu. Raffinement ou allusion voulue par l’Empereur, la scène contenue dans la bague représente des personnages mangeant des cerises…

Caroline will become later Mme de Bressieux and will maintain with him a friendly relationship. More than 25 years later, he will give her this ring for her sister, Marie-Madelaine became Mme Regnault de la Rive and owner of the Basseux’ house, as a memory of the sweet times in this place. Is it a refinement or an illusion wanted by Napoleon, but the scene in the ring depicts people eating cherries…

Ce bijou est resté dans la descendance de Mme de Bressieux. Soit sa soeur lui a demandé de la conserver soit elle a décidé de la garder par attachement à l’Empereur. En souvenir du bon vieux temps, en somme…

This ring was kept by the descent of Mme de Bressieux until today. Maybe her sister asked her to keep the ring to she has herself decided to preserve it. Like in the good old days… 

À bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *