La Maison Dior revient aux Arts Décoratifs de Paris

1987. C’est la date de la dernière retrospective française qui avait été consacrée à la maison de haute couture Christian Dior, fondée en octobre 1946 et dont le premier défilé en 1947, avec les modèles New Look, a profondément marqué et modifié l’image même de l’élégance féminine.

1987. It was the date of the last French retrospective that was focused to the haute couture house Christian Dior, founded in October 1946 and whose first fashion show in 1947 with the New Look models, profoundly marked and changed the image of feminine elegance.

Ensemble Bar, collection Haute Couture printemps-été 1947, ligne Corolle. Ensemble Bar, collection Haute Couture spring-summer 1947, line Corolle. Photo : Musée des Arts Décoratifs de Paris

C’est donc une exposition événement que le musée des Arts décoratifs de Paris, sous le commissariat de Florence Müller (Historienne de la mode, enseignante, consultante, auteur et – depuis 2015 –  Directrice du département « textile et mode » du Denver Art Museum en 2015) et Olivier Gabet (Historien et Conservateur des Arts décoratifs de Paris), propose au grand public à partir du 5 juillet 2017.

The Museum of Decorative Arts in Paris, under the curation of both Florence Müller (Fashion historian, teacher, consultant, author and – since 2015 – Director of the textile and fashion department of the Denver Art Museum In 2015) and Olivier Gabet (Historian and Curator of the Decorative Arts of Paris), offers a magnificent exhibition to the general public from the 5th July 2017.

Raf Simons pour Christian Dior, haute couture automne-hiver 2012. Raf Simons for Christian Dior, haute couture fall-winter 2012. Photo : Musée des Arts Décoratifs de Paris

Durant six mois, le musée vous propose de pénétrer dans l’intimité d’une maison enracinée dans le patrimoine de la mode. Illustrations, croquis, photographies, robes, bijoux, parfums ou encore chaussures vous permettront de mieux saisir l’histoire de cette maison mondialement connue où ont exercé les plus grands créateurs à l’image de Yves Sainte-Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galiano, Raf Simons et aujourd’hui Maria Grazia Chiuri. L’exposition qui s’étendra sur plus de 3000 m² occupera pour la première fois dans l’histoire du musée, les espaces dédiés à la mode et la magnifique nef du bâtiment.

During six months, the museum will propose to you to discover the privacy of a house rooted in the French heritage of fashion. Illustrations, sketches, photographies, dresses, jewelery, perfumes and shoesr will allow you to better understand the history of this worldwide renowned house where the greatest designers have worked, such as Yves Saint-Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galiano, Raf Simons and today Maria Grazia Chiuri. The exhibition, which will cover more than 3000 m², will take place for the first time in the history of the museum, spaces dedicated to Fashion and the magnificent nave of the museum.

Yves Saint Laurent pour Christian Dior, robe Bonne Conduite. haute couture printemps- été 1958, ligne Trapèze. Yves Saint Laurent for Christian Dior, Bonne Conduite dress. Haute-couture spring-summer 1958, line Trapèze. Photo : Musée des Arts Décoratifs de Paris

Quand Christian Dior lance sa première collection en 1947, au sortir de la deuxième guerre mondiale, il le fait avec panache. Après des années de pénuries, il exige de ses fournisseurs des mètres et des mètres de tissus et réinvente une femme élégante qui porte des vêtements aux coupes précises et ajustées : les seins sont magnifiés, les épaules douces mais bien présentes, la taille marquée et les jupes en corolles libèrent les hanches et fluidifient la marche. Dans le même temps, il demande aux meilleurs artisans des broderies remarquables pour agrémenter les modèles et ainsi faire oublier des années difficiles qu’ont connu les maisons de couture sous l’Occupation. A sa mort en 1957, il laisse un héritage qui se perpétue encore aujourd’hui et dont le tailleur est peut-être le plus emblématique.

When Christian Dior launched his first collection in 1947, at the end of the Second World War, he did it with panache. After years of shortages, he asks for meters and meters of fabric from his suppliers and reinvents an elegant woman who wears precise and fitted cuts: the breasts are magnified, the shoulders are soft but well present, the size is marked and the skirts in corollas release the hips and fluidify the walking. At the same time, he asks the best craftsmen for their embroideries to embellish the models and thus to forget the difficult years that all the couture houses underwent during the Occupation. When he died in 1957, he left an inheritance that is still perpetuated today and whose tailor is perhaps the most emblematic.

Christian Dior, robe Opéra bouffe, haute couture automne-hiver 1956, ligne Aimant. Christian Dior, Opéra bouffe dress, haute couture fall-winter 1956, line Aimant. Photo : Les Arts Décoratifs de Paris

L’exposition s’attache aussi à retracer son enfance à Granville et son amour pour l’art, lui qui sera dans sa première vie directeur d’une galerie ave ses amis Jacques Bonjean et Pierre Colle.

The exhibition also  explores his childhood in Granville and his love for art. Dior was in his first life the director of a gallery with his friends Jacques Bonjean and Pierre Colle.

Cette exposition événement sera à découvrir jusqu’en janvier 2018. Malgré l’absence de la joaillerie, car celle-ci ne faisait pas partie de la maison à sa création, je vous encourage à aller la découvrir. C’est une occasion unique de mieux comprendre l’ADN de la marque mais aussi de mieux saisir ce qui inspire l’équipe de création joaillerie dirigée par Victoire de Castellane dont les collections nous enchantent années après années. A ce sujet, la semaine de la mode approche et j’ai déjà hâte de voir ce que la maison nous proposera ! Je n’avais pas été déçue cet hiver avec les opulentes montres mystérieuses serties d’opales, j’attends donc patiemment de découvrir la nouvelle collection… dont je vous reparlerai !

This exhibition will be on display until January 2018. Despite the absence of jewelery, because it was not part of the house at its creation, I encourage you to go and discover it. This is a unique opportunity to better understand the brand’s DNA and what inspires the jewelery creation team headed by Victoire de Castellane whose collections delight us year after year. At this subject, the fashion week is approaching and I can not wait to see what the house will offer! I had not been disappointed this winter with the opulent mysterious watches featuring impressive opals, so I patiently wait to discover the new collection … about I will talk to you!

John Galliano pour Christian Dior. Ensemble Shéhérazade, haute couture printemps-été 1998. John Galliano for Christian Dior. Ensemble Shéhérazade, haute couture spring-summer 1998. Photo : Les Arts Décoratifs de Paris

En attendant, retenez bien cette exposition et allez la voir. Je suis sûre que vous ne le regretterez pas !

In the meantime, remember this exhibition and  find time to discover it. I’m sure you will not regret this choice !

Musée des Arts Décoratifs de Paris

Du 5 juillet 2017 au 5 janvier 2018 / July 5, 2017 to January 5, 2018

Du mardi au dimanche de 11h à 18h (jeudi 21h) / Monday – Sunday 11am to 6pm (Thursday 9pm)

Entrée plein tarif à 11€

À bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *