Vente Chiswick, Londres, le 15 mai 2018

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Pour trouver des pépites, il ne faut pas regarder seulement vers les grandes maisons de ventes qui trustent un peu le marché. Non, pour cela il faut aller voir un peu plus loin et ouvrir un nombres importants de catalogues. Aussi, quand la maison londonienne Chiswick m’a contacté pour me présenter sa vente du 15 mai 2018, j’ai trouvé le catalogue aussi intéressant qu’éclectique car – et c’est rare en cette période de grandes ventes – il y en a pour tous les prix et tous les gouts. Enfin, la vente offrira des pièces rares et absolument charmantes aux acheteurs du monde entier. Dont vous, peut-être !

To find spankers, do not look only to the big auction houses that trust a lot the market. No, for that you have to go a little further and open a large number of catalogs. Also, when the London house Chiswick contacted me to present me its sale of May 15, 2018, I found the catalog as interesting as eclectic because – and it is rare at this period of big sales – there are jewels for all prices and all tastes. Finally, the sale will offer rare and absolutely charming pieces to buyers around the world. And why not you, maybe !

Aussi m’a-t-il fallu faire un choix pour sélectionner les cinq pièces qui m’ont le plus plu et j’ai eu envie de vous proposer des choses très différentes. J’aurai pu vous montrer les pièces art nouveau ou les bijoux inspirés de la Renaissance comme par l’Egypte. Sans oublier le corail car le catalogue est richement doté de pièces italiennes de la fin du XIXe que je trouve particulièrement ravissantes. Mais mon choix s’est porté sur des signatures et sur une pièce Boivin datant de son vivant et très loin du style Boivin que l’on connait bien désormais. Je vous propose donc de découvrir ma sélection et j’espère qu’elle vous donnera envie !

So I had to make a choice to select the five pieces that I liked the most and I wanted to offer you very different things. I could show you the art nouveau pieces or the jewels inspired by the Renaissance as by Egypt. Not to forget the coral because the catalog is richly endowed with Italian pieces of the late nineteenth that I find particularly beautiful. But my choice was on signatures and a Boivin jewel dating from his lifetime and very far from the Boivin style that we know well now. I propose you to discover my selection and I hope you will like it !

chiswick

Lot 61 : Je crois que je pourrai parler des bijoux de deuil durant des heures tant ceux-ci me plaisent et me fascinent. A l’heure où presque 50% des mariages finissent par un divorce, ces bijoux me rappellent que des couples ont su s’aimer durant de très longues années. Aussi, j’aime à les voir, à les manipuler et à les déchiffrer. Cette adorable bague date du XVIIIe siècle (vers 1700/1750) et est en or jaune. Estimation entre 500 et 700 £. I think I will be able to talk about mourning jewels for hours as I like and fascinate them. At a time when quite 50% of weddings end in divorce, these jewels remind me that couples have known how to love each other for very long years. Also, I like to see them, to manipulate them and to understand them. This adorable ring dates from the 18th century (circa 1700/1750) and is in yellow gold. Estimate between £ 500-700. Photo : Chiswick Auction

chiswick

Lot 92 : ils sont rares les colliers de perles fines de ce type car ils ont souvent été démontés. De plus, ils sont devenus fragiles avec le temps et sont très souvent en mauvais état. Aussi quand j’en vois un aussi bien conservé, présentant un vrai beau motif et des perles de tailles très respectables, je ne peux pas éviter de le montrer. Celui-ci, plus particulièrement, est un vrai bel exemple des pièces produites au XIXe siècle. Il nécessitera une restauration pour être porté à nouveau et j’espère qu’il le sera ! Estimation entre 250 et 350 £. They are rare pearl necklaces of this type because they have often been dismantled. In addition, they have become fragile over time and are very often in poor condition. Also when I see one as well preserved, presenting a real beautiful pattern and pearls of very respectable sizes, I can not avoid showing it. This one, more particularly, is a real fine example of the pieces produced in the 19th century. It will require a restoration to be worn again and I hope it will be ! Estimate between £ 250-350. Photo : Chiswick Auction

chiswick jean despres

Lot 160 : Jean Després se fait rare dans les ventes françaises et c’est vraiment dommage. Aussi quand je le retrouve à Londres, j’en suis ravie ! Connaissez-vous cet artiste indissociable du machinisme, ce mouvement artistique qui intègre la machine à la peinture, qui fut un grand monsieur de la bijouterie contemporaine française ? Né en 1889 à Souvigny, il entre en apprentissage à Paris l’année de ses 16 ans. Il fréquente assidûment Montmartre et le Bateau-Lavoir où il rencontre Georges Braque, Pablo Picasso et Amedeo Modigliani qui deviennent ses amis. Il se passionne pour le cubisme et intègre progressivement des pièces mécaniques à ses bijoux. Rejoignant ainsi des artistes comme Kukpa ou Léger qui embrassent cette tendance dans les peintures. Ce pendentif en argent et calcédoine bleu est un bel exemple de son travail. Réalisé vers 1925, il est estimé entre 1500 et 2000 £. Jean Despres is rare in French sales and it’s a shame. So when I see his jewels in London, I’m delighted ! Do you know this artist inseparable of the machinery, this artistic movement that integrates the machine with the painting, which was a great name of the contemporary French jewelry ? Born in 1889 in Souvigny, he entered apprenticeship in Paris the year of his 16th birthday. He frequented assiduously Montmartre and the Bateau-Lavoir where he met Georges Braque, Pablo Picasso and Amedeo Modigliani who became his friends. Passionated about cubism, he gradually integrated mechanical parts to his jewelry. Joining artists like Kukpa or Léger who embraced this trend in paintings. This pendant in silver and blue chalcedony is a fine example of his work. Realized around 1925, it is estimated between £ 1.5-2k . Photo : Chiswick Auction

chiswick

Lot 234 : parfois les pièces ne sont pas signées et c’est dommage. Mais impossible de ne pas vous présenter cette petite merveille fin Art nouveau, début Art Déco en or, diamants et rubis synthétique (mais cela est particulièrement courant à l’époque). Si on connait quelques beaux exemples, ce motif n’est pas le plus courant néanmoins. Et avec un diamètre de presque 5 cm, elle est loin d’être petite. C’est un vrai beau bijou ! Estimation entre 450 et 650 £. Sometimes the pieces are not signed and it’s a pity. But it’s impossible not to present you this little wonder between Art Nouveau & Art déco periods in gold, diamonds and synthetic ruby ​​(but this is particularly common at the time). If we know some beautiful examples, this pattern is not the most common nonetheless. And with a diameter of almost 5 cm, it is far from small. It is a real beautiful jewel ! Estimate between £ 450-650. Photo : Chiswick Auction

chiswick Boivin

Lot 258 : Terminer avec un Boivin. Bien évidement. Mais un bijou Bovin du vivant de l’artiste. Et c’est ce qui rend ce bijou extrêmement rare ! Je lui souhaite donc un beau destin, car il le mérite amplement. Réalisé en or et jade néphrite, on note deux pampilles manquantes (peut-être ont-elles servi pour une paire dé boucles d’oreilles, ce qui ne serait pas étonnant quand on connait la vie des bijoux…), cette pièce date de 1911 soit cinq ans avant le décès de son créateur. Réalisée dans un style japonisant très en vogue à cette époque, cette pièce reprend une grande partie des codes Art nouveau mais présente une vrai influence Art déco. La pièce présente tous les poinçons réglementaires et s’accompagne d’un certificat de Françoise Cailles. Si on ne connait pas son destin exact, on sait que cette pièce est conservée dans une collection privée depuis les années 50. Estimation entre 2000 et 3000 £. Finish with a Boivin. Of course. But a Boivin jewel during the lifetime of the artist. And that’s what makes this jewel extremely rare ! I wish it a beautiful destiny, because he amply deserves it. Made in gold and jade nephrite, there are two missing drops buds (maybe they were used for a pair of earrings, which would not be surprising when you know the life of jewelry …), this piece dates of 1911, five years before the death of its creator. Made in a Japanese style very popular at that time, this piece takes a lot of Art Nouveau codes but has a real Art Deco influence. The piece has all the regulatory marks and was certified by Françoise Cailles. If we do not know its exact destiny, we know that this piece is kept in a private collection since the 50s. Estimate between 2000 and 3000 £. Photo : Chiswick Auction

À bientôt !

See you soon !

 

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.