(2/2) Un précieux weekend à Genève : Christie’s

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Comme promis, après la sélection dans le catalogue Sotheby’s, je me penche sur celui de la vente Christie’s. Premier constat, les deux catalogues sont à peu prés similaires en contenu : les diamants incolores comme les diamants de couleur sont plus que nombreux ; les belles provenances sont présentes mais elles restent anonymes et c’est assez dommage ; enfin, les signatures recherchées ont été largement rassemblées avec du René Lalique, du Boivin, du Belperron mais aussi des pièces beaucoup plus rares comme du Falguieres par exemple. S’ajoutent de remarquables pierres de couleurs avec des saphirs, des rubis et des émeraudes de la plus belle qualité. Dans l’ensemble, c’est un catalogue contenant moins de surprises et néanmoins parfaitement constitué. Voila qui ne devrait pas décevoir les acheteurs qui seront certainement nombreux lors des deux jours de ventes. J’ai eu envie de me concentrer sur des matières que j’apprécie et des designers dont le travail me plait à chaque fois comme Donald Claflin pour Tiffany & Co. par exemple. Je vous invite donc à me suivre !

As promised, after the selection in the Sotheby’s catalog, I look at Christie’s sale. Firstly, the two catalogs are roughly similar in content : colorless such as colored diamonds are more than numerous ; the beautiful provenances are present but they remain anonymous and it’s sad, even if I understand the sellers ; finally, the sought-after signatures have been widely gathered with René Lalique, Boivin, Belperron but also much rarer pieces such as Falguieres for example. In addition, there are remarkable colored stones with sapphires, rubies and emeralds of the finest quality. Overall, it’s a catalog with fewer surprises and yet perfectly formed. This should not disappoint buyers who will certainly be many during the two days of sales. I wanted to focus on subjects that I like and designers whose work delights me every time like Donald Claflin for Tiffany & Co. for example. I invite you to follow me !

christie's, chrysoberyl

Lot 90 : force est de constater que les chrysobéryls oeil-de-chat continuent de plaire et présentent toujours des prix très élevés. Ce lot de quatre pierres en provenance d’une collection privée se compose comme suit : 22.46, 20.53, 16.10 et 10.21 carats. Ils sont, tout les quatre, certifiés naturels, non traités et provenant du Sri Lanka par la SSEF. Estimation entre 80,000 et 120,000 $. It is clear that cat-eye chrysoberyls continue to please and still have very high prices. This set of four stones from a private collection is composed as follows: 22.46, 20.53, 16.10 and 10.21 carats. All four are certified natural, untreated and sourced from Sri Lanka by the SSEF. Estimate between $ 80-120k. Photo : Christie’s

christie's, Donald claflin

Lot 104 : j’ai toujours trouvé enthousiasmant le travail de Claflin pour Tiffany & Co. Cette broche en déroge donc pas à la règle qui prévaut chez moi. Cette broche des années 70 se compose d’or, de tourmalines, de turquoises, de diamants et de corail. Estimation entre 30,000 et 50,000 $. I have always found Claflin’s work for Tiffany & Co. exciting. This brooch is no exception to the rule that prevails here. This 70s brooch is made of gold, tourmaline, turquoise, diamonds and coral. Estimate between $ 30-50k. Photo : Christie’s

christie's, boucheron

Lot 150 : le style rétro, les bracelets et les montres tank, voila une époque certes révolue et pourtant qui a donné des bijoux avec une identité tellement forte qu’on ne peut pas les ignorer. Ce bracelet Boucheron vers 1937 est une très belle réalisation de la maison, d’autant plus qu’il est en parfait état. Il est en or, diamants et saphirs. Estimation entre 80,000 et 120,000 $. The retro style, the so-called tank bracelets and watches, here is a time certainly gone and yet which gave jewelry with a so strong identity that one can not ignore them. This Boucheron bracelet around 1937 is a very beautiful achievement of the house, especially since it is in perfect condition. It is in gold, diamonds and sapphires. Estimate between $ 80-120k. Photo : Christie’s

Lot 196 : Pierre-Georges Deraisme, voila une signature extrêmement rare en ventes aux enchères. Connu quasi uniquement des collectionneurs et des marchands spécialisés, il est connu pour avoir été en quelque sorte le bras droit de René Lalique à partir de 1890. Excellent ciseleur et dessinateur, il est à l’origine de nombreuses pièces de la maison. A partir de 1908, il fonde sa propre boutique au 7 rue royale (Paris) avec l’aide de Georges Uldry. Il va alors developer des créations très graphiques, presque Art Deco, alors que nous sommes en pleine période Art Nouveau. Précurseur, voila qui le décrit parfaitement. La broche présentée est donc en or et platine, diamants, émail et centre citrine. vers 1910. Estimation entre 10,000 et 15,000 $. Pierre-Georges Deraisme, here is an extremely rare signature at auctions. Known almost exclusively to collectors and specialized dealers, he is known to have been in some way the right arm of René Lalique from 1890. Excellent carver and designer, he is at the origin of many jewels of the house. From 1908, he founded his own shop at 7 rue royale (Paris) with the help of Georges Uldry. He will then develop very graphic creations, almost Art Deco, while we are in the middle of Art Nouveau period. Forerunner, that describes him perfectly. The brooch presented is in gold and platinum, diamonds, enamel and citrine center. around 1910. Estimate between $ 10-15k. Photo : Christie’s

christie's, rene Lalique

Lot 199 : Les pièces Art Nouveau de Lalique sont les plus connues mais la période antérieure est pourtant absolument superbe. Mais les pièces sont extrêmement rares. Un très beau collier était passé chez Osénat, il y a maintenant de nombreux mois en décembre 2016. Cette pièce en or émaillé, améthyste, perles et diamants date des années 1890. Une merveille. Estimation entre 100,000 et 120,000 $. Lalique’s Art Nouveau pieces are the best known, but the earlier period is absolutely superb. Even the pieces are extremely rare. A very beautiful necklace was sold at Osénat, there are now many months, in December 2016. This enamelled gold, amethyst, pearls and diamonds necklace dates from the 1890s. A wonder. Estimate between $ 100-120k. Photo : Christie’s

christie's, abalone

Lot 233 : rare bague en platine, diamants et perle fine d’abalone. Celle-ci pèse environ 45 carats et elle est certifiée par la SSEF comme naturelle. Estimation entre 7000 et 10,000 $. Rare platinum ring, diamonds and fine pearl of abalone. It weighs about 45 carats and is certified by the SSEF as natural. Estimate between $ 7-10k. Photo : Christie’s

christie's, Tiffany& co.

Lot 315 : j’ai décidé de terminer ma sélection avec ce rare collier en or, argent, diamants et émeraudes datant de la fin du XIXe siècle et réalisé par la maison Tiffany & Co. Il se compose de trente émeraudes allant de 7.19 à 1.70 carats, toutes colombiennes (minor oil, SSEF). Deux choses posent questions dans ce collier. Tout d’abord, son motif évoquant la royauté française mais aussi la provenance d’une aussi belle suite d’émeraude. Il est possible de penser que celles-ci proviennent de la vente (1878) de la collection de la Reine Isabelle II d’Espagne qui en possédait de très nombreuses. Tiffany & Co. fut l’acheteur principal de cette vente et rafla les plus beaux lots, de la même manière qu’il acheta la majeure partie des lots de la vente des Diamants de la Couronne de France en 1887. On ne sait pas pour qui ce collier fut fabriqué et les reflexions qu’il pose ne sont que des possibilités. Quoi qu’il en soit, son estimation est à la hauteur de sa rareté : entre 700,000 et 1,2 millions de dollars. I decided to finish my selection with this rare necklace made of gold, silver, diamonds and emeralds dating from the late nineteenth century and made by the house Tiffany & Co. It consists of thirty emeralds ranging from 7.19 to 1.70 carats, all Colombian (minor oil, SSEF). Two things ask questions in this necklace. First, its motive evoking French royalty but also the origin of such a beautiful emerald suite. It is possible to think that these ones come from the sale (1878) of the collection of Queen Isabel II of Spain which possessed many. Tiffany & Co. was the main buyer of this sale and scooped the best lots, in the same way that he bought most of the lots of the sale of the Diamonds of the Crown of France in 1887. It is not known for which this necklace was made and the reflections it poses are only possibilities. In any case, its valuation is equal to its scarcity : between $ 700,000 and $ 1.2 million. Photo : Christie’s

A bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *