Les 4Cs du HRD dans toutes les langues

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Comprendre le prix d’un diamant nécessite de connaitre et de comprendre les caractéristiques de celui-ci. Lesquelles sont toujours synthétisées sous les 4Cs (la couleur, la taille, le poids et la pureté). Jusqu’à présent le document du HRD était en anglais mais celui-ci propose enfin la charte traduite en de très nombreuses langues : anglais, espagnol, allemand, Français, Italien, Turc, Russe, Portuguais, Arabe et Chinois. Le document est téléchargeable sur le site et optimisé pour smartphone et tablettes.

If you want to understand the price of a diamond, you need to know and to understand its caracteristics. These ones are always known as the 4Cs : cut, clarity, carat and color. Until now, the document of the HRD was only in english but now this one is available in different languages as : English, Spanish, German, French, Italian, Turkish, Russian, Portuguese, Arabic and Chinese. A very good news, more you can use it on smartphone and ipad (or others).

hrd4csgradientchartfrweb

Les 4Cs traduit en français. Photo : HRD

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Isabelle Ati dit :

    C’est toujours « rigolo » de voir les 4C comme un mélange de rigueur (si GIA) et de pseudo-rigueur d’un autre temps (si peu GIA).

    Traduits en français, ces 4C sont traduits avec « pureté » et « taille » alors qu’il ne s’agit que des 2C, du P et du T…. pas très logique de garder le titre de 4C issus de l’ anglais et le traduire différemment.

    Alors que la version anglaise originale a sciemment distordu un peu le sens originel des adjectifs originaux pour fabriquer cette règle mnémotechnique des 4C
    – clarity est purement qualitatif, au lieu de transparency, un peu plus rigoureux
    – cut => au lieu de facetting, plus précis.

    On pourrait donc avoir « clarté » comme 3e C, qui est la traduction exacte de clarity ; ainsi que « coupe », qui était encore en vigueur chez les diamantaires à la fin du 19e siècle : exemple un « diamant recoupé » = « diamant taillé » = « brillant » (aussi bizarre que cela apparaît mais c’était ainsi il y a encore 100 ans).

    Donc, en français, nous sacrifions le didactique pour une prétendue rigueur linguistique qui n’existe pas dans ces 4C, purement formels.

    De plus, l’association des carats au diamètre d’un brillant rond prétendument « parfait » (ce qui n’a aucun sens, tout le monde le sait), reste une aberration qu’on fait persister de manière assez peu rigoureuse.

    Dans le § « clarté », l’adjectif « également » est un abus de traduction de l’original et, de surcroit, qui n’a pas de sens dans la traduction en français ainsi proposée. Il faudrait l’enlever.

    Bref, il y a encore du boulot avant de copier le GIA dans leur subtil mélange de didactique approximative et de précision rigoriste, ce « sein que l’on ne saura voir » de par chez nous, nous qui avons tout lâché depuis des lustres et suivons désormais cette nouvelle lumière qui nous fascine tant… (ironie) mais qu’on manipule avant tant de naiveté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *