Ventes Christie’s et Sotheby’s, Genève, les 14 et 15 novembre 2017

Dans quelques semaines, outre la remarquable collection Lalique qui se présentera à Genève et dont je vous ai déjà parlé sur le site, les maisons de ventes Christie’s et Sotheby’s proposeront deux autres ventes aux contenus enthousiasmants et rares. Bien entendu, on y retrouvera les habituelles grandes signatures et une multitude de diamants, de saphirs et d’émeraudes de la meilleure qualité. Mais, ces deux ventes vont nous réserver quelques très belles surprises dont la première est la réapparition sur le marché du Grand Mazarin. Avec la collection du roi Louis-Philippe d’Orléans qui sera vendue dans quelques semaines par la maison Mallié-Arcelin, c’est de bien jolis souvenirs de l’Histoire de France qui se présentent au public et aux amateurs. Voila qui me réjouit et qui me fait plus encore aimer les ventes aux enchères !

In a few weeks, in addition to the remarkable Lalique collection which will be offered  in Geneva and of which I already told you on the site, auction houses Christie’s and Sotheby’s will propose two other sales with thrilling and rare contents. Of course, we will find the usual great signatures and a multitude of diamonds, sapphires and emeralds of the best quality. But, these two sales will reserve us some very nice surprises, the first of which is the reappearance on the Grand Mazarin market. With the collection of King Louis-Philippe d’Orléans which will be sold in a few weeks by the Mallié-Arcelin house, some very nice memories of the History of France are presented to the public and amateurs. That makes me happy and makes me love the auctions even more!

Loin des lots mis en avant par les départements, à quelques exceptions, vous retrouverez une sélection des lots que j’ai le plus apprécié de découvrir et pour lesquels j’aimerai avoir le budget pour me laisser tenter. Il faut dire qu’entre le Raj Pink, les diamants de la Païva mais aussi des pièces rares des maisons Lombard, Verger frères ou encore Lacloche, ces deux belles ventes sont de vrais musées éphémères. Je vous propose donc de partir en voyage à la découverte de ces fameux bijoux !

Far from the lots put forward by the departments with a few exceptions, you will find a selection of lots that I most appreciated to discover and for which I would like to have the budget to let me buy. It must be said that between the Raj Pink, the diamonds from La Païva but also rare pieces of Lombard, Verger brothers or Lacloche houses, these two beautiful sales are real ephemeral museums. I invite you to discover these famous jewels!

Christie’s : le 14 novembre 2017 / Novembre 14, 2017

Lot 202 : rare vanity-case en or, turquoise, onyx, sodalite, quartz et diamants sur or émaillé noir. Signé de la maison Lacloche, il date de 1925 et présente des poinçons de fabricants peu connus sur le marché : Strauss, Allard & Meyer. Cette maison qui était installée place des Vosges à Paris a fourni les plus grandes maisons. Cartier, Van Cleef pour ne citer qu’elles feront travailler durant de très nombreuses années cet atelier réputé. Cette remarquable boite ne fait donc pas exception. Estimation entre 10,000 et 15,000 CHF. Rare vanity case in gold, turquoise, onyx, sodalite, quartz and diamonds on black enamelled gold. Signed Lacloche house, it dates from 1925 and presents maker’s marks of little known jewelers on the market: Strauss, Allard & Meyer. This house which was installed Place des Vosges in Paris provided the largest high-end houses. Cartier, Van Cleef to mention her have worked for many years with this famous workshop. This remarkable box is no exception. Estimated between CHF 10-15k. Photo : Christie’s

Lot 213 : j’ai surtout sélectionné ce lot pour l’importante kunzite qui orne cette broche en or signée de Cora Sheibani. Avec un poids de 354.41 carats et une estimation à la hauteur de cette impressionnante gemme entre 20,000 et 30,000 CHF. I especially selected this lot for the important kunzite that adorns this gold brooch signed Cora Sheibani. With a weight of 354.41 carats and an estimation at the height of this impressive gem between CHF 20-30k. Photo : Christie’s

Lot 298 : la maison Christie’s proposera la parure complète mais j’ai eu envie d’attirer votre attention sur le bracelet car il est plutôt étonnant. Réalisé en or émaillé bleu, il est serti de rubis et de diamants. Signé de la maison Black, Starr & Frost, il date des années 40 dont il a l’esthétique typique. Estimation de la parure entre 100,000 et 150,000 CHF. Christie’s house will offer the complete set but I wanted to draw your attention to the bracelet because it is rather amazing. Made in blue enamelled gold, it is set with rubies and diamonds. Signed from the Black House, Starr & Frost, it dates from the 40s. Estimated finery between CHF 100-150k. Photo : Christie’s

Lot 344 : La maison proposera deux ensembles de ce types que je trouve particulièrement réussis (lots 343 et 344). La production d’objets de ce type a longtemps (et elle continue…) fait partie des spécialités des maisons de joaillerie. Cet ensemble est signé de la maison française Verger Frères mais fut réalisé pour la maison américaine Brock & Co. qui était basée à Los Angeles. Réalisé en agate, jade, rubis sur or émaillé, il est typique de la période Art déco. Estimation entre 24,000 et 28,000 CHF. The house will offer two sets of these types that I find particularly beautiful (lots 343 and 344). The production of objects of this type has long (and continues …) been a speciality of jewelry houses. This set is signed by the French company Verger Frères but was made for the American house Brock & Co. which was based in Los Angeles. Made of agate, jade, ruby enamelled gold, it is typical of the Art Deco period. Estimate between CHF 24,000 and 28,000. Photo : Christie’s

Lot 374 : broche en platine signée Cartier, diamants et émeraude de 25,65 carats (Colombie, Gübelin). Si je vous parle de ce bijou, c’est pour sa provenance. Celui-ci fut la propriété de Marie de Saxe-Cobourg-Gotha, Reine de Roumanie mais avant tout fille de Maria Alexandrovna (famille Romanov) et petite-fille de la Reine Victoria. Estimation entre 200,000 et 300,000 CHF. Platinum brooch signed Cartier, diamonds and emerald of 25.65 carats (Colombia, Gübelin). If I speak to you about this jewel, it is for its origin. This one was the property of Mary of Saxe-Coburg-Gotha, Queen of Romania but above all daughter of Maria Alexandrovna (Romanov family) and granddaughter of Queen Victoria. Estimate between 200,000 and 300,000 CHF. Photo : Christie’s

Lot 454 : rare et important collier du début du XXe siècle de la maison Marchak dont j’aime le travail depuis très longtemps. Celui-ci est en or émaillé, turquoises et lapis-lazuli. Il présente les poinçons d’un atelier qui fut très renommé à Paris : la maison Cristofol. Estimation entre 20,000 et 30,000 CHF. Rare and important necklace of the early twentieth century from House Marchak whose I like work for a long time. This one is in enamelled gold, turquoises and lapis lazuli. He presents the hallmarks of a workshop that was very famous in Paris : the Cristofol house. Estimated between CHF 20-30k. Photo : Christie’s

Lot 600 : impossible de terminer la sélection Christie’s sans un mot pour le Grand Mazarin. Cette pierre rose de plus de 19 carats n’était pas réapparue sur le marché des enchères depuis presque 130 ans. Je ne rentrerai pas dans le détail de l’histoire de cette pierre qui fut au départ dans la collection du Cardinal Mazarin connu pour son amour des belles pierres. La suite est connue : Louis XIV, Louis XV, Napoléon 1er puis Napoléon III pour ne citer qu’eux. Il finira par être vendu dans le cadre de la vente désastreuse des diamants de la Couronne de France. C’est Frédéric Boucheron qui l’achète à l’époque pour un peu plus de 100,000 francs. Il sera ensuite vendu… Sa dernière réapparition date de 1962 lors d’une exposition au Louvre. La pierre devrait largement dépasser son estimation basse de 6 millions de dollars. Je rêve de le voir revenir en France et au Louvre mais cela ne sera certainement pas possible. Mais je suivrai la vente avec attention ! Impossible to finish my Christie’s selection without a word for the Grand Mazarin diamond. This pink stone over 19 carats had not reappeared on the auction market from almost 130 years. I will not go into the details of the history of this stone that was originally in the collection of Cardinal Mazarin known for his love of beautiful stones. The following is known: Louis XIV, Louis XV, Napoleon I and Napoleon III to name a few. It will eventually be sold as part of the disastrous sale of the French Crown diamonds. It was Frédéric Boucheron who bought it for over 100,000 francs. It will then be sold … Its last reappearance dates from 1962 during an exhibition at the Louvre. The stone is expected to significantly exceed its low estimation of $ 6 millions. I dream to see him come back to France and to the Louvre but that will certainly not be possible. But I will follow the sale carefully ! Photo : Christie’s

*****

Sotheby’s : le 15 novembre 2017 / November 15, 2017

Lot 15 : rare et beau pendentif Art Nouveau signé de la maison Philippe Wolfers que j’aime tout particulièrement. Or, opale, rubis, perle et émail. Estimation entre 12,000 et 18,000 $. Rare and beautiful Art Nouveau pendant signed by the house Philippe Wolfers that I particularly love. Gold, opal, ruby, pearl and enamel. Estimate between $ 12-18k. Photo : Sotheby’s

Lot 247 : belle tiare en argent et or, diamants et turquoises datant de 1870 en provenance de la collection de la Duchessa Leopoldina Ruffo di Calabria, une famille importance de la noblesse italienne dont les pièces sont peu courantes dans les ventes. Ici les étoiles sont détachables. Estimation entre 6000 et 10,000 CHF. Beautiful tiara in silver and gold, diamonds and turquoises dating from 1870 from the collection of the Duchessa Leopoldina Ruffo di Calabria, an important family of the Italian nobility whose pieces are uncommon in sales. Here the stars are detachable. Estimate between CHF 6-10k. Photo : Sotheby’s

Lot 338 : rare tiare en or et argent sertie de diamants en provenance par descendance de la collection de Mathilde von Württemberg, Princesse von Urach, Comtesse von Württemberg qui fut la petite-fille de Joséphine de Beauharnais épouse de Napoléon Ier. Celle-ci date de 1874, car on possède ses documents d’origine et elle fut fabriquée par la maison Leriche qui était basée au 4 de la rue Montesquieu à Paris. Estimation entre 60,000 et 100,000 CHF. Rare gold and silver tiara set with diamonds from the descendants of the collection of Mathilde von Württemberg, Princess von Urach, Countess von Württemberg who was the granddaughter of Joséphine de Beauharnais, wife of Napoleon Ier. This one dates from 1874, because this jewel has its original documents and was manufactured by the Leriche house which was based at 4 rue Montesquieu in Paris. Estimate between 60,000 and 100,000 CHF. Photo : Sotheby’s

Lot 357 : La Païva, voila un nom qui dit beaucoup de choses sur le milieu mondain parisien ! Blanche Thérèse Lachman est née en Russie en 1819, elle s’installe à Paris où elle espère bien sortir de sa condition modeste. Réputée comme un femme magnifique, elle va ainsi devenir l’une des courtisanes les plus en vue de Paris à tel point qu’elle finira par épouser le Marquis de Païva issu de la noblesse portugaise…. pour le quitter dès le lendemain des noces. Mais le nom lui est resté. Elle épouse le Comte  von Donnersmarck en 1871 et restera son épouse jusqu’en 1884, la date de son décès. Les pierres de 102,54 et 82,47 carats sont certifiées par le GIA comme fancy Intense Yellow. La première fut achetée chez Boucheron par La Païva elle-même en 1882. Mais on ne sait connait pas l’histoire de la deuxième. C’est par descendance que les pierres nous parviennent aujourd’hui. Estimation entre 8 et 13 millions CHF. La Païva, here is a name that says a lot about Parisian society ! Blanche Thérèse Lachman was born in Russia in 1819, she moved to Paris where she hopes to get out of her modest condition. Renowned as a beautiful woman, she will become one of the most prominent courtesans of Paris to such a point that she will eventually marry the Marquis de Païva from the Portuguese nobility …. to leave him the day after the wedding. But the name remained to him. She married Count von Donnersmarck in 1871 and remained his wife until 1884, the date of her death. The 102.54 and 82.47 carat stones are certified by the GIA as fancy Intense Yellow. The first was bought at Boucheron by La Païva herself in 1882. But we do not know the story of the second. It is by descent that the stones reach us today. Estimate between CHF 8 and 13 million. Photo : Sotheby’s

À bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *