Une histoire d’escalier

Sep 16, 2017

Être apprenti, c’est être coursier. J’exagère mais je ne suis pas très loin de la vérité. Quand tu deviens arpette, tu cours partout pour faire les livraisons. Je me souviens d’une journée impossible. J’avais commencé les courses juste après un café et je n’avais pas arrêté de la journée. « Tu iras chez Pierre, il est au sixième ; puis tu passes chez Jean, il est au cinquième ; je crois que Yves a des pièces pour nous, c’est au huitième… ». Je rentrais à l’atelier au quatrième étage, je posais les plis et je repartais. Pas de portable à cette époque mais j’avais des jambes ! Et puis quasiment pas d’ascenseurs dans les immeubles du 9e. Ce jour-là, j’ai compté, j’ai grimpé une centaine d’étage… Mémorable ! 

J,  sertisseur presque à la retraite

Découvrir d'autres anecdotes

Le platine, bis repetita

 Le platine est un métal capricieux, mais c'est le plus beau métal pour concevoir des bijoux. Je pourrai parler de sa couleur, de ses reflets et de l'éclat qu'il donne aux diamants durant des heures. Rien à voir avec de l'or rhodié. Et puis historiquement, quand on voulait mettre...