JEM, une joaillerie éthique

Dans la boutique éphémère JEM. In the JEM pop-up store. Photo : ©MarieChabrol

Il y a quelques jours, rendez-vous était pris pour découvrir une maison dont je suis l’actualité depuis maintenant quelques mois et dont je trouve l’initiative louable et très encourageante dans l’industrie joaillière. Je suis donc allée à la rencontre de Dorothée Contour, Directrice de la maison française JEM Jewellery Ethically Minded, dans la premiere boutique éphémère de la marque, au 10 rue d’Alger dans le 1er arrondissement de Paris et à quelques encablures du jardin des Tuileries. Une rencontre passionnante autour de l’extraction de l’or et de la traçabilité du métal. Preuve aussi qu’une volonté de transparence dans le secteur de la joaillerie émerge peu à peu. Et c’est une excellente nouvelle !

Few days ago, I have an appointment with Dorothée Contour, CEO of JEM Jewellery Ethically Minded, a French fine jewelry house whose I’m following news since few months and with a very encouraging goal for jewelry industry. I met her in the first brand’s pop-up store at 10 rue d’Alger in the 1st arrondissement of Paris, close to the lovely Tuileries garden. It was a very interesting meeting around gold mining and traceability showing that transparency is one of the goal in jewelry. And it’s a really great news !

Grenaille d’or. Gold shot. Photo : JEM

Créée en 2008 par le designer Erwan Le Louër, la maison propose dès ses débuts des collections en or labellisé « Fair mined« . Le succès est au rendez-vous mais le fondateur de la maison souhaite s’engager dans de nouvelles aventures et le projet s’endort. Dorothée Contour arrive dans l’aventure en 2013. Formée à HEC, avec une forte expérience dans le conseil en stratégie pour des marques de luxe, elle reprend le flambeau et rachète la maison pour la relancer. Sensibilisée depuis longtemps au développement durable, à l’écologie et à la production éthique, elle repense depuis deux ans les collections mais aussi pérennise les modèles qui ont fait le succès de la marque à ses débuts. Elle développe des collaborations avec des designers pour apporter des nouveautés et initier de nouvelles gammes : India Mahdavi (Collection Voids, 2011),  Adeligne Darmagnac (Collection Sillons, 2014) ou encore  Ha Yeon Lee pour la Collection Octogone lancée en 2016. Si la conception des pièces est assurée à Paris, la fabrication – entièrement française – est réalisée dans les Vosges par une entreprise de joaillerie certifiée RJC (Responsible Jewellery Council). Ce label, désormais incontournable dans la joaillerie, certifie que les entreprises sont engagées dans une démarche de développement durable à la fois sociale et écologique.

Established in 2008 by the designer Erwan Le Louër, this house offers since its beginning collections made with a fair mined gold with a certain success. But the founder have some other projects… Dorothée Contour arrives in the house in 2013. Trained in HEC, she has a strong experience in marketing strategy for luxury houses and decides to buy the house. Raised since a long time to sustainable development, ecology and ethical production, she is perpetuating and growing the brand, developing inspiring collaborations with jewelry designers as India Mahdavi for the Voids Collection in 2011, Adeline Darmagnac for the Sillons Collection in 2014 and recently with Ha Yeon Lee for the new Octogone Collections launched in 2016. If design is made in Paris, the pieces are totally made in France, in the Vosges department by a RJC (Responsible Jewellery Council) certified company. This label is now unmissable in our industry and assures that companies have a sustainable development strategy.

Bracelet de la collection Voids, en or jaune éthique 750. India Mahdavi pour JEM (2011). Two 18k fair mined yellow gold bracelets from the Voids collection by India Mahdavi for JEM (2011). Photo : ©MarieChabrol

Cet or fair mined a suscité beaucoup de questions de ma part. A l’origine de ce label, il y a l’ARM – Alliance for a Responsible Mining – créé en 2004 par des experts oeuvrant principalement en Equateur dans le cadre du programme Rainforest Rescue International (FURARE). Aujourd’hui c’est 140 entreprises (dont 12 mines au Pérou, en Bolivie, en Mongolie et en Colombie) dans 21 pays qui détiennent ce label qui a permit une extraction résonnée de plus de 400 kilos d’or depuis 2014 pour plus de 1,5 millions de dollars apportant ainsi des possibilités de développement aux communautés qui vivent de l’extraction de ce métal.

I asked many questions about this fair mined gold. This label was created in 2004 by experts who worked in Equator with the Rainforest Rescue International program. They created the ARM – Alliance for Responsible Mining. Today, 140 companies (and 12 mines in Peru, Bolivia, Colombia and Mongolia) in 21 countries own this label which have allows little communities to extract since 2014 more than 400 kilos of gold for more than 1,5 millions of dollars offering important possibilities of development to these people. 

Manchette en or jaune éthique 750 de la collection Octogone par Ha Yeon Lee pour JEM (2016). Fair mined 18k yellow gold cuff from the Octogone collection by Ha Yeon Lee for JEM (2016). Photo : ©MarieChabrol

Techniquement, comment cela fonctionne-t-il ? Les mines qui obtiennent le label s’engagent entre autre à limiter le travail des enfants et à utiliser le moins possible de produits chimiques tel que le mercure et dans des conditions strictes pour éviter une pollution. La juste répartition des richesses, la  légalité des exploitations mais aussi la réhabilitation des sites sont parmi des obligations à respecter. Cet or est vendu à une coopérative labellisée et les lots sont ainsi estampillés fair mined et numérotés. La traçabilité des lots est garantie à tous les niveaux de fabrication (affinage, fonte, atelier de fabrication de bijou…etc.) et permet de remonter à la coopérative. A aucun moment, cet or n’est mélangé à un autre or non estampillé. Chez JEM, les bijoux sont gravés et ce numéro permet de remonter toute la chaine de production de la pièce attestant ainsi de la provenance de cet or. Oui, mais l’or n’est pas utilisé pur… Ainsi le cuivre et l’argent qui entrent dans la conception des alliages sont issus de lots recyclés. Le label Fair mined se développant en ce moment vers les exploitations d’argent. Seul le palladium n’est pas encore labellisé et j’ai apprécié la sincérité et la transparence de Dorothée à ce sujet. Ce label est un formidable tremplin vers une plus grande transparence dans l’industrie de la joaillerie mais il reste toujours perfectible. Et je ne doute pas un instant que les années à venir renforceront cette très belle aventure.

So, what is the fair mined process ? The mines with this label commit to forbidden children labor and the use of chemical products for extraction. When it’s not completely possible, these products are used in controlled areas and are regularly inspected to avoid pollution. In more, fair mined standards include a guaranteed minimum price, legal mining operations, gender equality as worker’s right to organize…etc. Then, this gold is sold to a certified cooperative which creates numbered lots. Traceability is guaranteeing during all the process and after during the jewel making. This gold is never mix with another one. At JEM, all the jewels are engraved and this number is a code to know all the supply-chain since the cooperative to the final piece. Ok,  but gold is quite never used pure. So, copper and silver in JEM jewels come from recycled lots and ARM is developing the fair mined label for silver. Only palladium isn’t yet certified and I have really appreciated the Dorothée’s sincerity and transparency in her explanations. For sure, this label is an formidable springboard for a more important transparency in jewelry industry and it will be improved. But, I have no doubts that it’s just the beginning of something new for our industry.

Bague en or jaune éthique 750 de la collection Sillons par Adeline Darmagnac pour JEM (2014). Fair mined 18k yellow gold ring from the Sillons collection by Adeline Darmagnac for JEM (2016). Photo : ©MarieChabrol

Chez JEM, il n’y a pas de pierres dans les collections. C’est une volonté de la maison car il n’est aujourd’hui pas possible de certifier que les exploitations sont totalement éthiques et écologiquement engagées dans leurs fonctionnements. Il existe bien le Kimberley Process pour le diamant mais tous les experts vous diront que ce label reste très perfectible. De plus, les grandes mines de diamants ne sont absolument pas engagées dans une gestion écologique. Il suffit pour cela de voir les images du Canada et de Russie, par exemple, pour comprendre l’impact de l’extraction diamantifère sur les paysages et le sol… Néanmoins, rien de vous empêche de venir avec votre propre pierre pour la faire monter par la maison. Parallèlement, celle-ci s’est engagée dans la recherche de fournisseurs qui peuvent attester que leurs pierres sont extraites par des mines pouvant satisfaire aux exigences du label Fair mined. Elle réfléchie aussi à l’utilisation de diamants synthétiques dans de prochaines collections. Le consommateur change, ses aspirations aussi. JEM est une magnifique initiative que je vous invite à découvrir !

At JEM, there is no gemstones in the collections. It a decision of the brand because it’s impossible today to certify that gemstones mining is completely ethical and sustainable. If we have Kimberley Process for diamonds, all experts say that this label is highly perfectible. In more, industrial diamond mines are not ecological. And when you see Canadian or Russian diamond mine photographies, you must see the ecological impact… Nevertheless, you can come with your own stone to order a bespoke jewel and the company have become to search gemstones suppliers from mines to gems-cutters who can fulfill with the fair mined standards, thinking also to use synthetic diamonds if a near future. Consumers have changed as its wishes too. JEM is, for me, a beautiful initiative that you have to discover.

Bague en or rose éthique 750 de la collection Octogone par Ha Yeon Lee pour JEM (2016). Fair mined 18k pink gold ring from the Octogone collection by Ha Yeon Lee for JEM (2016). Photo : ©MarieChabrol

La boutique éphémère est ouverte jusqu’au 14 juin dans le 1er arrondissement de Paris au 10 rue d’Alger. Les créations seront aussi disponibles à la boutique éphémère de la plateforme 1.618 (dont je vous ai déjà parlé sur le site) du 1e au 11 juin, rue de la Corderie dans le Marais (Paris 3) à deux pas du Carreau du Temple. Deux jolis lieux à visiter et je ne peux que vous y encourager !

The JEM pop-up store is opening until June 14 at the 10 rue d’Alger in Paris 1. The creations will be also available in the 1.618 (I spoke you about this Think Thank here) pop-up store from June 1 to June 11, rue de la Corderie in Le Marais (Paris 3) close to the Carreau du Temple. Two nice places you have to visit !

La maison vous reçoit aussi sur rendez-vous dans son show-room. Il suffit de leur téléphoner au 01 85 34 70 22 ou d’envoyer un petit mot par mail à : contact(at)jem-paris.com. N’hésitez pas !

The house can also receive you by appointment, contact the brand by phone at +33 (0)1  85 34 70 22 or by mail at contact(at)jem-paris.com. Enjoy !

À bientôt

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *