La renaissance de Fawaz Gruosi

Quand le communiqué de presse de la maison Fawaz Gruosi Genève est tombé dans ma boite mail, j’ai d’abord été étonnée. Il était donc de retour. Puis très vite la curiosité a pris le dessus. L’homme avait disparu des radars joailliers depuis plus de deux ans. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la discrétion était devenue son modus operandi. Un virage à 180° pour celui qui était un habitué des soirées de la jet-set, des tapis rouges et des mannequins toutes plus somptueuses les unes que les autres. Qui a oublié son apparition grisogonesque au bras d’une Bella Hadid déshabillée par Alexandre Vauthier à Cannes en 2016? Mais ce temps lointain est révolu, la Maison De Grisogono n’a pas résisté au scandale des Luanda Leaks*. Fawaz avait su quitter le navire dès 2018.

When the press release from Fawaz Gruosi Geneva fell in my mailbox, I was initially surprised. So he was back. Then, very quickly, curiosity took over. The man had been missing from jewelry radars for more than two years. And the least we can say is that discretion had become his modus operandi. A 180 ° turn for the one who was used to the evenings of the jet set, red carpets and models all more sumptuous than the others. Who has forgotten his grisogonal appearance on the arm of a Bella Hadid undressed by Alexandre Vauthier in Cannes in 2016? But that distant time is over, the Maison De Grisogono shattered in the Luanda Leaks scandal*. Fawaz had known how to leave the ship in 2018.

Fawaz Gruosi by Damian Foxe

Alors Fawaz a pris son temps, il a rejoint ses filles et ses petits-enfants basés à Londres. Les projecteurs se sont éteints et – dans l’ombre – l’homme a reconstruit son image et peut-être aussi un peu sa légende. Souvent décrit tel un phénix, il s’est réinventé, reconstruit, entouré, rassemblant ses fidèles collaborateurs, ses artisans qui le suivent depuis la création de sa première maison en 1993. Sa boutique éponyme vient de voir le jour à Londres dans le réputé quartier de Mayfair, son nom est gravé au-dessus, mais les ateliers restent à Genève d’où le nom de la maison : Fawaz Gruosi Genève. Toujours aussi élégant, l’homme dont les yeux clairs fascinent se raconte. Rencontre avec un monstre sacré de l’industrie joaillière.

So Fawaz took his time, he joined his daughters and grandchildren based in London. The spotlight has gone out and – in the shadows – the man has reconstructed his image and perhaps his legend as well. Often described as a phoenix, he reinvented himself, rebuilt, surrounded, bringing together his loyal collaborators, his artisans who have followed him since the creation of his first house in 1993. His eponymous shop has just opened in London in the famous district de Mayfair, its name is engraved above, but the workshops remain in Geneva, hence the name of the house: Fawaz Gruosi Geneva. Always so elegant, the man whose light eyes fascinate tells himself. Meeting with a sacred monster of the jewelry industry.

Bague en or rose 750 (~ 22,90 Gr) sertie de 1 rubellite taille émeraude (~ 4,35 Ct), 253 diamants blancs taille brillant (~ 10,80 Ct) et opale rose (~ 34,70 Ct). Ring in 750 pink gold (~ 22.90 Gr) set with 1 emerald-cut rubellite (~ 4.35 Ct), 253 brilliant-cut white diamonds (~ 10.80 Ct) and pink opal (~ 34.70 Ct). Photo : Fawaz Gruosi Genève

« Né le 8 aout 1952 à Damas« , l’homme grandit au Liban où il passe une grande parti de son enfance. Une mère italienne, un père libanais qui disparait lorsqu’il a huit ans et c’est le grand départ. La famille quitte le Liban pour l’Italie et s’installe à Florence. « Je suis resté jusqu’à 22 ans dans cette ville incroyable qui a eu une très forte influence sur la formation de mon goût et de ma vocation d’esthète » ajout-il en parlant également de son père, un homme qui « avait le sens des affaire, un caractère méditerranéen, qui aimait la bonne cuisine et avait une grande joie de vivre. Il m’a énormément manqué même si je l’ai perdu étant enfant.« 

« Born August 8, 1952 in Damascus », the man grew up in Lebanon where he spent much of his childhood. An Italian mother, a Lebanese father who disappears when he is eight years old and it is the big departure. The family leaves Lebanon for Italy and settles in Florence. « I stayed until 22 years old in this incredible city which had a very strong influence on the formation of my taste and my vocation as an esthete » he adds, also speaking of his father, a man who « had the business acumen, a Mediterranean character, who loved good food and had a great zest for life. I missed him greatly even though I lost him as a child. »

Parce qu’il faut travailler et que les études ne l’intéressent pas, il a quitté l’école à 17 ans, il accepte alors la proposition d’intégrer la maison Torrini, une des plus anciennes joaillerie du monde puisqu’elle remonte à 1369. « Ma mère était furieuse » dit-il « car je devais travailler alors que je venais de me marier et je ne savais pas quoi faire, j’avais 19 ans et ma femme était enceinte de notre premier enfant. » A l’époque l’homme n’a pas le train de vie qu’il aura ces dernières années et il entre en joaillerie un peu par hasard, il faut bien le reconnaitre. Les rencontres, son bagou et son aisance relationnelle feront le reste, il finit par partir pour Londres, toujours pour la maison italienne. Car, il y a chez Gruosi quelque chose du chat qui retombe toujours sur ses pattes…

Because he has to work and studies do not interest him, he left school at 17, he accepted the proposal to join the Torrini house, one of the oldest jewelry in the world since it dates back to 1369. « My mother was furious, » he said « because I had to work when I had just got married and I didn’t know what to do, I was 19 and my wife was pregnant with our first child. » At the time, man did not have the lifestyle he will have in recent years and he enters jewelry a little by chance, it must be recognized. The encounters, his gift of the gab and his interpersonal skills will do the rest, he ends up leaving for London, always for the Italian house. Because with Gruosi there is something of the cat that always lands on its feet …

Collier en or blanc et or rose 750 (~ 79,75 Gr) serti de 531 diamants blancs taille brillant (~ 18,55 Ct), 520 rubis taille brillant (~ 19,30 Ct) et 93 émeraudes billes zambiennes (~ 735,85 Ct). Necklace in 750 white gold and pink gold (~ 79.75 Gr) set with 531 brilliant-cut white diamonds (~ 18.55 Ct), 520 brilliant-cut rubies (~ 19.30 Ct) and 93 Zambian ball emeralds (~ 735, 85 Ct). Photo: Fawaz Gruosi Genève

Repéré par Harry Winston en personne, il part pour l’Arabie Saoudite. Il a alors 21 ans. Puis, l’appel de l’Italie résonne à nouveau… « J’ai intégré la maison Bulgari. Là, j’étais responsable des ventes privées des collections de haute joaillerie. En quête de réussite et de reconnaissance, je me suis vite fait un nom dans cet univers luxueux et très fermé. Souvent considéré comme étant un grand vendeur, je parcourais le monde pour présenter, en avant-première, des sélections haut de gamme à un public de célébrités, de jet-setters et de millionnaires, triés sur le volet. Mais je n’étais pas pleinement satisfait d’uniquement vendre des bijoux.« 

Spotted by Harry Winston himself, he left for Saudi Arabia. He was then 21 years old. Then, the call of Italy resounds again… « I joined the Bulgari house. There, I was responsible for the private sales of high jewelry collections. In search of success and recognition, I found myself quickly made a name in this luxurious and very closed universe. Often considered to be a big seller, I traveled the world to present, in preview, high-end selections to an audience of celebrities, jet-setters and millionaires, handpicked. But I was not fully satisfied with just selling jewelry.« 

Sa rencontre et son mariage avec Caroline Scheufele en 1995 inaugure une nouvelle vie pour celui, qui vient de créer en 1993 sa propre maison. L’aventure De Grisogono est lancé. Fawaz a du nez pour les affaires et un talent pour créer des tendances. Les diamants noirs, c’est lui. Les diamants icy, c’est encore lui. On se souvient de la bague « Spirit of De Grisogono diamond » ornée d’un diamant noir de plus de 300 carats. Le plus gros carbonado du monde à l’époque. En 2012, il vend son affaire et la quitte en 2018. Une vie digne des grands studios, un destin à couper le souffle, c’est aussi ça Fawaz Gruosi.

His meeting and marriage with Caroline Scheufele in 1995 inaugurated a new life for the man, who had just created his own house in 1993. The De Grisogono adventure is launched. Fawaz has a nose for business and a knack for setting trends. Black diamonds, that’s him. The icy diamonds here are him again. We remember the « Spirit of De Grisogono diamond » ring adorned with a black diamond of over 300 carats. The biggest carbonado in the world at the time. In 2012, he sold his business and left it in 2018. A life worthy of the big studios, a breathtaking destiny, that’s also Fawaz Gruosi.

Boucles d’oreilles en or, diamants bruns, rubellites et ivoire de mammouth. Gold, brown diamonds, rubellites and mammoth ivory earrings. Photo: Fawaz Gruosi Genève

Mais dans cette nouvelle vie londonienne, il n’y a pas beaucoup de diamants, en tout cas pas de diamants noirs, et c’est peut-être une excellente nouvelle! Alors pourquoi initier une nouvelle marque? « J’ai créé cette marque, parce que je sentais que je pouvais faire encore mieux qu’avant ! Mes nouvelles collections sont différentes : elles sont de notre époque. Je les ai créées avec beaucoup d’amour. J’ai toujours eu foi en mes goûts, en mes choix, aussi originaux soient-il. Jusqu’à présent, cette intuition m’a toujours servi. Alors, cette nouvelle aventure joaillère dévoilera une facette plus intime de ma personnalité et ne porte donc aucun nom d’emprunt mais mon nom, naturellement » déclare-t-il calmement.

But in this new London life, there aren’t many diamonds, at least no black diamonds, and maybe that’s great news! So why initiate a new brand? « I created this brand because I felt that I could do even better than before! My new collections are different: they are of our time. I created them with a lot of love. I have always had faith in my tastes, in my choices, as original as they may be. Until now, this intuition has always served me. So, this new jewelry adventure will reveal a more intimate facet of my personality and therefore bears no assumed name but my name, of course” he says calmly.

Bracelet en or blanc et or rose 750 (~ 80,95 Gr) serti de 2 saphirs bleus Sri Lankais taille ovale (121,62 Ct), 40 émeraudes zambiennes taille baguette (~ 9,40 Ct), 108 saphirs roses taille ovale (~ 153,10 Ct), 234 saphirs roses taille brillant (~ 4,15 Ct) et 453 saphirs bleus taille brillant (~ 1,40 Ct). Bracelet in 750 white gold and rose gold (~ 80.95 Gr) set with 2 oval-cut Sri Lankan blue sapphires (121.62 Ct), 40 baguette-cut Zambian emeralds (~ 9.40 Ct), 108 oval-cut pink sapphires ( ~ 153.10 Ct), 234 brilliant-cut pink sapphires (~ 4.15 Ct) and 453 brilliant-cut blue sapphires (~ 1.40 Ct). Photo: Fawaz Gruosi Genève

Alors que trouve-t-on dans les premières pièces de la maison? De la couleur! Car c’est bien ce qui marque quand on découvre les premiers visuels. Cela pétille, éclate, éclabousse presque. Il y a de la joie partout, la couleur est omniprésente. Rubis somptueux, émeraudes aux teintes chaudes, turquoises remarquables mais aussi péridots, améthystes, diamants aussi, rubellite, opale rose, corail… On ne sait plus où donner de la tête. La fabrication est assurée à Genève. On retrouve à la tête de l’atelier M. Patrick Affolter : « Pour cette nouvelle aventure, Patrick, mon ancien directeur des ateliers est à mes côtés. Il est l’interprète de mon imagination, de mes rêves. C’est à lui qu’incombe le soin de transformer mes idées depuis notre atelier à Genève » nous explique M. Gruosi. Le passé est ce qu’il l’est mais l’avenir est là. Nul besoin d’être devin pour comprendre que la passion pour la création de pièces d’exception est toujours aussi tenace chez cet homme de 69 ans. Quand les photos montrent une pureté à la limite du possible, il parle des couleurs. Saturation parfaite, homogénéité exquise, voilà ce que l’on peut dire des matières acquises patiemment. « Je suis inspiré par tout ce qui m’entoure, je regarde la forme des choses et je m‘en inspire, ou bien les couleurs. Aussi, je travaille avec la même équipe depuis des années donc nous avons à peine besoin de nous parler » complète celui dont on comprend qu’il sait parfaitement où il veut aller avec sa marque désormais éponyme: « l’infini de la mer, le tumulte des vagues, l’élégance d’une femme… tout m’inspire. Je veux créer des bijoux qui racontent des histoires et génèrent de l’émotion chez celle ou celui qui les porte ou les regarde.« 

So what do we find in the first pieces of the house? Color! Because that’s what marks when you discover the first visuals. It sparkles, bursts, almost splashes. There is joy everywhere, color is everywhere. Sumptuous rubies, emeralds with warm hues, remarkable turquoises but also peridots, amethysts, diamonds too, rubellite, pink opal, coral … We do not know where to turn. Manufacturing is carried out in Geneva. We find at the head of the workshop Mr. Patrick Affolter: « For this new adventure, Patrick, my former director of the workshops is by my side. He is the interpreter of my imagination, of my dreams. It is his. that is the task of transforming my ideas from our workshop in Geneva » explains Mr. Gruosi. The past is what it is, but the future is here. You don’t have to be a diviner to understand that the passion for creating exceptional pieces is still so tenacious in this 69-year-old man. When the photos show a purity to the limit of the possible, he speaks of the colors. Perfect saturation, exquisite homogeneity, this is what we can say about the materials acquired patiently. « I am inspired by everything around me, I look at the shape of things and I am inspired by it, or the colors. Also, I have been working with the same team for years so we hardly need to talk to each other » completes the one we understand that he knows perfectly where he wants to go with his brand now eponymous: « the infinity of the sea, the tumult of the waves, the elegance of a woman … everything inspires me. want to create jewelry that tells stories and generates emotion in the person who wears or looks at them.« 

Bague en or blanc 18K (~ 21,30 Gr) sertie de 9 diamants blancs taille navette (~ 1,70 Ct), 31 émeraudes taille cabochon (~ 32,00 Ct), 246 émeraudes taille brillant (~ 4,05 Ct) et turquoise (~ 22,45 Ct). 18K white gold ring (~ 21.30 Gr) set with 9 white shuttle-cut diamonds (~ 1.70 Ct), 31 cabochon-cut emeralds (~ 32.00 Ct), 246 brilliant-cut emeralds (~ 4.05 Ct) and turquoise (~ 22.45 Ct). Photo: Fawaz Grusi Genève

La maison s’est aussi bien entourée pour sourcer les pierres. Certains choix sont aussi audacieux : l’opale rose fait son grand retour, le jade également. « Comme vous pouvez l’imaginer le sourcing des pierres pour mettre en place une maison de haute joaillerie nécessite un important approvisionnement en termes de pierres. Il grandira encore en fonction des ventes, des expositions et autres événements dès que la situation mondiale le permettra. En ce qui concerne la transparence, cette dernière est totale puisque l’ensemble des pierres importantes sont mises en vente avec un certificat délivré par les plus grandes instances certifiées mondialement dans le domaine, autant pour les diamants que pour les pierres de couleurs. En ce qui concerne les pierres plus petites dites de pavage, notre approvisionnement s’effectue avec les meilleurs fournisseurs reconnus et certifiés » explique celui vient également d’introduire l’ambre dans ces dernières pièces. Les créations sont-elles différentes de ce à quoi il nous a habitué? Pas tant que ça, on retrouve dans chacune des pièces son esprit et l’opulence à laquelle il nous a habitué. Les formes sont généreuses, les contrastes colorés saisissants, les matières flamboyantes. Il n’y a ici aucune tendance, juste un parti pris créatif que confirme M. Gruosi en expliquant que sa maison a « une place toute particulière puisqu’elle travaille dans un premier temps par passion. » Ajoutant, « j’ai toujours été à contre courant des autres marques et c’est ce qui a fait notre succès. Depuis quelques années, les marques font la course à la vente de masse et du coup elles réalisent pratiquement et par obligation, plus ou moins les même collections, avec ou sans succès. J’ai toujours demandé à mes équipes de ne pas trop regarder ce que font les autres mais au contraire de laisser la Passion prendre le dessus et avec un état d ‘esprit très différent dans le travail au quotidien. Bien entendu une différence réfléchie, aboutie qui offre à nos clients quelque chose de différent. »

The house is also well surrounded to source the stones. Some choices are also daring: pink opal is making a comeback, jade too. “As you can imagine sourcing the stones to set up a fine jewelry house requires a large supply of stones. It will grow further in line with sales, exhibitions and other events as soon as the world situation permits. As far as transparency is concerned, the latter is total since all the important stones are offered for sale with a certificate issued by the largest bodies certified worldwide in the field, as much for diamonds as for colored stones. Regarding the smaller so-called paving stones, our supply is made with the best recognized and certified suppliers » explains the one who has also just introduced amber in these latter pieces. Are the creations different from what he’s accustomed us to? Not that much, we find in each of the rooms its spirit and the opulence to which it has accustomed us. The shapes are generous, the color contrasts striking, the materials flamboyant. There is no trend here, just a creative bias that Mr. Gruosi confirms by explaining that his house has « a very special place since it initially works out of passion. » Adding, « I have always been against the tide of other brands and that is what made our success. In recent years, brands have been racing for mass sales and suddenly they realize practically and by obligation, more or less the same collections, with or without success. I have always asked my teams not to look too much at what others are doing but on the contrary to let the Passion take over and with a very different state of mind in the process. day-to-day work. Of course, a thoughtful, accomplished difference that offers our customers something different.« 

Boucles d’oreilles en or blanc, émeraudes et rubis. White gold earrings with emeralds and rubies. Photo: Fawaz Gruosi Genève

Il semble évident que la maison trouvera ou retrouvera sa clientèle. Le contexte actuel n’est certes pas porteur pour les événements mais le créateur a imaginé avec son équipe près de 400 pièces, des gammes access arrivent également et des montres sont depuis peu sorties des ateliers genevois. Certaines voyagent déjà dans le monde grâce à quelques collaborateurs. Et de conclure, optimiste, à son image, « oui, je prévois d’ouvrir d’autres boutiques ailleurs qu’à Londres et j’ai hâte de pouvoir voyager à nouveau pour voir mes clients à travers le monde ! » Bon vent M. Gruosi et qu’il vous soit favorable!

It seems obvious that the house will find its customers. The current context is certainly not promising for events but the creator with his team has imagined nearly 400 pieces, access collections are also arriving and watches have recently left the Geneva workshops. Some are already traveling the world thanks to a few collaborators. And to conclude, optimistic, like him, « yes, I plan to open more stores outside of London and I look forward to being able to travel again to see my customers around the world! » Good luck Mr. Gruosi and may the force be with you!

A bientôt

See you soon!

Luanda Leaks : en janvier 2020, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a montré comment Isabel Dos Santos, la fille de l’ancien président angolais, a détourné un milliard d’euros de fonds publics issus d’entreprises angolaises. En analysant une fuite de 715,000 documents, 36 médias internationaux dont la BBC, le New York Times ou Le Monde ont expliqué comment une armée de sociétés financières occidentales, d’avocats, de comptables, de fonctionnaires et de sociétés de gestion ont aidé cette femme de 48 ans à cacher près d’un milliard de dollars aux autorités fiscales. Ces révélations ont engendré le gel de ses actifs et la nationalisation de ses parts dans la société portugaise Efacec. Un conflit judiciaire toujours en cours puisque en mars 2021, la femme d’affaire angolaise déposait des documents auprès de la Haute Cour de Justice de Londres afin de contredire les révélations du ICIJ. Fawaz Gruosi n’a pas été inquiété suite aux révélations.

Luanda Leaks: In January 2020, the International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) showed how Isabel Dos Santos, the daughter of the former Angolan president, embezzled one billion euros of public funds from Angolan companies. By analyzing a leak of 715,000 documents, 36 international media including the BBC, the New York Times and Le Monde explained how an army of Western financial firms, lawyers, accountants, civil servants and management companies helped this 48-year-old woman hiding nearly a billion dollars from the tax authorities. These revelations led to the freezing of her assets and the nationalization of her shares in the Portuguese company Efacec. A legal conflict still ongoing since in March 2021, the Angolan businesswoman filed documents with the High Court of Justice in London in order to contradict the revelations of the ICIJ. Fawaz Gruosi was not worried following the revelations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.