Alice Fournier, poésie joaillière entre Paris et Genève

Il y a quelques années, nous sommes alors en 2016, je rencontre Alice Fournier au détour d’une soirée dans le 9e arrondissement de Paris. Depuis, je l’ai vu évoluer ces dernières années jusqu’à s’installer à son compte et ouvrir son bureau à quelques encablures de la station de métro Cadet. A force de la croiser, de parler avec elle, de partager des TGV Paris-Genève autour d’un café, j’ai eu envie de vous la présenter et de lui proposer de vous raconter sa vie à 100 à l’heure entre les pierres, les bijoux, la France et la Suisse… La Suisse, d’ailleurs, où elle vous accueillera du 3 au 8 octobre chez Francioli au 11 rue de l’Hôtel de Ville à Genève. Alors, si vous passez par cette ville magnifique, allez la voir et découvrir ses pièces. Je n’ai absolument aucun doute sur le fait que vous l’adorerez autant que ses créations joaillières pleines de couleurs.

A few years ago, we were then in 2016, I met Alice Fournier during an evening in the 9th arrondissement of Paris. I have seen her evolve over the past few years to set up on her own business and open her office not far from the Cadet metro station. By dint of meeting her, talking with her, sharing Paris-Geneva TGV over a coffee, I wanted to introduce her to you and ask her to tell you about her life at 100 an hour between stones, jewelry, France and Switzerland… Switzerland, moreover, where she will welcome you from October 3 to 8 at Francioli’s at 11 rue de l’Hôtel de Ville in Geneva. So, if you pass by this magnificent city, go see her and discover her creations. I have absolutely no doubt that you will love her as much as her colorful jewelry creations.

Alice Fournier. Photo : Chloé Bruhat

1- Peux-tu te présenter en quelques lignes? Can you introduce yourself in a few lines?

J’ai grandi en Suisse, à Genève, entre lac et montagne. J’ai une passion infinie pour la nature, les extérieurs et je vis pourtant aujourd’hui en ville, à Paris. Certains diront que je suis parisienne maintenant, je ne suis pas convaincue par cette idée ! Ma famille n’est pas du tout du milieu de la joaillerie, mais mes parents m’ont transmis les valeurs du savoir-faire et le goût des belles choses.

I grew up in Switzerland, in Geneva, between lake and mountain. I have an infinite passion for nature, the outdoors and yet today I live in the city, in Paris. Some will say that I am Parisian now, I am not convinced by this idea! My family is not at all from the jewelery industry, but my parents transmitted to me the values of know-how and the taste for beautiful things.

2- Quel a été ton parcours avant le lancement de ta marque éponyme? What was your background before launching your eponymous brand?

J’ai commencé à travailler en tant que designer pour une marque parisienne, puis j’ai été débauchée pour ouvrir le bureau parisien d’un fournisseur allemand, l’un des leaders mondiaux du marché de la pierre de couleurs. Après en avoir pris plein les yeux pendant plus de 4 ans, j’ai décidé de retourner à mes premiers amours, la création et me suis mise à mon compte fin 2018.

I started working as a designer for a Parisian brand, then I was poached to open the Paris office of a German supplier, one of the world leaders in the colored stone market. After being amazed for more than 4 years, I decided to return to my first love, creation and started my own business at the end of 2018.

Bague Yukon en or blancet rose, diamants et tourmaline Paraïba. Photo : Alice Fournier

The Yukon ring in pink and white gold, diamonds and Paraïba tourmaline. Photo : Alice Fournier

3- Pourquoi avoir décidé de te lancer et qu’est-ce que cela t’apporte? Why did you decide to start and what does it bring you?

À l’époque je n’avais pas d’enfants, pas d’emprunt, aucun engagement… Je me suis dit que si je ne le faisais pas maintenant, je ne le ferai jamais. Et que si ça devait ne pas marcher, je ne perdrais finalement pas grand-chose. Soutenue par mon entourage et l’entreprise que je quittais, je me suis lancée.  Et c’est surement l’une des meilleures décisions que j’ai prise ! J’ai la chance de pouvoir gérer mon temps comme je l‘entends, c’est extrêmement précieux. Je travaille avec de belles matières, des artisans qui font des merveilles, c’est magique d’avoir les yeux qui brillent tous les jours.

Back then I had no kids, no loans, no commitments…I figured if I didn’t do it now, I never would. And that if it shouldn’t work out, I wouldn’t lose much in the end. Supported by my entourage and the company I was leaving, I started. And it was definitely one of the best decisions I’ve made! I am lucky to be able to manage my time as I see fit, it is extremely valuable. I work with beautiful materials, craftsmen who work wonders, it’s magical to have eyes that shine every day.

Et puis les rencontres avec les clients sont très agréables, je les accompagne pour de beaux événements de leur vie, c’est quand même chouette de se dire que l’on amène un peu de bonheur dans la vie des gens.

And then the meetings with the clients are very pleasant, I accompany them for beautiful events in their lives, it’s still nice to think that we bring a little happiness in people’s lives.

4- Qu’est ce qui t’inspire dans ton quotidien et comment cela se retranscrit dans ton travail? What inspires you in your daily life and how does this translate into your work?

Les contrastes ! De couleurs, de matières, de volumes, de situations… Je trouve que deux éléments qui se contrastent se mettent en lumière l’un et l’autre. Pour le retranscrire dans mon travail, je joue évidemment sur mon terrain préféré, la pierre de couleur, en l’associant à du métal poli, ciselé, brossé. J’essaie de rajouter des détails là où l’on ne s’y attend pas forcément. J’aime l’idée qu’un bijou soit serti de pierres à des endroits que l’on ne perçoit pas immédiatement, ça rajoute de la surprise, c’est excitant.

Contrasts ! Colors, materials, volumes, situations… I find that two contrasting elements highlight each other. To transcribe it in my work, I obviously play on my favorite ground, colored stone, by associating it with polished, chiseled, brushed metal. I try to add details where you don’t necessarily expect it. I like the idea that a jewel is set with stones in places that you don’t immediately notice, it adds surprise, it’s exciting.

Bague Sasha en or rose, diamants, rubis et spinelle. Projet sur mesure. Photo : Alice Fournier

The Sasha ring in pink gold, diamonds, rubies and spinel. Bespoke project. Photo: Alice Fournier

5- Quelle est ta matière préférée, celle avec laquelle tu ne peux t’empêcher d’imaginer un bijou? What is your favorite material, the one with which you cannot help imagining a jewel?

J’allais te dire les cailloux en général ! Sincèrement, j’aime tellement les pierres de couleurs que certaines me retournent le ventre… ça paraît fou, mais je sais que tu sais ce que je veux dire. Malgré tout, lorsque j’imagine un bijou, il y a toujours du métal. Je travaille beaucoup l’or rouge, que je trouve très doux et réconfortant.

I was going to tell you gemstones in general ! Honestly, I love colored stones so much that some make my stomach turn…it sounds crazy, but I know you know what I mean. Despite everything, when I imagine a jewel, there is always metal. I work a lot with red gold, which I find very soft and comforting.

6- Et le bijou d’ailleurs, plutôt pour les femmes ou les hommes? Ou les deux? And the jewel by the way, rather for women or men? Or both?

Les demandes que je reçois sont essentiellement pour des femmes. Mais j’ai réalisé des pièces pour des hommes aussi, des colliers, notamment avec des pierres de couleurs.

The requests I receive are mainly for women. But I have also made pieces for men, necklaces, especially with colored stones.

7- Tu es Franco-Suisse. Quelle est ta ville joaillière préférée : Paris ou Genève? You are Franco-Swiss. What is your favorite jewelry city: Paris or Geneva?

Joker ? Je peux dire Genève, car c’est dans cette ville que mon envie pour ce métier à germé.

Joker? I can say Geneva, because it is in this city that my desire for this job was born.

Boucles d’oreilles Opotiki en or rose, diamants et lapis-lazuli. Photo : Alice Fournier

The Opotiki earrings in pink gold, diamonds and lapis-lazuli. Photo : Alice Fournier

8- Tes deux bonnes adresses dans chaque ville? Your two good addresses in each city?

Alors comme tu le sais, ma passion à part les pierres et la joaillerie c’est manger… Donc je vais recommander à Paris notre petit restaurant que l’on adore toutes les deux, Abri Soba, rue Saulnier dans le 9ème. On y mange divinement bien, c’est chaud en hiver, frais en été et toujours réconfortant ! Un petit voyage express au japon. A Genève, les Bains des Pâquis ! On est au bord de l’eau, on se baigne depuis les rochers, avec une vue de dingue et on peut y déguster une fondue (Suisse bien sûr), rien de mieux pour être heureux.

So as you know, my passion apart from stones and jewelry is eating… So I’m going to recommend our little restaurant in Paris that we both love, Abri Soba, rue Saulnier in the 9th arrondissement. The food is divine, it’s warm in winter, cool in summer and always comforting! A little express trip to Japan. In Geneva, the Bains des Pâquis! We are at the edge of the water, we bathe from the rocks, with a crazy view and we can enjoy a fondue (Swiss of course), nothing better to be happy.

9- Comment te positionnes-tu face aux défis sur la traçabilité et à la fabrication qui modifie le paysage joaillier? How do you position yourself in face of the challenges of traceability and manufacturing that are changing the jewelry industry?

C’est un vaste sujet que l’on ne peut pas mettre de côté aujourd’hui. Les clients sont demandeurs de transparence et je les comprends. Je pense qu’il y a une grosse partie d’éducation (dans le bon sens du terme !) que nous professionnels devons apporter, c’est finalement normal d’expliquer d’où viennent les matières, comment cela se passe pour les extraire, les tailler…. Il me semble que cela fait parti du rêve que l’on vend à nos clients, ça permet aussi de les impliquer, qu’ils prennent part à 100% au projet.

This is a vast subject that cannot be put aside today. Customers are demanding transparency and I understand them. I think there is a big part of education (in a good way!) that we, as professionals, have to bring, it’s finally normal to explain where the materials come from, how it goes to extract them , cut them…. It seems to me that this is part of the dream that we sell to our customers, it also allows them to be involved, that they take part 100% in the project.

Pour autant, je trouve dommage que l’on tombe dans la folie des certificats. J’ai peur que le client ne prête finalement plus attention à la pierre en elle-même, mais uniquement au papier, dans un souci de traçabilité. C’est d’ailleurs déjà ce qui est entrain de se passer sur certaines variétés.

However, I find it unfortunate that we are falling into the madness of certificates. I fear that the client will ultimately no longer pay attention to the stone itself, but only to the paper, for the sake of traceability. This is already what is happening with certain varieties.

Pour ma part, j’ai pris le parti de travailler au plus proche de mes fournisseurs afin de pouvoir garantir une traçabilité à mes clients. Certaines pierres sont certifiées, pas toutes. J’aime l’idée de travailler avec des pierres totalement naturelles, non traitées, ni chauffées, mais ce n’est pas toujours le cas – l’idée est de se rapprocher le plus possible du budget transmis par le client et ce point-là est un facteur déterminant. Je dessine tous les modèles, je mets parfois en volume puis la fabrication est entièrement réalisée à Paris, dans des ateliers RJC travaillant également avec les Maisons de la Place Vendôme. Ça me permet de suivre toutes les étapes et c’est précieux.

For my part, I have decided to work as close as possible to my suppliers in order to be able to guarantee traceability to my customers. Some stones are certified, not all. I like the idea of working with totally natural stones, not treated or heated, but this is not always the case – the idea is to come as close as possible to the budget transmitted by the client and this point- that is a determining factor. I draw all the models, I sometimes put in volume then the manufacturing is entirely carried out in Paris, in RJC workshops also working with the Houses of Place Vendôme. It allows me to follow all the steps and it is precious.

Bague Baku en or blanc et diamants. Photo : Alice Fournier

The Baku ring in white gold and diamonds. Photo : Alice Fournier

10- Si tu t’imagines dans dix ans, tu te vois où? If you imagine yourself in ten years, where do you see yourself?

La vérité ? Créer tout autant de bijoux et ne jamais avoir à les vendre. C’est un privilège de faire de sa passion son métier, mais j’en paye le prix émotionnel à chaque pièce vendue que je vois partir… Dans 10 ans, je ne me vois plus forcément à Paris. Mais bon je disais ça il y a 10 ans déjà alors on verra bien ! Mais plus sérieusement, j’aimerais travailler davantage avec l’international, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Brésil… J’espère que j’aurai développé tout ça, que je continuerai à aller chercher de beaux projets riches en couleurs qui émerveilleront mes clients ! Accessoirement, si Beyoncé pouvait porter l’un de mes bijoux en chantant Halo, je pourrais quitter ce monde l’esprit tranquille !

The truth ? Create just as much jewelry and never have to sell it. It’s a privilege to make your passion your job, but I pay the emotional price for it with each piece sold that I see leaving… In 10 years, I don’t necessarily see myself in Paris anymore. But hey, I said that 10 years ago so we’ll see! But more seriously, I would like to work more with the international, the United Kingdom, the United States, Brazil… I hope that I will have developed all that, that I will continue to seek beautiful projects rich in color that will amaze my customers! Incidentally, if Beyoncé could wear any of my jewelry while singing Halo, I could leave this world with peace of mind!

11- Une anecdote à nous raconter? An anecdote to tell us?

Il y a quelques mois, une cliente m’appelle pour me raconter qu’elle était dans le métro et qu’en face d’elle vient s’assoir une jeune femme très élégante qui porte une bague. Ma cliente remarque la bague, reconnait le style et se met à parler à cette personne en lui demandant s’il s’agit d’une bague Alice Fournier. C’est idiot mais ça fait chaud au cœur. Je suis encore confidentielle, je n’ai pas de point de vente et tout est en direct. Si en plus de créer des bijoux je créé du contact et des liens alors je suis la plus heureuse !

A few months ago, a client called me to tell me that she was on the metro and that a very elegant young woman was sitting in front of her, wearing a ring. My client notices the ring, recognizes the style and starts talking to this person asking if it is an Alice Fournier ring. It’s silly but it’s heartwarming. I am still confidential, I have no point of sale and everything is live. If in addition to creating jewelry I create contact and connections then I’m the happiest!

12- Ton plus grand rêve ou la personnalité joaillière que tu rêves de rencontrer? Your biggest dream or the jewelry personality you dream of meeting?

Je crois que j’aimerais beaucoup déjeuner avec Suzanne Belperron, ça semble un peu compromis mais c’est un rêve !

I think I would love to have lunch with Suzanne Belperron, it seems a bit compromised but it’s a dream!

Bague Nicole en or blanc, émeraudes, saphirs et tourmalines paraïba. Photo : Alice Fournier

The Nicole ring in white gold, emeralds, sapphires and paraïba tourmalines. Photo : Alice Fournier

13- Et pour conclure, tu dirais quoi à un jeune qui veut faire comme toi et se lancer un jour? And to conclude, what would you say to a young person who wants to do like you and start one day?

Se mettre à son compte dans la création de joaillerie c’est finalement 20% de création et 80% de gestion, de logistique, de douane, de tout le reste. Je pense que c’est important de connaître le métier pour pouvoir échanger correctement avec tous ses partenaires. Du fournisseur de pierres, au lapidaire, en passant par le joaillier… et jusqu’au polisseur ! Il faut être curieux, s’informer du marché, de ce qu’il se passe, de comment ça évolue. Rester attentif au client, l’écouter. Regarder, j’ai passé des heures à observer des pierres. Et bien sûr apprendre, écouter… mais regarder, comparer, c’est ce qu’il y a de mieux pour se faire un œil ; il ne faut pas avoir peur de solliciter de l’aide, demander l’avis de son entourage proche et moins proche, ça créé un réseau et les gens sont souvent très flattés que l’on fasse appel à leurs lumières. Cela permet de prendre du recul en ayant un avis extérieur. Enfin, il faut avoir envie ! Il ne faut pas avoir peur des montagnes russes et des loopings, profiter du voyage, tout ira bien j’en suis convaincue !

Becoming self-employed in the creation of jewelry is ultimately 20% creation and 80% management, logistics, customs, everything else. I think it’s important to know the job in order to be able to communicate correctly with all its partners. From the stone supplier, to the lapidary, to the jeweler… and even to the polisher! You have to be curious, find out about the market, what’s going on, how it’s changing. Stay attentive to the customer, listen to him. Look, I spent hours looking at stones. And of course to learn, to listen… but to look, to compare, that’s the best way to get an eye; you should not be afraid to ask for help, ask the opinion of your close and less close entourage, it creates a network and people are often very flattered that you call on their lights. This allows you to take a step back by having an outside opinion. Finally, you have to want! Do not be afraid of roller coasters and loops, enjoy the trip, everything will be fine I’m sure!

A bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.