Le bijou selon Dangleterre

J’ai découvert la marque Dangleterre quelques mois avant le 1er confinement. Désormais, il y aura un avant et un après. Mais cela permet de situer les choses et la rencontre avec cette très belle marque. Bagues opulentes et gourmandes comme je les aime, pierres « juicy » diraient les américains, colorées, pétillantes diront les français. Car c’est certainement ce que l’on remarque quand on pose les yeux sur les bijoux hors-normes de Ségolène, la créatrice de cette maison qui devrait faire parler d’elle sans difficulté. Nous avons mis du temps à concrétiser cette interview et c’est peut-être tant mieux. J’aime me donner le temps, surtout quand je perçois chez les gens que le bijou n’est pas que l’aboutissement d’une longue réflexion artistique et culturelle. Car avec Dangleterre, ce ne sont pas seulement des bijoux, mais aussi de l’art, de l’architecture, du design, et des références aussi multiples qu’enthousiasmantes. Rencontre avec une créatrice à la singularité rare.

I discovered the Dangleterre brand a few months before the 1st lock-down. Now there will be a before and an after. But it allows to situate things and the meeting with this very beautiful brand. Opulent and gourmet rings as I like them, juicy stones would say the Americans, colorful, sparkling as the French say. Because it is certainly what one notices when one lays eyes on the extraordinary jewels of Ségolène, the creator of this house which should be talked about without difficulty. We took a long time to make this interview a reality and maybe that’s good. I like to give myself time, especially when I perceive in people that the jewel is only the result of a long artistic and cultural reflection. Because with Dangleterre, it is not only jewelry, but also art, architecture, design, and references as multiple as they are exciting. Meeting with a designer with a rare singularity.

Ségolène Dangleterre. Photo: Céline Villegas

« Une première carrière dans le design« , c’est comme cela que se présente Ségolène, et j’ai eu envie de creuser avec elle ce qu’était l’avant Dangleterre. Fin des années 90, la voilà à l’École Supérieure d’Art et de Design de Reims. Puis début des années 2000, c’est par le biais de l’IICP, l’Institut International de Communication de Paris que la future joaillière fait ses premières armes professionnelles. Elle deviendra très vite attachée de presse auprès de l’agence 14 septembre. Une entrée en matière fracassante avec le design dans une agence qui est spécialisée dans ce domaine qu’est l’art de vivre haut de gamme, en lien avec certaines des plus grandes manufactures du territoire. Rapidement, elle saute le pas et initie sa propre structure – Choses – elle a alors 25 ans. Peu de temps avant, alors assistante photo pour le magazine ELLE, elle avait développé un œil et une expertise sur l’objet et sa légitimité.

« A first career in design« , that’s how Ségolène presents herself, and I wanted to explore with her what forward Dangleterre was. At the end of the 90s, here she is at the Superior School of Art and Design in Reims. Then at the beginning of the 2000s, it was through the IICP, the International Institute of Communication of Paris, that the future jeweler made her professional debut. She will very quickly become press attaché with the agency September 14. A shattering introduction to design with an agency that specializes in the field of the high-end art of living, in connection with some of the largest manufacturers in the region. Quickly, she took the plunge and initiated her own structure – Things – she was then 25 years old. Shortly before, then photo assistant for ELLE magazine, she had developed an eye and expertise on the object and its legitimacy. Parmi ses clients, Fritz Hansen ou Mathias Kiss avec qui elle va initier une collaboration joaillière inspiré de son travail sur la déconstruction.

Bague Villa Esperada, or jaune 750, cornaline et saphir jaune. The Villa Esperada 18k yellow gold ring, carnelian and yellow sapphire. Photo: Remy Lonvis

Bague Régente en or jaune 750, onyx et cordièrite, photographiée sur cheveux par Roberto Greco. Régente ring in 18k yellow gold, onyx and cordièrite, photographed on hair by Roberto Greco.

Jusqu’en 2019, elle reste dans le domaine de la communication, l’énergie de la presse la nourrit, mais les bijoux commencent à faire leur apparition. Elle saute le pas et décide de se former à la Haute Ecole de Joaillerie pour apprendre la maquette cire. Le médium est idéal pour celle qui veut des volumes joyeux, des pièces aux proportions inimitables. Le bijou devient objet magique, objet totem, objet plaisir, pour celui qui veut bien se l’approprier. Puisque le bijou est en soi un objet non essentiel, mais – attention – il peut le devenir, il est donc l’objet parfait pour expérimenter. Il est, en soi, le vecteur d’une créativité sans limite pour qui veut bien sortir de l’ennuyeux solitaire quatre griffes. Pour Ségolène, il s’agit de construire son argumentation et sa légitimité, Dangleterre est né.

Until 2019, she remains in the field of communication, the energy of the press nourishes her, but jewels are starting to appear. She takes the plunge and decides to train at the Haute Ecole de Joaillerie to learn the wax model. The medium is ideal for those who want joyful volumes, pieces of inimitable proportions. The jewel becomes a magical object, a totem object, a pleasure object, for those who want to appropriate it. Since the jewel is in itself a non-essential object, but – be careful – it can become so, it is therefore the perfect object to experiment. It is, in itself, the vector of limitless creativity for those who want to get out of the boring four-claw ring. For Ségolène, it is a question of building its argumentation and its legitimacy, Dangleterre is born.

Bague Diva en or jaune 750, lapis-lazuli et grenats malaya. The Diva 18k yellow golg ring, lapis-lazuli and malaya garnets. Photo: Remy Lonvis

Colliers TOGGLE JASPE (or 750, jaspe rouge et saphirs bleu) et TOGGLE OEIL DE TIGRE (or 750, oeil de tigre et cabochons de lapis lazuli). Bralelets Flat Wood en palissandre des Indes et perles de cultures. Bagues Constantin en or jaune 750, saphirs jaunes, grenats tsavorites, saphirs et diamants. TOGGLE JASPE necklaces (750 gold, red jasper and blue sapphires) and TOGGLE EYE OF TIGRE (750 gold, tiger’s eye and lapis lazuli cabochons). Flat Wood bralelets in Indian rosewood and cultured pearls. Constantin rings in 750 yellow gold, yellow sapphires, tsavorite garnets, sapphires and diamonds. Photo: Nohan Ferreira

Alors qu’est-ce qui caractérise les créations de la maison Dangleterre? Le volume déja, puis les matières gemmes que la créatrice utilise. S’ajoute la modularité des pièces, qu’elle explore pour ses derniers modèles. Si Ségolène travaille quasiment tout à la main, sculptant directement ses envies dans la cire, elle ne s’interdit pas d’explorer ce que la technologie peut lui apporter, ainsi la 3D lui sert parfois à concrétiser une idée et un premier volume auquel elle va ensuite donner vie manuellement. Après la maquette cire, elle a aussi découvert l’art lapidaire et taille certaines des pierres qui se retrouvent sur ses créations. Engagée, elle ne conçoit pas sa démarche créative sans y associer un forme de recyclage : ainsi elle a acquis le stock de pierres ornementales d’un horloger qui partait en retraite pour les utiliser dans sa joaillerie. Comme une passation de flambeau.

So what characterizes the creations of the Dangleterre house? The volume already, then the gem materials that the designer uses. There is also the modularity of the parts, which she explores for her latest models. If Séglène works almost entirely by hand, directly sculpting her desires in wax, she does not refrain from exploring what technology can bring her, so 3D is sometimes used to concretize an idea and a first volume in which she will then give life manually. After the wax model, she also discovered the art of lapidary and cut some of the stones that are found on her creations. Committed, she does not conceive of her creative approach without associating it with a form of recycling: thus she acquired the stock of ornamental stones from a watchmaker who was retiring to use them in his jewelry. Like a passing of the torch.

Bague Mirage en or jaune 750 et péridot, photographiée sur cheveux par Roberto Greco. Régente ring in 18k yellow gold & peridot, photographed on hair by Roberto Greco.

Bague Fredaine en or jaune 750, quartz rose et grenats tsavorites. The Fredaine 18k yellow gold ring with pink quartz and tsavorite garnets. Photo: Remy Lonvis

Quand à l’esthétique, on retrouve dans les volumes audacieux ce quelque chose qui fait échos aux années 70. Nous avons parlé d’opulences, mais il faut aussi aller chercher du coté de ce que les américains appellent costume jewelry, soit cette bijouterie fantaisie joyeuse, colorée, imposantes souvent, que l’on retrouvera en France chez Chanel ou Yves Saint-Laurent. C’est tout le talent de Ségolène que d’avoir pu la retranscrire sous une forme plus précieuse, en or, diamants, matières gemmes atypiques, souvent oubliées, telles que le jaspe ou le bois. Parmi ses dernières pièces, des bracelets en palissandre des Indes ornés de perles de culture, des fermoirs toogle... Des pièces massives, Belperronesque peut-être car Ségolène confie une passion pour son travail, qui habillent des femmes, mais également des hommes, à la recherche d’un bijou sans tabou.

When it comes to aesthetics, in the bold volumes we find something that echoes the 70s. We have spoken of opulence, but we must also look for what the Americans call costume jewelry. A joyful, colorful, often imposing jewelry, that we find in France at Chanel or Yves Saint-Laurent. It was Ségolène’s talent to have been able to transcribe it in a more precious form, in gold, diamonds, unusual gemstones, often forgotten, such as jasper or wood. Among her latest pieces, Indian rosewood bracelets adorned with cultured pearls, toogle clasps… Massive pieces, Belperronal perhaps because Ségolène confides a passion for her work, which dresses women, but also men, in search of a jewel without taboo.

A bientôt

See you soon!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.