De la perte et de la renaissance

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Barbara Paganin est ce que l’on peut appeler une artiste joaillière complète. Depuis plus de 25 ans, elle imagine, crée et recycle sous forme de bijoux des éléments qui font échos à la perte et à ses propres souvenirs de vie. Sa dernière exposition, organisée à la galerie La Joaillerie par Mazlo en collaboration avec l’association Arketip est une pure merveille visuelle et émotionnelle. A condition, bien sur, d’accepter de regarder intimement vers soi et vers son propre chemin de vie.

Barbara Paganin is what can be called a complete jewelry artist. For more than 25 years, she has been creating jewels, making and recycling items that echo to loss and to her own memories of life. Her latest exhibition, organized at the La Joaillerie par Mazlo gallery in collaboration with the Arketip association, is a pure visual and emotional marvel. Provided, of course, to accept to look intimately towards oneself and one’s own way of life.

barbara paganin

Barbara Paganin portant les broches de la série Memoria Aperta. Barbara Paganin wearing her own Memoria Aperta serie brooches. Photo : Barbara Paganin

Avant de créer des pièces de bijouterie, Barbara Paganin a abord étudié l’art des métaux et du design de bijou à Venise, sa ville de naissance et de résidence, à l’Istituto Stalale d’Arte puis s’est initiée à la sculpture à l’Academia Di Belle Arti. A la suite de ses études, elle devient professeur de dessin technique et de design à Padoue et rejoint alors l’Istituto d’Arte Pietro Selvatico. Depuis 1988, elle est titulaire de la chaire de design professionnel de l’Istituto Stalale d’Arte qui est depuis devenu Ecole d’Art Michelangelo Guggenheim.

Before creating jewelry pieces, Barbara Paganin first studied the art of metals and jewel design in Venice, her birth and residence city, at the Istituto Stalale d’Arte and then began to study sculpture at the Academia Di Belle Arti. Following her studies, she became professor of technical drawing and design in Padua and joined the Istituto d’Arte Pietro Selvatico. Since 1988, she holds the chair of professional design at the Istituto Stalale d’Arte, which has since become Michelangelo Guggenheim Art School.

barbara paganini

MEMORIA APERTA N.11. Broche, 2011-13. Argent oxydé, portrait miniature ancien, verre, cabochon de tourmaline, or. MEMORIA APERTA N.11. Brooch, 2011-13. Oxidized silver, old miniature portrait, glass, tourmaline cabochon, gold. Crédit photo: Alice Pavesi Fiori.

25 ans de création, cela représente de nombreux bijoux. Depuis 1997, elle les montre et les expose aussi au quatre coins du monde : la France, les Etats-unis, l’Autriche, l’Allemagne, l’Italie ou encore le Portugal ou l’Angleterre. Car les bijoux de Barbara sont puissants et différents. Puisant au fond de sa mémoire, elle traduit en bijoux la perte, le deuil, la douleur puis la transformation… Etudie la métamorphose de l’enfance vers la vie d’adulte, cherche au fond de sa mémoire les sensations et les ressentis de l’enfant qu’elle a été. Aussi l’étude attentive de ses pièces révèle l’utilisation méthodique et récurrente de petites chaussures évoquant celles des poupées. Cet élément, signature de ses dernières créations, s’explique dans un souvenir de Barbara Paganin. Petite, elle reçut une poupée et, comme beaucoup de petite-filles, fonda un amour puissant pour les petites chaussures qu’elle gardait précieusement avec elle, dans sa poche. Puis les perdit dans Venise sans espoir de les retrouver. Elle explique que encore aujourd’hui « quand je passe dans cette rue (de Venise, ndlr), je regarde le sol, espérant les retrouver« . Ce n’est donc pas un hasard si les petites Marie Janes (aussi appelées Babies ou chaussures Charles IX, ndlr) se retrouvent de manière quasi permanente sur ses bijoux et plus particulièrement sur la série Memoria Aperta (Mémoire ouverte, ndlr) imaginée et fabriquée entre 2011 et 2013 qui se retrouve exposée aujourd’hui à Paris.

25 years of creation, this represents many jewels. Since 1997, she shows and exposes them to the four corners of the world : France, the United States, Austria, Germany, Italy or even Portugal or England. Because Barbara’s jewels are powerful and different. Drawing from the depths of her memory, she translates loss, mourning, pain and transformation into jewels … She studies the metamorphosis from childhood to adult life, searching in the depths of her memory for sensations and feelings of the child she was. Also the careful study of her pieces reveals the methodical and recurrent use of small shoes, reminiscent of dolls. This element, signature of her latest creations, is explained in a memory of Barbara Paganin. As a child, she received a doll and, like many little daughters, founded a powerful love for the little shoes that she treasured with her in her pocket. Then lost them in Venice without hope of finding them. She explains that even today « when I walk in this street (of Venice, ed), I look at the ground, hoping to find them« . It is no coincidence that the little Marie Janes (also called Babies or Charles IX shoes, ed) are found almost permanently on her jewelry and more particularly on the series Memoria Aperta (Memory open, ed) imagined and manufactured between 2011 and 2013 which is exposed today in Paris.

barbara paganin

MEMORIA APERTA N.7. Broche, 2011-13. Argent, photographie, porcelaine, saphir jaune, or. MEMORIA APERTA N.7. Brooch, 2011-13. Silver, photography, porcelain, yellow sapphire, gold. Crédit photo: Alice Pavesi Fiori.

Ses pièces révèlent également des photos, portraits miniatures, fragments de porcelaines issus de son jardin et objets divers qu’elle trouve au grès de ses pérégrinations dans les brocantes et chez les antiquaires de Venise ou d’ailleurs. Collectant de nombreux éléments, elle les réutilise ensuite dans ses pièces pour leur donner une nouvelle vie et un nouveau sens. Enfin, il faut évoquer le thème végétal présent à de nombreuses reprises sous des formes très différentes. Depuis plusieurs années, le motif du chou Romanesco revient de manière récurrente. Au début, la créatrice a travaillé sur la feuille primordiale, celle qui inaugure la naissance d’une plante et qui se répète infiniment jusqu’à sa mort. Comme une manière de transfigurer le ressassement ? Peut-être. D’ou le travail sur l’objet fractal naturel par excellence qu’est le Romanesco. Aussi le travaille-t-elle avec du verre de Murano mais aussi de la résine acrylique, lui donnant des couleurs magiques et l’intégrant ici comme élément d’un broche et là comme le motif principal d’un collier inoubliable.

Her pieces also reveal photos, miniature portraits, fragments of porcelain from her garden and various objects she finds during her wanderings in flea markets and antique shops in Venice or elsewhere. Collecting many elements, she then reuses them in her pieces to give them a new life and a new meaning. Finally, it is necessary to evoke the vegetable theme present many times in very different forms. For several years, the motif of the Romanesco cauliflower returns recurrently. At first, the designer worked on the primordial leaf, the one that inaugurates the birth of a plant and which is repeated infinitely until its death. As a way to transfigure endless thoughts ? Perhaps. Hence the work on the perfect natural fractal object that is the Romanesco. Also she works with Murano glass but also acrylic resin, giving it magical colors and incorporating it here as part of a brooch and there as the main motif of an unforgettable necklace.

barbara paganin

MEMORIA APERTA N.3. Broche, 2011-13. Argent patiné, verre, porcelaine, cadran de montre ancienne, rhodochrosite, or. MEMORIA APERTA N.3. Brooch, 2011-13. Patinated silver, glass, porcelain, antique watch dial, rhodochrosite, gold. Crédit photo: Alice Pavesi Fiori.

Il reste quelques jours pour découvrir l’exposition à la galerie la Joaillerie par Mazlo. Je ne peux que vous encourager à aller la voir car elle mérite vraiment le détour. Les pièces entre joaillerie et bijouterie sont très actuelles et modernes. Elles racontent des histoires de vies, des histoires de pertes et montrent combien la vie continue. J’ai été très touchée par plusieurs pièces exposées et j’espère qu’il en sera de même pour vous !

There are still a few days left to discover the exhibition at La Joaillerie par Mazlo gallery. I can only encourage you to go to see it because it really deserves a visit. The pieces are very modern. They tell stories of lives, stories of loss and show how life goes on. I was very touched by several exhibited jewels and I hope it will be the same for you !

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *