Karine Niemand, l’art, le rêve, les bijoux

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Il est des interviews plus longues que d’autres à concrétiser. Mais, en général, lorsque l’on on y arrive, elles se révèlent parmi les plus passionnantes et les plus enthousiasmantes. Ma rencontre avec Karine Niemand remonte à quelques mois déjà. Nous nous étions croisées lors d’une exposition à l’Hôtel de Ville de Paris et je me souviens que son travail avait été l’un des plus intéressants à voir ce soir de vernissage. Aujourd’hui, je vous invite donc à découvrir le parcours de cette artiste joaillière dont le petit atelier du 12e arrondissement de Paris mérite véritablement votre visite.

There are longer interviews than others to write. But, in general, when you get there, they are among the most exciting. My meeting with Karine Niemand goes back a few months already. We had met during an exhibition at the Paris City Hall and I remember that her work had been one of the most interesting to see this evening. Today, I invite you to discover the career of this jewelry artist whose small workshop in the 12th arrondissement of Paris is truly worth your visit.

karine niemand

Karine Niemand dans l’Atelier Envoûtant. Karine Niemand in her Atelier Envoutant. Photo : Marie Chabrol

L’ouverture de l’atelier de la rue de la Voûte remonte à Septembre 2015 mais l’histoire entre Karine et la joaillerie débute au hasard d’un voyage au Cambodge et au Vietnam en 2005… C’est pour elle le moment d‘embrasser pleinement une pratique artistique qui l’a, jusqu’à présent, accompagnée depuis son adolescence sous la forme de d’activités extra-professionnelles. Car, avant de se tourner vers la joaillerie, Karine a eu plusieurs vies. Lesquelles ont fortement influencé sa manière d’aborder le bijou.

The opening of the rue de la Voûte’s workshop dates back to September 2015 but the story between Karine and jewelry starts during a trip to Cambodia and Vietnam in 2005 … It is for her the moment of fully embrace an artistic practice that has so far accompanied her since her adolescence in the form of extra-professional hobbies. Because, before turning to jewelry, Karine had several lives. Which have strongly influenced her approach to jewelry.

karine niemand

Bracelet sculptural en argent, or, citrine et quartz à inclusions d’oxyde de fer. Sculptural silver and gold bracelet featuring citrin and a natural quartz with iron oxides inclusions. Photo : Marie Chabrol

Celui-ci, objet de parure mais aussi objet d’art, se doit de transmettre un message, de porter une signification et de marquer des Temps de vie importants de notre passage si rapide sur cette terre. Karine arrive ainsi, avec une vision poétique de la joaillerie, à rendre durable l’éphémère. Mais revenons quelque peu en arrière… Au début des années 90.

This one, object of adornment but also object of art, must transmit a message, carry a meaning and mark important Times of life of our quickly passage on this earth. Karine arrives thus, with a poetic vision of jewelry, to make durable the ephemeral. But let’s go back a bit … In the early 90s.

karine niemand

Broche « Eros & Thanatos » en argent et or, quartz à inclusions. The « Eros & Thanatos » silver and gold brooch featuring quartz with inclusions and garnet. Photo : Karine Niemand

Karine Niemand le dit elle-même «J’avais un bon niveau scolaire. J’étais d’un milieu populaire où l’on ne faisait pas forcément de longues études ou des études artistiques. Venant d’une famille issue de l’immigration, la question de l’intégration par l’école était une valeur importante. Aussi quand j’ai eu la possibilité de pouvoir entrer à Sciences-Po Lille, il n’était pas question de refuser». Elle suit ensuite un 3eme cycle (DESS) en urbanisme à Sciences-Po Paris, formation également pluridisciplinaire, où elle travaille en collaboration avec des architectes ce qui enrichit encore son regard professionnel et qui se retrouve aujourd’hui dans ses bijoux. Au début des années 2000, la voilà à Montreuil pour pratiquer de manière réelle la requalification de friches industrielles. A cette époque, les villes de la petite couronne parisiennes subissent des mutations profondes. L’augmentation des prix parisiens inaugurent le phénomène de gentrification qui va bouleverser durablement Montreuil, Pantin, Les Lilas et la banlieue de l’Est Parisien. Karine voit les promoteurs arriver, les friches industrielles se détruire, les opérations immobilières de bureau, de logement social ou privé se multiplier et certains logements précaires ou ateliers d’artistes être déplacés, souvent de manière douloureuse pour tous. Elle restera trois ans sur ce poste qu’elle qualifie comme extrêmement formateur. La suite de sa carrière se passe dans l’immobilier d’entreprise, sur un versant plus financier qui l’amènent à bien saisir les tenants de son premier secteur professionnel.

Karine Niemand says herself « I had a good level of education. I was from a popular milieu where you do not necessarily have long or artistic studies. Coming from a family with an immigrant background, the issue of integration by the school was an important value. Also when I had the opportunity to enter Sciences Po Lille, there was no question of refusing« .  She then follows a 3rd cycle in town planning at Sciences-Po Paris, also multidisciplinary training, where she works in collaboration with architects which further enriches her professional look and is found today in her jewelry. At the beginning of the 2000s, she was here in Montreuil to really practice the requalification of industrial wastelands. At that time, the cities of the suburbs of Paris underwent profound changes. The increase in prices in Paris inaugurates the phenomenon of gentrification that will permanently upset Montreuil, Pantin, Les Lilas and the suburbs of eastern Paris. Karine sees promoters arrive, industrial wasteland destroy, office real estate operations, social or private housing multiply and some precarious housing or artists’ studios be moved, often painfully for all. She will remain three years in this position, which she describes as extremely instructive. The rest of her career is in corporate real estate, on a more financial side that leads her to seize the proponents of her first professional sector.

karine niemand

Bague en argent texturé et or sertie d’une opale d’Australie. Silver and gold ring featuring an opal from Australia. Photo : Marie Chabrol

Issue d’une famille aux origines diverses : italienne, allemande, polonaise, elle va très vite, dès l’enfance, s’interroger sur ce mélange culturel qui est le sien. Sa pratique artistique démarre tôt avec de la peinture, du bricolage, du théâtre mais surtout de l’écriture. Laquelle l’accompagne toujours aujourd’hui à l’atelier de la rue de la Voûte. Dès 2000, elle inaugure sa pratique du voyage. Elle visitera des pays comme le Maroc, Cuba, le Sénégal, le Bénin où les cultures comme les couleurs la nourrissent intensément. Puis ce sera l’Asie du Sud-Est. En 2005, à 29 ans, elle quitte son travail et part pour six mois au Cambodge puis au Vietnam. «J’ai découvert les pierres gemmes sur les marchés de Phnom Penh et de Pailin. Mes premiers saphirs et spinelles viennent de là» explique Karine. Elle arpente la région du Rotonah Kiri et découvre l’artisanat local et les réalisations des hommes et des femmes de cette province du Nord-est Cambodgien. «Adolescente, j’ai lu les textes de Joseph Kessel, de Marguerite Duras, Blaise Cendrars, par exemple. Je voulais vivre ces voyages rêvés à travers la littérature» ajoute celle qui découvre à la fois de visu des pays «très chargés d’Histoire» ainsi que d’autres formes de spiritualités qui la guide désormais dans ses créations.

Coming from a family with diverse origins  : Italian, German, Polish, she goes very quickly, from childhood, to wonder about this cultural mixture that is hers. Her artistic practice starts early with painting, DIY, theater and especially writing. Which still accompanies her today at the workshop of the rue de la Voûte. In 2000, she inaugurated her travel practice. She will visit countries like Morocco, Cuba, Senegal, Benin where cultures and colors feed her intensely. Then it will be Southeast Asia. In 2005, at the age of 29, she left her job for six months in Cambodia and Vietnam. « I discovered the gemstones on the Phnom Penh and Pailin markets. My first sapphires and spinels come from there » explains Karine. She surveys the region of Rotonah Kiri and discovers the local crafts and achievements of the men and women of this province of North-East Cambodia. « As a teenager, I read the texts of Joseph Kessel, Marguerite Duras, Blaise Cendrars, for example. I wanted to live these dreamed journeys through literature » adds the one who discovers at the same time from the countries « very charged with History » as well as other forms of spirituality that now guide her in her creations.

karine niemand

Karine lors de son voyage au Cambodge. Karine during her Cambodia travel. Photo : Karine Niemand

Lors de son passage par Hanoï, elle trouve sur les marchés des bobines de fil de cuivre. C’est avec ça qu’elle va commencer à travailler métal et à l’apprivoiser. Elle va ainsi commencer à le crocheter en y incluant des pierres. Entre temps, un ami commun la met en relation avec le Directeur de l’Institut Pasteur de Phnom Penh ce qui l’amène vers une mission humanitaire en urbanisme, en coopération avec la Ville de Paris. Après cette expérience, vient le temps du retour en France.

During her passage through Hanoi, she finds in the markets some copper wire coils. That’s why she’s going to start working on metal and taming it. She will start to crochet it by including some stones. Meanwhile, a mutual friend puts her in touch with the Director of the Pasteur Institute of Phnom Penh which brings her to a humanitarian mission in urban planning, in cooperation with the City of Paris. After this experience, comes the time of the return to France.

karine niemand

Bague en argent et or issue de la série des « Pi ». Elle est sertie d’un quartz à inclusions de dumortierite. Silver and gold ring from the « Pi » collection. This one is featuring a quartz with dumortierite inclusions. Photo : Marie Chabrol

Rentrer, oui. Mais comment concrétiser de manière durable l’expérience de l’Asie et sa découverte du bijou comme mode d’expression privilégié ? Karine choisit déjà de se former en gemmologie, sa rencontre avec les pierres au Cambodge a initié une curiosité qu’elle ne veut pas perdre. Elle s’inscrit et passe son DU de Gemmologie à Lyon où elle travaille sur les opales de feu, une gemme qui la fascine également. Elle continue d’explorer sa pratique du métal : «fabriquer, c’était me confronter à la matière. Elle n’est pas simple, elle ne s’apprivoise pas d’un claquement de doigt». Elle enchaîne donc avec les cours du soir en bijouterie à Nicolas Flamel/Ecole Boulle, passe le CAP Art du Bijou en candidate libre, installe son premier atelier tout en multipliant les stages et expériences en joaillerie, orfèvrerie et travail du métal. C’est notamment un stage au Crédit Municipal de Paris qui lui ouvre le domaine du bijou ancien et lui fait entrevoir des notions d’expertises de celui-ci. Les catalogues de ventes lui font découvrir un monde de signatures et d’influences, elle va alors – entre autre – se passionner pour le travail de Jean Vendôme qui est, pour elle, une véritable révélation.

Come in, yes. But how to concretize in a sustainable way the experience of Asia and her discovery of the jewel as a privileged mode of expression ? Karine already chooses to train in gemology, her encounter with the stones in Cambodia has initiated a curiosity she does not want to lose. She enrolls and passes her DU degree in Gemmology in Lyon where she works on fire opals, a gem that also fascinates her. She continues to explore her practice of metal : « to manufacture, it was to confront me to the matter. It is not simple, it does not tinker with a snap of a finger« . She goes on with the evening courses in jewelry to Nicolas Flamel / Ecole Boulle, passes the French NVQ Art of the Jewel as a free candidate, installs her first workshop while multiplying internships and experiences in jewelry, goldsmithing and metalworking. It is notably an internship at the Crédit Municipal de Paris which opens the field of the old jewel and gives her a glimpse of the notions of expertise of this one. The auction catalogs make her discover a world of signatures and influences, she goes then – among others – to be passionate for the work of Jean Vendôme which is, for her, a real revelation.

karine niemand

Argent texturé dans les mains de Karine. Textured silver in the karine’s hands. Photo : Marie Chabrol

Désormais également maman d’une petite fille et après ses premières expositions à partir de 2010 – notamment à la galerie Arte Viva à Levallois ou dans des expositions dédiées au bijou contemporain- elle inaugure en 2015 l’atelier du 12e arrondissement de Paris.

Now also a mother of a little girl and after her first exhibitions from 2010 – including the Arte Viva gallery in Levallois or exhibitions dedicated to contemporary jewelry – she opened in 2015 the workshop of the 12th district of Paris.

karine niemand

Pendentif « La Rose » en argent et or, grenat. Silver and gold pendant « La Rose ». Photo : Karine Niemand

Les propositions créatives de Karine sont différentes de la joaillerie traditionnelle. C’est justement là que réside tout l’intérêt de sa démarche artistique. En se construisant en dehors du système, elle ouvre un champs de possibles infini où le bijou devient parure, puis objet, puis marqueur de son temps . Or et argent texturés, oxydations, patines, etc… tout intéresse Karine. Aux pierres plus conventionnelles, elle oppose les agates colorées, les quartz à inclusions où «la pierre est souvent l’âme centrale de la pièce», ce qui fait écho notamment aux propos d’André Breton qui considérait les cristaux commeean  les emblèmes de la création poétique.

Karine’s creative proposals are different from traditional jewelry. It is precisely here that lies the interest of her artistic approach. By building herself out of the system, she opens a field of infinite possibilities where the jewel becomes adornment, then object, then marker of its time. Gold and textured silver, oxidation, patinas, etc … all interests Karine. To more conventional stones, she opposes colored agates, quartz with inclusions where « the stone is often the central soul of the piece« , which echoes in particular to the words of André Breton who considered the crystals are the emblems of the poetic creation.

karine niemand

Broche « La Danseuse » en argent, or et quartz à inclusions fait partie de la série des « Broches Curieuses », un ensemble de bijoux qu’elle construit progressivement au fil de son inspiration. Brooch « La Danseuse » in silver, gold and quartz with inclusions is part of the series of « Curious Brooches », a set of jewels she builds progressively following her inspiration. Photo : Marie Chabrol

Elle défends ainsi le «faire» et le «fait-main» loin du tout CAO qui caractérise notre joaillerie actuelle et qui permet une «approche du bijou à la manière de l’écriture automatique si chère aux surréalistes» rendant à ce médium le coté fusionnel intrinsèque qui caractérise pleinement le rapport premier de l’Homme au métal. Avec les «Etoiles Filantes» elle raconte un «instantané durable». Ici les quartz à inclusions révèlent toute la poésie qui les animent (du latin anima : donner une âme). Les thématiques de la transformation, du temps , de la mémoire et de la liberté occupent par ailleurs une place importante et transversale dans son travail.

She thus defends the « make » and the « hand-made » far from the all CAD which characterizes our current jewelry and which allows an « approach of the jewel in the manner of the automatic writing so dear to the surrealists » rendering to this medium the intrinsic fusion side which fully characterizes the first relation of man to metal. With « Shooting Stars » she tells a « lasting snapshot« . Here quartz with inclusions reveal all the poetry that animates them (from the Latin « anima » : to give a soul). The themes of transformation, time, memory and freedom also occupy an important and transversal place in his work.

karine niemand

Bague en argent et opale issue de la série « Les Ailes ». Silver ring from « The Wings » collection, this one is featuring an opal from Australia. Photo : Marie Chabrol

Robert Desnos disait «Une place pour les rêves, mais les rêves à leur place», voila qui me permet de conclure cet article. Karine offre une joaillerie où les symboles entrent en résonance avec la matière ; elle pose et offre un regard poétique sur les tourbillons de la vie et les traduit en bijoux. S’il est un joli lieu à connaître à Paris, son atelier fait parti de ceux-là..

Robert Desnos said « A place for dreams, but dreams in their place« , that allows me to conclude this article. Karine offers jewelry where symbols come into resonance with matter ; she offers a poetic look at the whirlpools of life and translates them into jewels. If there is a nice place to know in Paris, her studio is one of those ..

A bientôt !

See you soon !

*****

L’Atelier Envoutant vous reçoit sur rendez-vous au 34 rue de la voute 75012 Paris. Vous pouvez la joindre par téléphone au 06.70.77.85.15. Enfin, Karine exposera son travail entre février et juin 2019 au Pôle Bijou de Baccarat dans le cadre de l’expostion « L’Amour des voyages ». Je ne peux que vous inciter à aller la découvrir à cette occasion.

The Atelier Envoutant welcomes you by appointment at 34 rue de la voute 75012 Paris. You can reach her by phone at +33. (0)6.70.77.85.15. Finally, Karine will exhibit her work between February and June 2019 at the Pôle Bijou of Baccarat during the exhibition « L’Amour des voyages ». I can only encourage you to discover her jewels at this occasion.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.