Une journée à Anvers

Fin septembre, j’ai eu la chance de pouvoir aller passer une journée entière dans la ville d’Anvers (Belgique). Aussi étonnant que cela puisse paraitre et bien que je travaille dans l’industrie joaillière depuis maintenant de nombreuses années, je n’avais jamais eu l’occasion d’aller m’y balader. C’est désormais chose faite et je sais aussi qu’il me faudra y retourner pour la découvrir encore un peu plus tant les lieux et l’atmosphère de cette jolie ville m’ont enchanté ! Quelques mois auparavant, j’avais visité le temps d’un week-end la ville d’Amsterdam et j’ai retrouvé à Anvers ce qui m’avait plu aux Pays-Bas. Je dois aussi reconnaitre qu’après avoir vécu de nombreuses années dans l’Est de la France, j’ai acquis un gout certain pour les villes d’Europe du Nord où les voitures sont moins nombreuses et les piétons plus présents. Des villes que l’on peut largement arpenter en transports en commun ou en vélo et où une certaine douceur de vivre se dégage. Je ne suis certes restée qu’une journée et ce n’est qu’un point de vue touristique que je m’apprête à partager avec vous, mais j’espère qu’il vous donnera envie de partir quelques jours à Anvers. D’autant plus que la ville inaugure l’Année du Diamant avec des célébrations thématiques à ne pas manquer dont l’ouverture au printemps 2018 du nouveau musée DIVA Antwerp Home of Diamonds. Le programme est vraiment sympathique et se veut très grand public. N’hésitez pas à le consulter, vous y trouverez certainement de quoi agrémenter un séjour dans les mois qui viennent.

At the end of September, I had the chance to spend a whole day in the city of Antwerp (Belgium). As surprising as it may seem and although I have been working in the jewelery industry for many years now, I have never had the opportunity to go in this town. It is now done and I also know that I will go back to discover a little bit more the place and the atmosphere of this beautiful city that delighted me ! A few months before, I had visited the city of Amsterdam for a weekend and found what I liked in the Netherlands in Antwerp. I must also recognize that after having lived many years in the East of France, I gained a certain taste for the cities of Northern Europe where cars are fewer and pedestrians more present. Cities that can be widely explored by public transport or bicycle and where a certain sweetness of life emerges. I have certainly remained just one day and it is only a touristic point of view that I am about to share with you, but I hope that it will make you want to go a few days in Antwerp. In more, the city inaugurates the Diamond Year with thematic and unmissable celebrations, including the opening of the new DIVA Antwerp Home of Diamonds museum in the spring of 2018. The program is really nice and made for every people. Do not hesitate to consult it, you will certainly find something to embellish a stay if you go in this town in the coming months.

Anvers

Dans la gare d’Anvers. Into the Antwerp train station.

Si vous partez de Paris, plusieurs solutions s’offrent à vous mais je ne peux que vous recommander de prendre le Thalys. Depuis la Gare du Nord, il faut deux heures pour arriver en gare d’Anvers (Antwerp ou Antwerpen en flamand). N’hésitez pas à vous y prendre à l’avance pour réserver vos billets de train, plus tôt vous les prenez et moins ils sont chers. Ce sera aussi l’occasion de vous offrir une première classe car les tarifs peuvent alors être très intéressants. Point positif supplémentaire de la 1ere classe, un petit-déjeuner conséquent vous sera offert à bord et vous permettra d’arriver sans avoir le ventre vide. Idéal quand on veut commencer à visiter la ville dès son arrivée ! Pensez à arriver un peu en avance car les contrôles de sécurité rallongent le temps d’embarquement et il serait dommage de manquer votre train.

If you leave from Paris, several solutions are available to you but I can only recommend you to take the Thalys. From the Gare du Nord, it takes two hours to arrive at Antwerpen station (Antwerp). Do not hesitate to go ahead and book your train tickets, the sooner you get them and the less expensive they are. It will also be an opportunity to offer you a first class because the rates can be very interesting. Additional positive point of the 1st class, a substantial breakfast will be offered on board and you will arrive without having an empty stomach. Ideal when you want to start visiting the city upon arrival ! Remember to arrive a little early because the security checks lengthen boarding time and it would be a shame to miss your train.

Une fois que vous aurez posé un pied dans la gare, surtout levez les yeux ! Elle est absolument monumentale et superbe. Si des embranchements ferroviaires existaient ici depuis le milieu du XIXe siècle, la gare telle que vous la verrez existe depuis 1905. Il faut pour cela remercier l’architecte Louis De La Censerie et les ingénieurs Clément Van Bogaert et Jan van Asperen. Ce bâtiment est aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux exemples belges d’architecture ferroviaire. C’est dire s’il est immanquable ! J’ai été largement impressionnée par la hauteur des bâtiments et la majesté imposante du lieu. Pourtant, je suis habituée aux grandes gares mais la petite-fille de cheminot et amoureuse des trains que je suis est quand restée en admiration. Ensuite, rendez-vous au niveau 0 de la gare pour passer à l’office de tourisme de la ville. L’équipe y est d’une très grande gentillesse (et parle français, ce qui peut être utile). Vous pourrez vous y procurer de nombreuses brochures et documents sur la ville. Une halte obligatoire sauf si vous avez très bien balisé votre voyage avant. Cela dit, je conseille toujours de s’entretenir avec des gens du secteur car ils sont une source de conseils non négligeables !

Once you have stepped into the station, look up ! The train station is absolutely monumental and superb. If railway junctions existed here since the middle of the 19th century, the station as you will see it exists since 1905. It is necessary to thank the architect Louis De La Censerie and the engineers Clément Van Bogaert and Jan van Asperen. This building is today considered one of the most beautiful examples of Belgian railway architecture. It is to say if it is unmissable ! I was greatly impressed by the height of the buildings and the imposing majesty of the place. However, I am used to the big railway stations but the granddaughter of railwayman and lover of the trains that I am is remained in admiration. Then, go to level 0 of the station to go to the tourist office of the city. The team is very kind (and speaks French, which can be useful). You will find many brochures and documents about the city. A mandatory stop unless you have very well marked your trip before. That said, I always advise to talk with people from the town because they are a source of significant advices !

La bourse de Pelikaanstraat. The trade place of Pelikaanstraat.

Je suis arrivée à Anvers sous un grand soleil (avant une bonne averse d’automne en fin de journée). Et j’ai plongée directement dans Pelikaanstraat, la rue des diamantaires. Nul doute que si l’on est pas du Métier, il est impressionnant de voir une telle concentration de boutiques dans une si petite zone géographique. Néanmoins, les boutiques ici ne sont pas les plus intéressantes et les plus belles pierres qui transitent par la ville ne sont pas exposées ici mais dans des bureaux sécurisés dans des rues un peu plus éloignées. Bien entendu, si vous venez un vendredi en fin d’après-midi et un samedi, vous ne verrez pas grand chose car la plupart des lieux du quartier son fermés pour cause de Shabbat. Si plusieurs grands centres diamantaires ont émergé de par le monde, il faut savoir que la ville reste un lieux de transit pour de très nombreux diamants. En 2014, ce sont plus de 227 millions de carats qui sont passés par Anvers où la ville emploie plus de 34,000 personnes entre les tailleries, les bureaux de négoce et les boutiques. Depuis 1973, The Antwerp World Diamond Center (AWDC) veille sur le bon fonctionnement du système quand le Hoge Raad voor Diamant (HRD) veille à la certification et à la formation des négociants. Enfin, quatre bourses d’échanges restent en activité mais la ville en a compté plus d’une vingtaine… Ici, le diamant occupe une place de choix depuis plus de 570 ans et 84% des diamants bruts mondiaux passent encore par ici !

I arrived in Antwerp under a bright sun (before a good autumn shower at the end of the day). And I dive directly into Pelikaanstraat, the Diamond Street. No doubt that if you are not in the business, it is impressive to see such a concentration of shops in such a small geographical area. Nevertheless, the shops here are not the most interesting and the most beautiful stones that pass through the city are not exposed here but in secure offices, not so far away. Of course, if you come on a Friday late afternoon and a Saturday, you will not see much because most places in the neighborhood are closed because of Shabbat. If several large diamond centers have emerged around the world, you should know that the city remains a transit point for many diamonds. In 2014, more than 227 million carats passed through Antwerp, where the city employs more than 34,000 people in cutting centers, trading offices and shops. Since 1973, the Antwerp World Diamond Center (AWDC) has been overseeing the smooth operation of the system when the Hoge Raad voor Diamant (HRD) ensures the stone certification and the training of traders. Finally, four exchange places remain in activity but the city has counted more than twenty … Here, the diamond still has a special place for more than 570 years and 84% of the world’s rough diamonds still spend here !

Dans le lobby de l’Hôtel Franq. Into the Hotel Franq’s lobby.

Peu après être arrivée, je suis partie explorer un peu la ville et rejoindre une très bonne table pour un beau déjeuner. Rendez-vous était donné à l’Hotel Franq, une ancienne banque transformé en hotel 5* avec son propre restaurant. Situé dans Kipdorp (10-12), le lieu se situe à quelques encablures du quartier chic de la ville. Ici, les boutiques de luxe sont légion et les grandes enseignes mondiales parfaitement représentées. Cela dit, il est de bon ton d’ouvrir l’oeil pour vous apercevoir que ce quartier regorge de nombreuses petites boutiques toutes plus adorables les unes que les autres. Vous y trouverez des coffee-shops agréables avec des patisseries délicieuses. C’est le repaire des galeries d’art et des antiquaires. Et vous êtes à deux pas du quartier historique. Bref, un joli endroit où il fait bon de flâner. Mais revenons à l’hôtel dont la restauration a été remarquablement effectuée redonnant une nouvelle vie à cette ancienne banque d’architecture néogothique. Ici, les éléments architecturaux ont été préservés et servent une décoration à la fois design et soignée. Vous pourrez y boire un verre mais aussi déjeuner ou diner.

Shortly after arriving, I went to explore a little the city and joined a very good table for a nice lunch. Appointment was given at Hotel Franq, a former bank now converted into a 5 * hotel with its own restaurant. Located in Kipdorp (10-12), the place is located not far from the chic area of ​​the city. Here, the luxury shops are legion and the big global brands perfectly represented. That said, it is good to open your eyes to see that this area is full of many small but adorable shops. You will find pleasant coffee shops with delicious pastries. It is the district of art galleries and antique shops. And you are close to the historic district. In short, a nice place where it is good to stroll. But back to the hotel whose restoration has been remarkably made giving new life to this former neo-Gothic architecture bank. Here, the architectural elements have been preserved and served a decoration both design and refined. You can have a drink but also have a lunch or a dinner.

Le patio de l’Hôtel Franq. The Hotel Franq’s patio.

Au menu : soupe de langoustine, filet de saumon et ses légumes et café gourmand. From the card : lobster soup, salmon fillet and vegetables then gourmet coffee.

La cuisine du restaurant est conçue par le chef Tim Meuleneire bien connu pour son précédent succès à la tête de son restaurant De Koopvaardij. Ici, la cuisine est de saison et les produits locaux privilégiés. La présentation y est soignée et l’accueil parfait. Si vous êtes amateur de cuisine gastronomique et que le sourcing des produits à son importance, je ne peux que vous recommander l’endroit. J’ai particulièrement apprécié que la carte tienne compte des intolérances alimentaires et qu’elle prévoit une formule végétarienne. Il faisait un peu froid pour déjeuner dehors mais le restaurant offre un patio arboré pour pouvoir profiter de l’extérieur. Il faut compter en moyenne 190 € pour une nuit si vous envisagez d’y résider, un tarif très correct au regard du standing de l’établissement. Je n’ai pas eu la chance d’y dormir mais je sais désormais que ce restaurant vaut largement la peine d’y consacrer un budget. Néanmoins, je vous rassure, la ville offre quantités de lieux pour déjeuner sur le pouce et de manière plus accessible. Et puis, vous serez en Belgique, quoi de mieux que de déguster des frites avec de la mayonnaise et de se laisser tenter par une gaufre !

The restaurant’s card is made by chef Tim Meuleneire who is well known for his previous success at the head of his restaurant De Koopvaardij. Here, the cuisine is seasonal and the local products favored. The presentation is refined and you are perfectly welcomed. If you are fond of gourmet cuisine and if sourcing products has its importance for you, I can only recommend the place. I particularly appreciated that the card explains food intolerances and that it provides a vegetarian formula. It was a little cold for an outside lunch but the restaurant offers a patio with trees to enjoy the outdoors. Count on average € 190 per night if you plan to stay there. I did not have the chance to sleep but I now know that this restaurant is definitely a cool place. Nevertheless, I assure you, the city offers plenty of places for lunch on the go and more accessible. And then, you will be in Belgium, what better than to taste fries with mayonnaise and be tempted by a waffle !

Le MAS. The MAS.

Après ce déjeuner, je suis partie à pieds au Museum Aam de Stroom (MAS). Ce lieu pensé et réalisé par le cabinet d’architectes Neutelings Riedijk est à voir absolument. Ouvert en 2011, il a le style de ces nouveaux musées où le lieu est aussi important que son contenu. Musée, lieu culturel, espace de vie, il est un peu tout cela à la fois. Il propose des collections permanentes mais aussi des expositions temporaires. Enfin, au dernier étage, un belvédère vous permettra d’admirer la ville et le port dans lequel il se situe. C’est à ce moment-là que le temps s’est légèrement gâté… Mais la vue sur l’estuaire et ce vent iodé qui arrive de la mer du Nord rendent l’expérience vraiment belle. Je ne peux que vous encourager à monter au dixième étage du bâtiment !

After lunch, I walked to the Museum Aam de Stroom (MAS). This place thought and realized by the architectural firm Neutelings Riedijk is a must-see. Opened in 2011, it has the style of these new museums where the place is as important as its content. Museum, cultural place, living space, it is a bit all of it at once. It offers permanent collections but also temporary exhibitions. Finally, on the top floor, a belvedere will allow you to admire the city and the port in which it is located. It was then that the weather was slightly spoiled … But the view of the estuary and the iodine wind that comes from the North Sea make the experience really beautiful. I can only encourage you to go up to the tenth floor of the building !

Anvers

Dans le port d’Anvers. In the Antwerp harbor.

Mais si je me suis rendue au musée, c’est pour une raison bien particulière. Je suis allée visiter l’exposition “L’éclat du désir” qui dure jusqu’au 18 janvier 2018. Cet événement consacré à l’histoire du diamant et à sa place dans nos sociétés m’a beaucoup plu. Bien que passionnée par ce secteur et connaissant bien cette industrie, je ne suis pas spécialiste de l’histoire anversoise et de sa relation privilégiée avec cette pierre. J’ai donc appris beaucoup de choses et découvert des documents historiques vraiment étonnants. A l’image de cette ordonnance qui ouvre l’exposition. Datant de 1447, elle interdit le commerce des faux diamants et pierres gemmes dans la ville. A l’heure où nos institutions et la profession tentent de se positionner sur le diamant synthétique, les négociants anversois de l’époque avaient tranché : une amende de 25 pièces d’or était appliqué au faussaire ! Enfin, j’ai relié cette visite avec ma découverte d’Amsterdam et mieux compris les relations de la ville avec le diamant qui remontent au siège d’Anvers en 1585 et qui poussa les négociants, dont une grande partie de la communauté juive, à s’établir au Pays-Bas avant de revenir vers la Belgique.

But if I went to the museum, it’s for a very particular reason. I went to visit the exhibition Dazzling Desire which runs until January 18, 2018. This event devoted to the history of the diamond and its place in our societies that I really liked. Although passionate about this sector and knowledgeable about this industry, I am not a specialist in Antwerp history and its special relationship with this stone. So I learned a lot and discovered really amazing historical documents. Like this order which opens the exhibition. Dating from 1447 and prohibiting the trade of fake diamonds and gemstones in the city. At a time when our institutions and the profession are trying to position themselves on the synthetic diamond, the Antwerp merchants of this time had decided : a fine of 25 gold coins was applied to the counterfeiter ! Finally, I connected this visit with my discovery of Amsterdam and better understood the relations of the city with the diamond which goes back to the siege of Antwerp in 1585 and which pushed merchants, including a large part of the Jewish community, to settle in the Netherlands before returning to Belgium.

Coeur flamand en argent et diamants, début XIXe siècle. Flemish heart silver pendant featuring diamonds, early 19th century. Photo : MAS Museum

Ce fut une belle occasion d’y découvrir des bijoux anciens remarquables à l’image des Coeurs Flamands, ces bijoux traditionnels popularisé au XIXe siècle que l’on offrait le 15 août lors de la fête en l’honneur de la Vierge Marie. L’amour, certes, mais la mort aussi car le bijou témoigne aussi de la vie qui passe. Les bijoux de deuil sont nombreux dans l’exposition et j’ai particulièrement aimé le bijou 21 : un Memento Mori du XVIe siècle en or et émail qui représente un crâne contenant un cercueil, conservé aux Musées Royaux de Bruxelles. Ne manquez pas le dessin de la fameuse bague gémellaire de Martin Luther mais aussi la bague qui pourrait être le bijou de fiançailles de Marie de Bourgogne. La partie contemporaine de l’exposition était, pour moi, une moins grande découverte mais je vous engage à prendre du temps pour découvrir comment le diamant est aujourd’hui encore un symbole de pouvoir et de prestige et comment cela se traduit dans notre société. Avec aussi quelques excès comme les bottes les plus onéreuses du monde. Serties de plus de 38,000 diamants sur plus de 4kg d’or, elles furent imaginées par les designers A.F. Vandevorst et dévoilées en 2013. Plus de 30,000 heures de travail furent nécessaire pour les réaliser. Décoiffant ! Avant de quitter le musée, essayez de gagner la fameuse pierre qui fait briller les yeux de si nombreuses personnes. Quand à moi, j’ai préféré garder quelques jetons en souvenir.

It was a great opportunity to discover remarkable antique jewelry like the Flemish Hearts, these traditional jewels popularized in the 19th century that was offered on August 15 during the celebration in honor of the Virgin Mary. Love, of course, but also death because the jewel also testifies to the life that passes. There are numerous mourning jewelry in the exhibition and I particularly liked the jewel 21 : a Memento Mori of the 16th century in gold and enamel which represents a skull containing a coffin, preserved in the Royal Museums of Brussels. Do not miss the drawing of the famous twin ring of Martin Luther but also the ring that could be the jewel of engagement of Mary of Burgundy. The contemporary part of the exhibition was, for me, a lesser discovery but I urge you to take the time to discover how the diamond is still today a symbol of power and prestige and how that translates into our society. With some excesses as the most expensive boots of the world. Set with more than 38,000 diamonds on more than 4kg of gold, they were designed by A.F. Vandevorst designers and unveiled in 2013. More than 30,000 hours of work were necessary to make them. Breathtaking ! Before leaving the museum, try to win the famous stone that makes shine the eyes of so many people. As for me, I preferred to keep some tokens as a souvenir.

Brilliant Foodies Festival, Felix Pakhuis.

Pour finir cette journée, je me suis promenée dans le port et j’ai profité de cette architecture flamande que j’aime tant. Hauts bâtiments, grandes fenêtres et portes ouvragées… Rien à faire, je ne me lasse absolument pas de ces maisons et immeubles. Puis, j’avais rendez-vous à Felix Pakhuis, un restaurant situé sur le port mais surtout un lieu hallucinant qui se trouve dans une ancienne halle de stockage de marchandises aujourd’hui reconvertie pour les archives municipales et autres. En cette fin de journée, l’AWDC organisait pour la première fois le festival Brilliant Foodies. Au programme, des ateliers autour du diamant mais surtout l’occasion de déguster des plats issus des cuisines juives, pakistanaises, indiennes, arméniennes et flamandes ! Avec un but, découvrir la richesse culinaire de l’industrie diamantaire anversoise. Avec en toile de fond une super programmation musicale, c’était juste ce qu’il fallait pour finir cette belle journée.

To finish this day, I walked in the harbor and I enjoyed this Flemish architecture that I like so much. High buildings, large windows and ornate doors … Nothing to do, I do not get tired of these houses and buildings. Then, I had an appointment at Felix Pakhuis, a restaurant located on the port but above all a cool place that was an old warehouse now converted for municipal archives and other projects. At the end of the day, AWDC host for the first time the Brilliant Foodies Festival. On the program, workshops around the diamond but especially the opportunity to taste dishes from Jewish, Pakistani, Indian, Armenian and Flemish cuisines ! With a goal, discover the culinary wealth of the Antwerp diamond industry. There was great music and it was perfect to finish this beautiful day.

  • Anvers, brilliant foodies

Quelques spécialités du Brilliant Foodies Festival. Some of my discoveries at the Brilliant Foodies Festival. Photos : MarieChabrol/legemmologue.com

Il était alors temps de repartir vers la gare et vers Paris. Un dernier tour dans le quartier des diamantaires, un chocolat chaud et quelques Antwerpse Handjes (mains d’Anvers) ont accompagné mon départ. J’aurais aimé voir le musée Rubens, les grandes églises comme Sint-Andrieskerk ou Sint-Jacobkerk mais aussi un atelier de taille de pierres… Vous l’aurez compris, je reviendrais ! Et vous ?

It was then time to go back to the station and to Paris. A final round in the diamond district, a hot chocolate and a few Antwerpse Handjes (hands from Antwerp) accompanied my departure. I would have liked to see the Rubens museum, the large churches like Sint-Andrieskerk or Sint-Jacobkerk but also a stone-cutting workshop … You’ll understand, I’ll come back ! And you ?

Les mains d’Anvers. The hands of Anvers. Photo : Visit Antwerp

A bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *