Vole l’oiseau, vole !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

L’École des Arts Joailliers avec le soutien de Van Cleef & Arpels proposera sous peu une belle exposition intitulée « Paradis d’oiseaux » qui se tiendra dans les locaux de l’école, rue Danielle Casanova à Paris, du 15 mai au 13 juillet 2019. Au programme, deux collections privées et des pièces issues de la collection patrimoniale de la maison.

The School of Jewelry Arts with the sponsorship of Van Cleef & Arpels will soon be offering a beautiful exhibition titled « Paradise of birds » to be held at the school, rue Danielle Casanova in Paris, from May 15th to July 13th 2019. This one includes two private collections and pieces from the heritage collection of the house.

oiseaux, van cleef arpels

Broche oiseau de la Maison Sterlé, or, platine et diamants, nacre, obsidienne. Collection Privée. Sterlé’s bird brooch, gold, platinum and diamonds, mother-of-pearl, obsidian. Private collection. Photo : Ecole des Arts Joailliers

oiseaux, van cleef arpels

Broche Paon, Gustave Baugrand, vers 1865. Collection privée. Or, diamants, perle fine, saphirs, rubis, émeraudes. Peacock brooch, Gustave Baugrand, circa 1865. Private collection. Gold, diamonds, fine pearls, sapphires, rubies, emeralds. Photo ©Studio Sébert photographes, Laurent Legendre

Si les oiseaux sont depuis le XIXe siècle une source d’inspiration presque sans fin pour les joailliers, ils sont depuis longtemps représentés dans d’autres disciplines artistiques à l’image de la peinture ou de la sculpture. Ces animaux colorés qui passionnent les hommes depuis l’Antiquité – et on ne peut s’empêcher de penser au célèbre mythe d’Icare qui s’échappa du labyrinthe grâce à des ailes constituées de plumes et de cire – peuplent l’imaginaire des écrivains et des artistes. Car, pour beaucoup, rien n’est plus libre qu’un oiseau. Il est également une créature philosophique, parfois même magique, car il permet de faire le lien entre la terre et le ciel symbolisant une forme de dialogue ésotérique. Enfin avec le gout pour la nature et la science qui se développe au cours du XVIIIe puis au XIXe siècle (et la création de fameux cabinets de curiosité), on va les retrouver dans les collections privées mais également muséales. D’ailleurs l’événement de l’École des Arts Joailliers associera des œuvres provenant du Museum National d’Histoire Naturelle (MNHN), du Musée des Arts Décoratifs et du Musée National de la Céramique de Sèvres.

Although birds have been an almost endless source of inspiration for jewelers since the nineteenth century, they have long been represented in other artistic disciplines such as painting and sculpture. These colorful animals that have fascinated men since antiquity – and we must think of the famous myth of Icarus who escaped from the labyrinth with wings made of feathers and wax – populating the imagination of writers and artists. Because, for many of us, nothing is more free than a bird. It is also a philosophical creature, sometimes even magical, because it makes the link between the earth and the sky symbolizing a form of esoteric dialogue. Finally with the taste for nature and science that develops during the eighteenth and nineteenth century (and the creation of famous cabinets of curiosity), we will find them in private collections but also museums. Moreover the event of the School of Jewelry Arts will introduce masterpieces from the National Museum of Natural History (MNHN), the Museum of Decorative Arts and the National Museum of Ceramics of Sèvres.

oiseaux, van cleef arpels

Broche oiseau de la maison Van Cleef & Arpels, or jaune, platine, saphirs, rubis, émeraudes et diamants. 1963, Collection Van Cleef & Arpels. Bird clip in platinum, yellow gold, sapphires, ruby, emeralds, diamonds. 1963, Collection Van Cleef & Arpels. Photo : Ecole des Arts Joailliers

oiseaux, van cleef arpels

Broche oiseau de la Maison Sterlé, or, platine et diamants. Collection Privée. Sterlé’s bird brooch, gold, platinum and diamonds. Private collection. Photo : Ecole des Arts Joailliers

Pour les joailliers, représenter l’oiseau est surtout un exercice de style formidable et permet toutes les audaces esthétiques : couleurs flamboyantes, formes poétiques, animal statique ou en mouvement, les artisans ont toujours su le sublimer. Si on connait de très beaux exemples à partir du XIXe siècle, le XXe a été une période faste de réalisation.

For jewelers, representing the bird is above all a great exercise of style and allows all aesthetic audacities : flamboyant colors, poetic forms, static or moving animals, craftsmen have always known how to sublimate it. If we know very beautiful examples from the nineteenth century, the twentieth was a period of great achievement.

oiseaux, van cleef arpels

Broche Oiseau. Platine, diamants, émeraudes, plumes. Collection privée. Bird brooch. Platinum, diamonds, emeralds, feathers. Private collection. Photo : ©Studio Sébert photographes, Laurent Legendre

Broche Oiseau Collection privée ©Studio Sébert photographes, Laurent Legendre

Broche Paon. Cartier, 1947. Platine, or, diamants, rubis, émeraudes, saphirs. Collection privée. Peacock brooch. Cartier, 1947. Platinum, gold, diamonds, rubies, emeralds, sapphires. Private collection. Photo : Ecole des Arts Joailliers

On retiendra par exemple les merveilleux oiseaux de Pierre Sterlé. S’il en a réalisé pour lui-même, il fut aussi créateur pour plusieurs maisons dont Chaumet pour laquelle il réalisa des bijoux sublimes. Mais il faut également citer les maisons Van Cleef & Arpels, Mellerio sans oublier Boucheron dont les volatiles tels que le cygne, le colibri et – plus recemment – la mésange peuplent le célèbre bestiaire de la marque. Impossible de ne pas citer la maison Cartier dont les oiseaux sont inséparables de son Histoire : la célèbre broche de « l’oiseau en cage » dès 1940, puis un oiseau bleu, blanc, rouge toujours en cage en symbole de résistance dès 1942 et enfin « l’oiseau libéré » s’égosillant devant sa cage et symbolisant la libération de Paris dès 1945. La première broche – celle de 1940 – vaudra à Jeanne Toussaint une arrestation par la Gestapo et c’est l’intervention de Coco Chanel qui permettra sa libération. Du coté des fabricants, outre Sterlé, on retiendra bien entendu Gustave Baugrand et la maison Rouvenat, Despres & Cie. Peuvent encore s’ajouter les adorables broches créées aux grandes heures de la maison Mauboussin. Ce thème étant presque inépuisable !

We will remember for example the wonderful birds of Pierre Sterlé. If he realized it for himself, he was also designer and maker for several houses including Chaumet for which he realized magnificent jewels. But we must also mention the houses Van Cleef & Arpels, Mellerio without forgetting Boucheron whose birds such as the swan, the hummingbird and – more recently – the tit populate the famous bestiary of the brand. It is impossible not to mention the Cartier house whose birds are inseparable from its history : the famous brooch of « the bird in a cage » from 1940, then a blue, white, red bird still in cage as a symbol of resistance from 1942 and finally « the liberated bird » gorging itself in front of its cage and symbolizing the liberation of Paris since 1945. The first pin – the one of 1940 – will be worth to Jeanne Toussaint an arrest by the Gestapo and it is the intervention of Coco Chanel which will allow her release. On the side of the manufacturers, besides Sterlé, one will retain of course Gustave Baugrand and the house Rouvenat, Despres & Cie. And, of course, we can add the adorable brooches created in the dazzling hours of Mauboussin. This theme is almost inexhaustible !

Broche Paon. Platine, diamants et émail. Charles Mellerio, vers 1910
Collection privée. Peacock brooch, Platinum, diamonds, enamel. Charles Mellerio, circa 1910. Private collection. Photo : © Studio Sébert photographes, Laurent Legendre

oiseaux, van cleef arpels

Broche Oiseau, XIXe siècle, Collection privée. or, argent, diamants, rubis, émeraudes. Bird Brooch, 19th Century, Private Collection. gold, silver, diamonds, rubies, emeralds. Photo : © Studio Sébert photographes, Laurent Legendre

Alors, pour vous plonger dans un océan de plumes d’émail, de diamants, de rubis, d’émeraudes ou encore de saphirs ou de turquoises, une seule solution : vous rendre à l’École des Arts Joailliers à partir du 15 mai. Et comme l’écrivit Edmond Jaloux « La notoriété est à la gloire ce que le moineau de Paris est à l’oiseau de Paradis. » Aussi, il ne vous reste qu’une chose à faire, admirer ce paradis des oiseaux pour y trouver le vôtre !

So, to dive into an ocean of enamel, diamond, ruby, emerald or even sapphire or turquoise feathers, one solution : go to the School of Jewelry Arts from May 15th. And as Edmond Jaloux wrote: « The fame is to the glory what the sparrow of Paris is to the bird of Paradise. » Also, you only have one thing to do, admire this paradise of birds to find yours !

À bientôt !

See you soon !

oiseaux, van cleef arpels

Clip Oiseau de Paradis. Van Cleef & Arpels, 1942. Or jaune, saphirs, rubis, diamants. Collection Van Cleef & Arpels. Bird of Paradise clip. Van Cleef & Arpels, 1942. Yellow gold, sapphires, rubies, diamonds. Van Cleef & Arpels collection. Photo : Ecole des Arts Joailliers

*****

Du 15 mai au 13 juillet 2019
Entrée libre du lundi au samedi de 12h à 19h

May 15 to July 13, 2019
Free admission from Monday to Saturday from 12h to 19h

L’ÉCOLE DES ARTS JOAILLIERS
31, rue Danielle Casanova, 75001 Paris

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.