Les perles de Joséphine

Dans quelques jours, la maison Sotheby’s proposera une vente aux enchères qui fera palpiter les cœurs des collectionneurs du monde entier. Vente dont nous reparlerons dans la journée. Mais avant de vous dévoiler les lots à ne pas manquer, je me devais de consacrer un article au collier qui sera proposé en fin de vente, collier ayant appartenu à Joséphine de Beauharnais. Et autant vous dire, que les enchères risques d’être particulièrement suivies pour une aussi belle pièce !

GE1405-431

Lot 431 : collier en perles fines ayant appartenu à Joséphine de Beauharnais. Il est estimé entre 650.000 et 1.100.000 €. Photo : Sotheby’s.

Ce collier est donc composé de deux rangs de perles fines allant de 6,25 à 8,45 mm. S’ajoute à cela 7 perles fines poires et un fermoir serti d’un diamant taille coussin. Le collier est accompagné de son écrin et surtout d’un certificat émanant de la SSEF certifiant que les perles sont naturelles.

Ce collier, plusieurs fois représenté sur de nombreux tableaux, possède une histoire intimement liée aux puissantes de ce monde, une histoire qu’il me faut vous raconter… On ne sait pas exactement de quand date ce collier (certainement de la fin du XVIIIe sièle), mais une de ses plus belles représentations est visible sur un tableau de 1820. Ce portrait réalisé par Joseph Karl Steiler représente la Princesse Augusta-Amélie Louise de Bavière (1781-1858) le portant.

1006GE1405_7NLKR_comp.jpg.thumb.500.500Joseph Karl Stieler (1781-1858), Portrait of Princess Augusta Amalia of Bavaria (1788-1851), © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau)/Gérard Blot.

Si Augusta-Amélie possède ce collier, c’est simplement parce qu’elle a épousé de Eugène de Beauharnais. Ainsi, elle devient la belle-fille de l’Impératrice Joséphine, première propriétaire du collier. On ne sait pas exactement à quel moment le collier est transmis et deux hypothèses existent. La première consiste à penser que Joséphine a donné le collier de son vivant à sa belle-fille afin qu’elle puisse paraitre devant la cour de Milan, son mari étant vice-roi d’Italie. La deuxième hypothèse est celle d’un partage des bijoux au décès de Joséphine et d’une transmission directe dans le cadre de son héritage. Le collier ayant pu revenir à son fils. Dans tous les cas, il semble que le collier devienne la propriété de Augusta-Amélie au début du XIXe siècle.

1007GE1405_7NLKR_comp.jpg.thumb.500.500Jean-Baptiste Isabey (1767-1855), Portrait of Joséphine de Beauharnais (1763-1814), Empress of the French, © Paris-Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais/image musée de l’Armée. Le collier arboré par la reine est légèrement différent. Si ce sont les mêmes perles, il a pu être modifié.

Suite à la chute de Napoléon, puis au décès de sa mère, le couple Beauharnais se réfugie en Bavière. Les enfants de ce couple se marieront et la descendance ce cette famille se retrouve dans de nombreuses familles aristocratiques européennes. En 1823, le collier change de propriétaire. La plus jeune des filles du couple Josephine Maximilienne Eugenie Napoleone en hérite lors de son mariage avec le futur roi de Suède Oscar Ier. C’est à ce moment que le bijou rentre dans la collection royale de Suède.

1008GE1405_7NLKR_comp.jpg.thumb.500.500

La reine Joséphine (1807-1876), portrait par Sophie Aldersparre (1808-1862). © Nationalmuseum, Stockholm.

266px-JosephineSwedenNorway

Autre portrait de la Reine Joséphine arborant le collier de perles. Photo : Wikipédia

Le collier qui fut transmis à ses descendants est aujourd’hui proposé à la vente et les enchères devraient s’envoler pour cette pièce rare ! Rendez-vous dans quelques jours.

À bientôt !

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *