Medusa, un regard différent sur le bijou

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

S’il m’a fallu du temps avant de vous parler de la remarquable exposition Medusa qui se tient au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, c’est parce que j’ai eu besoin de la revoir pour mieux l’assimiler. En effet, ma première rencontre avec l’installation a eu lieu lors du vernissage et il y avait tellement de choses à voir et à admirer qu’il était nécessaire de retourner la visiter dans le calme. Médusa est, pour moi, un objet culturel non identifié tant la diversité des pièces exposées rend l’événement différent de tout ce qui a été présenté parmi les manifestations culturelles liées au secteur de la bijouterie. C’est en cela qu’elle est une exposition majeure et immanquable.

It took me a long time to talk to you about the remarkable Medusa exhibition held at the Museum of Modern Art in Paris because I needed to see it again to more assimilate it. Indeed, my first encounter with the installation took place during the opening and there was so much thing to see and admire that it was necessary to return to visit it in peace. Medusa is, for me, an unidentified cultural object as the diversity of the exhibited pieces makes the event different from anything that has been presented among the cultural manifestations related to the jewelry industry. It is why this event is a major and unavoidable exhibition.

Photographie d’Evelyn Hofer (1922-2009), Anjelica Huston portant The Jealous Husband (réalisé par Alexander Calder vers 1940). Anjelica Huston wearing The Jealous Husband (made by Alexander Calder, circa 1940). Photo : © Estate of Evelyn Hofer © 2017 Calder Foundation New-York / ADAGP, Paris 2017

Medusa. Méduse fut dans la mythologie grecque l’une des trois gorgones dont le regard avec le pouvoir de changer en pierre quiconque le croisait. C’est sur cette idée du regard que toute l’exposition est justement basée. Car un bijou  est trop souvent un objet qui fascine et que la plupart des gens ne voit qu’aux travers des vitrines des joailliers. Objet au prix élevé car les matières qui le composent sont souvent onéreuses, le bijou questionne aussi sur son positionnement sociétal : croix ou médailles religieuses de baptêmes, alliances de mariages, bagues de fiançailles ne sont que quelques exemples de cet objet qui n’est absolument pas anodin dans notre vie quotidienne. Mais au-dela du signe religieux, il se veut parfois politique et peut marquer des événements privés tels que des deuils comme cela était le cas jusqu’à l’apparition de la photographie et la disparition progressive de ces derniers bijoux que je trouve très émouvants.

Medusa was, in Greek mythology, one of the three Gorgons whose gaze changed into stone anyone who crossed it. It is on this idea of look that the whole exhibition is rightly based. Jewel is too often an object that fascinates us and that most people only sees through the showcases of the jewelers. Object with an high price because the materials that compose it are often expensive, the jewel also questions on its societal positioning: crosses or religious medals of baptisms, alliances of marriages, engagement rings are only some examples of this object which is absolutely not insignificant in our daily lives. But beyond the religious sign it is sometimes political and can mark private events such as mourning as it was until the appearance of photography and the gradual disappearance of these last jewels that I find very touching.

Reproduction d’une œuvre de Salvador Dali par Henryk Kaston Ruby Lips, années 1970-80. Broche, Or 750, rubis, perles de culture, 5,1 × 2,8 cm. Miami, collection particulière. Reproduction of a work by Salvador Dali by Henryk Kaston Ruby Lips, 1970-80. Brooch, 18 karat gold, rubies, cultured pearls, 5.1 × 2.8 cm. Miami, private collection. Photo : © Photograph by Robin Hill

Mais le bijou est aussi un élément pour se parer et pour montrer sa fortune. Il est aussi un élément indissociable de nombreux ouvrages où les joyaux (comme de leurs absences parfois) sont bien présents dans les textes : « Elle n’avait pas de toilettes, pas de bijoux, rien. Et elle n’aimait que cela; elle se sentait faite pour cela. Elle eût tant désiré plaire, être enviée, être séduisante et recherchée. » (« La parure » Guy de Maupassant, Le Gaulois, 1884), « Nous attendons du monde, tu mettras tes bijoux, tes bracelets. Quand on est riche, il faut le montrer » (« Grandeur et décadence de M. Joseph Prudhomme », Henri Monnier, 1853) ou encore « Ce ne sont pas les toilettes coûteuses et les bijoux qui font le charme d’une femme. Vous n’avez pas besoin de fanfreluches et de diamants pour plaire. » (« Bahamas, tome 3: Un paradis perdu », Maurice Denuzière, 2007).

But the jewel is also an element to adorn itself and to show its fortune. It is also an indissociable element of many books where jewels (as well as their absences sometimes) are present in the texts: « She had no toilets, no jewelry, nothing, and she loved only that ; She would have liked to please, to be envied, to be seductive and sought after.  » (« The adornment » Guy de Maupassant, Le Gaulois, 1884), « We welcome important people, you will put your jewels, your bracelets, when you are rich, you have to show it » (« Grandeur et décadence de M. Joseph Prudhomme » , Henri Monnier, 1853) or « It’s not expensive toilets and jewelery that make a woman’s charm. You do not need fanfreluches and diamonds to seduce. » (« Bahamas, Volume 3: A Paradise Lost », Maurice Denuzière, 2007).

Vous l’aurez compris, le bijou est donc tellement ancré dans notre culture qu’il n’est pas toujours facile de le définir. Il est souvent féminin, mais pourtant terriblement masculin ; il est précieux mais se veut aussi à base de verre, de plastique, de résine, de bois, des matériaux plus communs qui lui confèrent toute sa singularité ; il est destiné aux hommes mais pare les animaux ; enfin, il se mange comme en témoigne le célèbre collier de bonbons Look o Look ou le collier de pâtes que nous avons tous offerts à nos mamans !

You will have understood, the jewel is so anchored in our culture that it is not always easy to define it. He is often feminine, but formerly masculine ; It is precious but also wants to be made with glass, plastic, resin, wood, common materials that give it all its singularity ; It is destined for men, but is also for animals ; Finally, we can eat it as the famous candy necklace Look o Look or the pasta necklace  that we have all offered to our moms!

Meret Oppenheim (1913-1985), Bracelet, 1935, Paris, fourrure et métal. Collection privée. Reproduit avec l’aimable autorisation de la collection privée © ADAGP, Paris 2017. Meret Oppenheim (1913-1985), Bracelet, 1935, Paris, fur and metal. Private collection. Reproduced with the kind permission of the private collection © ADAGP, Paris 2017.

C’est donc en cela que l’exposition Medusa est intéressante, car elle confronte des univers différents interrogeant la préciosité des objets au travers du prisme de notre propre culture. Qu’est-ce qui est bijou ? Qu’est ce qui ne l’est pas ?  Pourquoi ? La commissaire de l’événement Anne Dressen, en collaboration avec Michèle Heuzé et Benjamin Lignel (conseillers scientifiques), propose de concevoir le bijou autrement. Je ne saurai que trop vous conseiller d’aller découvrir la mise scène, sobre et efficace, qui révèle au regard des pièces étonnantes, rares, atypiques mais aussi des pièces plus traditionnelles, touchantes voir porteuses d’histoires à l’image de la gourmette de Saint-Exupéry. Parmi les créateurs, vous retrouverez et découvrirez de grands noms de la joaillerie comme Cartier, Boucheron ou Mellerio ; mais aussi Jean Cocteau, Dali, Pol Bury, Suzanne Syz ou encore Galatée Pestre dont les pièces inspirées par les bijoux perdus me touchent plus particulièrement.

This is why the Medusa exhibition is interesting because it confronts different universes questioning the preciousness of objects through the prism of our own culture. What is jewelry? What is not? Why ? The curator of the event Anne Dressen, in collaboration with Michèle Heuzé and Benjamin Lignel (scientific advisers), proposes to see the jewel otherwise. I have to advise you to go and discover the sober and perfect scenography, revealing some astonishing, rare, atypical pieces but also more traditional and touching pieces with stories like the Saint-Exupéry’s bracelet. Among the creators, you will discover great names of jewelry like Cartier, Boucheron or Mellerio ; but also Jean Cocteau, Dali, Pol Bury, Suzanne Syz or Galatée Pestre, whose creations inspired by lost jewelery particularly touch me.

Collier Serpent, Cartier Paris, commande de 1968, platine, or blanc et or jaune, 2 473 diamants taille brillant et baguette pour un poids total de 178,21 carats, deux émeraudes de forme poire (yeux), émail vert, rouge et noir. Collection Cartier. Snake necklace, Cartier Paris, ordered in 1968, platinum, white and yellow gold, 2,743 brilliant cut diamonds and baguette for a total weight of 178.21 carats, two emeralds of pear-shape (eyes), green enamel, red and black . Collection Cartier. Photo : Nick Welsh, Cartier Collection © Cartier

L’exposition se tient au MAM Paris jusqu’au 5 novembre 2017. Il ne faut pas la manquer car elle vous fera porter sur le bijou un regard différent.  Parallèlement, l’événement se poursuit en ligne sur le passionnant site tenu par la journaliste Sandrine Merlé – The French Jewelry Post – qui est pour l’occasion le partenaire digital de Medusa. Vous y découvrirez régulièrement de nombreuses anecdotes sur les pièces présentées aux travers d’articles dédiés. Il vous reste donc une chose à faire : vous rendre au musée !

The exhibition is running at the MAM Paris until November 5, 2017. It should not be missed because it will make you have a different look on jewelry. At the same time, the event continues on line on the beautiful site held by the journalist Sandrine Merlé – The French Jewelry Post – which is for the occasion the digital partner of Medusa. You will discover regularly anecdotes on the pieces presented through dedicated articles. So you have one more thing to do: go to the museum!

Medusa

Musée d’Art Moderne de Paris / Modern Art Museum of Paris

Mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures (jeudi 22 heures) / Tuesday to Sunday, 10am to 6pm (thursday 10pm)

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.