La Sardaigne selon Caterina Murino

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Il y a quelques jours, alors qu’il faisait un froid glacial à Paris, j’ai passé la soirée en Italie. Pour cela, nul besoin de prendre l’avion. Il m’a suffit de sauter dans un métro et de me rendre à la Galerie Elsa Vanier, située rue de l’Odéon dans le 6e arrondissement, pour aller rencontrer Caterina Murino qui m’avait accordé un rendez-vous à l’occasion de l’ouverture de la deuxième exposition de sa nouvelle collection de bijoux car je n’avais pu être présente lors du vernissage et je l’avais manqué en janvier à la Galerie Charrandeau.

A few days ago, when it was freezing cold in Paris, I spent the evening in Italy. For that, no need to take the plane, it was enough for me to jump in a subway and to go to the Gallery Elsa Vanier, located rue de l’Odéon in the 6th district, to meet Caterina Murino who gave me the opportunity of a face-to-face meeting on the occasion of the launching of the second exhibition of her new jewelry collection because I could not be present during the opening and I had missed her in January at the Gallery Charrandeau.

Caterina murino

Et durant environ 1 heure 30, j’ai quitté le ciel gris pour rejoindre le soleil, la Méditerranée et cette chaleur italienne qui fait le charme et l’attrait de ce joli pays ! Et, il faut bien le reconnaitre, cette rencontre fut riche, agréable et surtout j’ai eu le plaisir de pouvoir m’entretenir longuement avec une personne aux multiples facettes.

And for about one and half hour, I left the gray sky to reach the sun, the Mediterranean Sea and this Italian heat that makes the charm of this beautiful country ! And, it must be recognized, this meeting was rich, enjoyable and above all I had the pleasure to talk a long time with a person with many inspiring facets.

Caterina murino

Collection Notte de Anime en or jaune et saphirs bruts du Sri Lanka. Notte de Anime collection featuring yellow gold and rough Ceylon sapphires. Photo : Caterina Murino Jewelry

Caterina est actrice. Mais avant cela, Caterina est née et a grandi en Sardaigne. « Son île » comme elle aime à la décrire est un lieu important dans sa vie quotidienne même si sa carrière la porte souvent loin de celle-ci puisqu’elle vit aujourd’hui entre Paris et le monde entier. Née à Cagliari, elle quitte la Sardaigne pour rejoindre Rome où elle prends des cours de théâtre avant de débuter à la télévision italienne au tout début des années 2000. Le grand public la découvre dans « L’enquête Corse » d’Alain Berberian en 2004 et les rôles s’enchainent à partir de cette période. En 2006, elle devient la James Bond Girl du film « Casino Royale » et se laisse bien volontiers séduire par Daniel Craig qui joue alors un James Bond particulièrement charismatique et charmeur. Mais au-dela de ce rôle qui va la faire connaitre, elle a tourné avec Alexandre Arcady, John Irvin, Jack Huston et sera prochainement à l’affiche du prochain film de l’excellent Julien Boisselier.

Caterina is an actress. But before that, Caterina was born and raised in Sardinia. « Her Island » as she likes to describe it is an important place in her daily life even if her career often takes her away from it since she lives today between Paris and the whole world. Born in Cagliari, she left Sardinia to go to Rome where she took acting classes before starting on Italian television in the early 2000s. The general public discovered her in Alain Berberian’s film « l’enquête Corse » in 2004 and the roles are following from this period. In 2006, she became the James Bond Girl of the movie « Casino Royale » where she was seduced by Daniel Craig, who played a particularly charismatic and charming James Bond. But beyond this role that will make known, she has played with Alexander Arcady, John Irvin, Jack Huston and will soon in the next film of the excellent actor Julien Boisselier.

Caterina murino

Ceinture en argent et corail rouge de Sardaigne. Sardinia coral and silver belt. Photo : Caterina Murino Jewellery

La joaillerie est aussi une histoire d’image pour celle qui fut l’un des plus beaux visages de la maison Chaumet mais qui a aussi représenté De Grisogono ou Mauboussin. Mais les bijoux font aussi partis de l’histoire de sa famille et de sa culture Sarde. Quand je suis arrivée à la galerie, j’ai d’abord remarqué des pièces en corail. Et c’est sur cela que nous avons commencé à discuter. Il y a plusieurs années, j’ai étudié le corail dans le cadre de mes études de gemmologie et je me suis penchée sur le cas des pêcheries Corses, Sardes et plus largement Méditerranéennes car l’histoire des liens entre ces cultures et cette ressource est passionnante !

Jewelry is important for the one who was one of the most beautiful faces of the Chaumet house but who also represented De Grisogono or Mauboussin. But jewelry is also part of the story of her family and Sardinian culture. When I arrived at the gallery, I first noticed some coral pieces. And that’s about what we started discussing. Several years ago, I studied coral during my studies of gemology and I looked at the case of the Corsican, Sardinian and more largely Mediterranean fisheries because the history of the links between these cultures and this resource is truly exciting !

Caterina murino

Le Fede Sarda selon Caterina Murino, ici en or jaune. The Fede Sarda ring by Caterina Murino, here in yellow gold. Photo : Caterina Murino Jewellery

En Sardaigne, la joaillerie n’a rien à voir avec la haute joaillerie que l’on connait habituellement. Mais cela est aussi du à l’histoire de l’île et aux peuplements successifs par les cultures nuragiques puis phéniciennes pour plus tard passer complètement sous domination carthaginoise. De cette Histoire, on retiendra surtout que l’île a été profondément marqué artistiquement et culturellement par cette présence. Et le filigrane sarde en est le parfait exemple : des bijoux discrets, remarquablement exécutés par des artisans spécialisés et réalisés en or ou en argent. La technique associe des fils de métal (filo ou filum en latin) et des petits grains de métal (granum = graines ou granules). Elle provient des Etrusques (vous connaissez forcément la granulation !), fut transmise aux peuples arabes dont les Phéniciens qui vont envahir puis marquer de leur empreinte cette petite île stratégique de la mer Méditerranée. S’il y a 20 ans, les artisans dépositaires de ce savoir-faire étaient plusieurs centaines, ils sont aujourd’hui moins d’une dizaine à fabriquer eux-mêmes et sur place ces bijoux traditionnels dont le plus emblématiques reste le Fede Sarda, l’anneau sarde qui se transmet de mère en fille dans les familles lors de grands événements comme un mariage ou une naissance.

In Sardinia, jewelry has nothing to do with high jewelry that we usually know. But this is also due to the history of the island and successive settlements by Nuragic and Phoenician cultures, later under Carthaginian rule. From this history, it will be remembered that the island has been profoundly artistically and culturally marked by this presence. And the Sardinian filigree is the perfect example: discreet jewels, remarkably executed by specialized craftsmen and made in gold or silver. The technique combines metal threads (filo or filum in Latin) and small grains of metal (granum = seeds or granules). It comes from the Etruscans (you know necessarily the granulation !), was transmitted to the Arab peoples including the Phoenicians who invaded and made their mark on this small but highly strategic island of the Mediterranean Sea. If 20 years ago, the craftsmen of this know-how were several hundred, they are today less than a dozen to manufacture themselves and on the spot these traditional jewels whose the most emblematic remains the Fede Sarda, the Sardinian ring that is passed from mother to daughter in families during major events such as a wedding or birth.

Caterina murino

Bagues en or gris, diamants et saphirs étoilés naturels et non traités en provenance du Sri Lanka. White gold rings featuring diamonds and star sapphires from Ceylon (natural and untreated). Photo : Marie Chabrol

C’est donc là, dans ce patrimoine historique que Caterina est allée chercher son inspiration mais aussi les bijoutiers qui ont réalisés ses croquis. Elle revisite le Fede Sarda en le transformant aussi en collier et en boucles d’oreilles redonnant du pep’s à des bijoux traditionnels que l’on avait oublié. Elle décline les pièces en or jaune mais aussi en or gris. Ses voyages lui ont permis de ramener de très beaux saphirs bruts et étoilés du Sri Lanka, elle les associe à des montures aériennes et légères. Le fil d’or se torsade autour des gemmes, apportant une brillance aux pierres laissées volontairement dans leurs formes initiales ; les saphirs étoilés accompagnant des bagues en or et diamants, rappelant la jolie légende du nom Sarde – S’ard dans l’ancienne langue – qui signifierait danseur sous les étoiles.  Le corail est ici revisité en ceinture et collier, les pièces se complètent de plaques en argent gravées en hommage aux Bronzetti Sardi ; des statuettes en bronze de l’époque Nuragique dont la plus importante collection de l’île se trouve au musée de Cagliari, la ville natale de Caterina Murino.

It is here, in this historical heritage that Caterina went to get her inspiration but also the jewelers who made her sketches. She revisits the Fede Sarda by transforming it also into a necklace and earrings giving pep’s back to traditional jewels that had been forgotten. She declines the pieces in yellow gold but also in white gold. Her travels have allowed her to bring back some very beautiful raw and star sapphires from Sri Lanka, she associates them with aerial and light mounts. The gold wire twists around the gems, bringing a shine to the stones left voluntarily in their initial forms ; the star sapphires accompanying rings in gold and diamonds, reminding the pretty legend of the name Sarde – S’ard in the old language – which would mean dancer under the stars. The coral is here revisited in belt and necklace, the pieces are complemented by silver plates engraved in tribute to Bronzetti Sardi ; bronze statues of the Nuraghic period, of which the most important collection of the island is found in the museum of Cagliari, the hometown of Caterina Murino.

Caterina murino

Bague Fili di Vento en or jaune. Fili di Vento yelow gold ring. Photo : Caterina Murino Jewellery

Enfin, les bagues Fili di Vento, en or jaune et blanc (fabriquée en Sardaigne), sont vendues au profit de l’AMREF, la 1ere ONG Africaine de santé publique dont l’actrice est ambassadrice depuis 2006. Elle est à ce titre l’une des porte-paroles de la campagne Stand Up for African Mother qui vise à former 15,000 sage-femmes d’ici fin 2018 pour lutter contre la mortalité maternelle et infantile en Afrique. Un beau projet à soutenir !

Finally, the Fili di Vento rings, in yellow and white gold (made in Sardinia), are sold for the benefit of AMREF, the first African NGO in public health whose actress is ambassador since 2006. She is the one of the spokespersons for the Stand Up for African Mother campaign, which aims to train 15,000 midwives by the end of 2018 to combat maternal and child mortality in Africa. A beautiful project to support !

Caterina murino

Détail d’une plaque en argent dont le motif représente des Bronzetti Sardi. A close view from one of the silver element representing Bronzetti Sardi. Photo : Marie Chabrol

Vous pouvez découvrir les collections et l’engagement de Caterina à la Galerie Elsa Vanier jusqu’au 30 décembre 2017. C’est à voir !

You can discover Caterina’s collections and commitment to the Elsa Vanier Gallery until December 30, 2017. It’s a must see !

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.