“Jade, des empereurs à l’Art déco” au Musée Guimet

4

Bi, Chine, Dynastie des Han de l’Ouest (-206 av JC, +9 ap JC)Bi. Musée du Palais National de Taipei. Bi, China, Dynasty Han from West (206 B.C. – 9 A.D.). Jade, Taipei National Palace Museum, Guyu 569. Photo : © Taipei National Palace Museum

C’est une saison culturelle riche qui a démarré à Paris. Et plus particulièrement une saison qui fait la part belle à la joaillerie. Après la Biennale et la sublime exposition de la maison Van Cleef and Arpels à l’Hôtel d’Évreux, il nous fallait absolument de quoi contenter nos appétits féroces. Si le Musée d’Orsay avec sa remarquable exposition sur le Second Empire tient toutes ses promesses, le Musée Guimet – à son tour – nous propose un événement d’une très grande qualité.

It’a rich cultural season at Paris this autumn, and – by chance for us – a season highly focused on jewelry. After the Biennale and the wonderful Van Cleef ans Arpels’ exhibition at the Hôtel d’Evreux, Place Vendôme, jewelry lovers we are… wanted more ! The Orsay Museum exhibition about the Second Empire is beautiful and now Guimet offers to public an impressive event. 

24

Flacon à parfum en jade, or et émail. Signé Cartier Paris, il date de 1925. Il faisait parti de la collection de W.K. Vanderbilt et il fait désormais parti de la Collection Cartier. Perfume bottle, Cartier Paris, 1925, encarved jade, gold, sapphires, blue and black enamels. Sold to Mrs W.K. Vanderbilt, Collection Cartier, FK 11 A 25. Photo : © Nick Welsh, Cartier Collection, Cartier

Pour la première fois, c’est 330 pièces en jade ou composées en partie de jade qui sont publiquement exposées au Musée des Arts Asiatiques Guimet à Paris. L’équipe de conservation a relevé un beau défi en arrivant à faire venir des objets en provenance de quinze institutions nationales et internationales dont le très réputé et célèbre Musée du Palais National de Taipei qui contribue à plus d’un tiers à l’exposition.

For the first time, 330 jade pieces coming from 15 famous national or international institutions are publicy displayed at the Musée des Arts Asiatiques Guimet. The conservation team have made a wonderful work, gathering here amazing and rarely-seen masterpieces preserved worldwide and especially in the Taipei National Palace Museum.

25

Pendule Mystérieuse, Cartier Paris, 1931. Platine, or, jade sculpté du XIXe siècle, cristal de roche, onyx, néphrite, diamants, perles, turquoises, corail et émaux colorés. Collection Cartier. Mysterious clock, Cartier Paris, 1931, platinum, glod, encarved white jade from the 19th century (China), rock crystal, onyx, nephrite, diamonds, pearls, turquoises, coral, turquoise, strong blue, red and black enamels. Collection Cartier, CM 04 A 31. Photo : © Marian Gérard, Collection Cartier

Cette pierre revêt une symbolique bien particulière en Chine et en Asie en général. Confucius l’avait décrite comme “l’image de la bonté” et on trouve des traces de son utilisation dès le Néolithique avec des jades qui datent de la période Longshan (2300-1800 av. JC) gravé de poèmes pour l’Empereur Qianlong. La culture asiatique lui attribue de très nombreuses vertus comme des pouvoirs curatifs qui lui ont d’ailleurs donné son nom. En effet, les portugais et les espagnols croyaient que cette pierre pouvait guérir les reins : “pedra des ilharga” ou “piedra de hijada” qui donnera Jade en français. La même signification étymologique se retrouve dans la Néphrite (l’une des variétés de jade) – de latin nephriticus – que l’on retrouve dans le terme utilisé pour qualifier l’étude médicale des reins : le néphrologie. Elle est souvent décrite comme un trésor et un proverbe chinois dit que l’on peut estimer l’or mais pas le jade car celui-ci est inestimable. On comprend dès lors les valeurs que peuvent atteindre les objets réalisés dans la jadéite ou la néphrite lors des ventes aux enchères spécialisées se déroulant à Hong Kong…

This stone is really important in China and in Asia. Confusius even described it as “the image of goodness”. We know jade is used since the Neolithic with handgraved jade made for the Emperor Qianlong during the Longshan period (2300-1800 BC). Asian cultures attribute it some magical virtues or curative properties. In fact, Portuguese and Spanish believed this stone could treat kidneys. They named it “”pedra des ilharga” or “piedra de hijada” which give “Jade” in French and in English later in time. We can find the same etymological mean in the Latin word nephriticus which has given nephrite and then nephrology, the science of kidneys. Described it as a treasure, Chinese say people can estimate gold but not jade because it’s priceless. So, it’s easier to understand some hammer prices during specialized auctions in HK.

27

Broche Dragon, Cartier Paris, commandé en 1924. Or, platine, diamants, saphirs, jade du XVIIIe ou du XIXe siècle. Collection Cartier. Dragon brooch, Cartier Paris, ordered in 1924. Gold, platinum, diamonds, sapphires, hand-carved jade (China, 18th or 19th centuries). Collection Cartier, inv. CL 80 A24. Photo : ©Nick Welsh, Cartier Collection

L’exposition vous propose de découvrir des pièces mettant en avant une grande variété de formes et de motifs. Si ces pierres sont désirées par les cours asiatiques et orientales, les cours Européennes les découvrent – et en deviennent friandes – dès le XVIIe siècle à l’image de Mazarin qui possédait un remarquable bol ou de l’Impératrice Eugénie qui créera le Musée Chinois de Fontainebleau. En effet, le sac du Palais d’Été de Pékin le 18 octobre 1860 alimentera de nombreuses collections en Europe.

This exhibition is the perfect place to discover jade with different shapes and patterns. Royal courts from all over the world love jade and European courts too since the 17th century. in France, Mazarin owned a wonderful bowl and during the 19th century, Impress Eugenie gathered in the China Museum of Fontainebleau many masterpieces coming from the sack of the Summer Palace of Beijing the 18th of October 1860.

23

Collier en jade et fermoir en platine, or, diamants et rubis, signé Cartier Paris et commandé en 1934 par Barbara Hutton. Collection Cartier. Necklace, Cartier Paris, ordered in 1934. Twenty-seven imperial jadéite beads from 15.4 mm to 19.2 mm. Platinum, gold, diamonds and rubies. From the former Barbara Hutton collection, now in the Cartier Collection, NE 53 A 34. Photo : © Marian Gérard, Cartier Collection, Cartier

Plus tard, l’Art Déco le valorisera encore un peu plus et la joaillerie le mettra grandement en valeur à l’image de la maison Cartier qui prête pour l’occasion des pièces d’une grande rareté à l’image du collier de Barbara Hutton réalisé en 1934 et acheté par la maison pour plus de 4 millions de dollars chez Sotheby’s en 2014.

Later, Art Deco used it in jewelry with success. Cartier have produced a lot of jewels with jade as this wonderful necklace ordered in 1934 by Barbara Hutton. The house bought it at Sotheby’s in 2014 for more than 4 millions of dollars.

L’exposition dure jusqu’au 27 janvier 2017. Je vous encourage vivement à aller la découvrir, je crois – très sincèrement – que vous ne regretterez pas votre déplacement.

This event runs until the 27th of January. I advice you to go, I’m definitely sure you will love this exhibition.

À bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *