Une vie dans un bijou

S’il est une exposition organisée dans le cadre du Parcours Bijoux que j’attends particulièrement, c’est bien de celle dont je m’apprête à vous parler. “Triptyque : la vie, l’amour, la mort” ouvrira le 13 octobre à la Galerie La joaillerie par Mazlo dont je vous ai parlé il y a peu pour l’excellent et remarquable événement “Sacrés Outils” qui vient tout juste de fermer ses portes. J’espère sincèrement que vous avez pu y aller et que vous irez découvrir celui qui arrive.

If there is an exhibition organized during the Parcours Bijoux that I am particularly looking forward, this is “Triptych: life, love, death” which will open on October 13 at the gallery La joaillerie by Mazlo. I mentioned this place to you recently for the excellent and remarkable event “Sacrés Outils” which has just closed its doors. I sincerely hope that you have been able to go and that you will discover the one that is coming.

Mazlo

Mais revenons à Triptyque. En invitant six créateurs contemporains à exposer leurs pièces pensées autour du thème de notre passage sur terre, la galerie invite les visiteurs à se questionner sur la valeur intrinsèque du bijou, à savoir un marqueur intime que l’on porte sur soi et qui a pour objectif de nous survivre. Car longtemps le bijou a surtout été un élément intime, porte-bonheur, talisman contre le mauvais oeil mais aussi (et c’est encore le cas) marqueur d’événements heureux et importants d’une vie comme des fiançailles, baptêmes, mariages. Il est de ce fait profondément lié à la vie du porteur et plus encore si l’on se réfère aux bijoux de deuil qui jusqu’à l’apparition de la photographie ont offert la possibilité de conserver portraits peints et cheveux des morts.

But back to Triptych. By inviting six contemporary creators to exhibit their pieces thought around the theme of our passage on earth, the gallery invites visitors to question the intrinsic value of the jewel which is often a close fashion element and which has to survive us. For a long time the jewel was especially an intimate element, lucky charm, talisman against the evil eye but also (and it is still the case) marker of happy and important events of a life like engagement, baptism, wedding. It is therefore deeply related to the life of the owner and even more if one refers to the jewelry of mourning which – until the appearance of the photography – offered the possibility to preserve painted portraits and hairs having belonged to the dead.

Trois pendentifs par Zoe Arnold : Birth, Life et Death en argent oxydé, nacre, zinc, photo, corindons bruts de Madagascar et jade, 2017. Three pendants by Zoe Arnold : Birth, Life and Death in oxidized silver, mother-of-pearl, zinc, photo, rough corundum of Madagascar and jade, 2017. Photo : La Joaillerie par Mazlo

Broche Serenade par Lisa et Scott Cylinder en argent, bronze, maillechort, amarante, peinture, celluloïd et clé de saxophone ancienne, 2017. Serenade brooch by Lisa and Scott Cylinder in silver, bronze, nickel silver, wood, paint, celluloid and old saxophone key, 2017. Photo : La Joaillerie par Mazlo

Parallèlement à cela, le bijou a pour objectif d’être vu et admiré. Il est un élément souvent incontournable d’une tenue feminine mais aussi masculine. Se pose la question des bijoux reliquaires, destinés – certes – à être vu mais aussi à conserver des éléments secrets souvent intimes que l’on ne souhaite pas dévoiler. Le bijou serait donc une sorte de passeur entre vie privée et vie publique donc exposée ? Autant de questions, et je m’arrête là, que l’exposition pose en proposant des réponses créatives et narratives qu’il est nécessaire de découvrir.

At the same time, the jewel aims to be seen and admired. It is an often unavoidable element of an outfit often feminine but also masculine. But what’s about reliquary jewelery, intended to be seen but also to retain secrets or close elements that the owner does not wish to reveal. The jewel would therefore be a sort of link between private life and exposed public life ? So many questions, and I stop there, that the exhibition asks to you. By proposing amazing as inspiring creative and narrative answers, this event offers you a new way to see jewelry.

Mazlo

Pendentif / broche Memento Mori La Vie, l’Amour, la Mort par Robert Mazlo en argent, or, météorite, perles et diamants. Pendant / brooch Memento Mori La Vie, l’Amour, la Mort by Robert Mazlo. Silver, gold, meteorite, pearls and diamonds. Photo : Bob Ivanovitch

Broche Memoria Aperta N.5 par Barbara Paganin : argent, photographie, porcelaine, verre, saphir et or, 2011-2013. Memoria Aperta N.5 brooch by Barbara Paganin : silver, photo, porcelain, glass, sapphire and gold, 2011-2013. Photo : Alice Pavesi Fiori

Parmi les différents créateurs, vous retrouverez Scott et Lisa Cylinder que vous avez découvert dans la précédente exposition ou encore Robert Mazlo dont le travail entre joaillerie et alchimie est toujours passionnant. Plus personnellement, j’ai été intriguée et captivée par les pièces du duo Robin Kranitzky et Kim Overstreet mais aussi celles, ludiques, de Asagi Maeda. Enfin, les pièces de Zoe Arnold et de Barbara Paganin m’ont intéressé par leurs esthétiques proches de certains bijoux de deuil que j’aime à admirer depuis maintenant plusieurs années.

Among the different creators displayed you will find Scott and Lisa Cylinder that you discovered in the previous exhibition or Robert Mazlo whose work between jewelry and alchemy is always exciting. More personally, I was intrigued and captivated by the pieces of the duo Robin Kranitzky and Kim Overstreet but also those, playful, of Asagi Maeda. Finally, the jewels of Zoe Arnold and Barbara Paganin interested me by their aesthetics close to some mourning jewels that I love to admire for several years now.

Mazlo

Broche et sa base Live each day par le duo Robin Kranitzky et Kim Overstreet : bois, acrylique, laiton, cuivre, papier et acétate, 2017. Brooch and its base “Live each day” by the duo Robin Kranitzky and Kim Overstreet : wood, acrylic, brass, copper, paper and acetate, 2017. Photo : La Joaillerie par Mazlo

Mazlo

Bracelet My life with beds par Asagi Maeda en argent, or, verre acrylique, tourmaline, opale et perles diverses, 2017. Bracelet “My life with beds” by Asagi Maeda in silver, gold, acrylic glass, tourmaline, opal and various pearls, 2017. Photo : La Joaillerie par Mazlo

L’événement se complétera d’une exposition photos par Eric Antoine mais aussi de la présentation du projet 1350°C qui mélange photographie, bijouterie, céramique, émaillage. Ce projet réalisé par Hector Olguin et Cynthia Ayral explore le thème érotique entre représentation européenne et imaginaire japonais de la période Edo entre les XVIe et XIXe siècles. Cette recherche questionne le caractère insaisissable mais aussi intemporel de l’érotisme, point de départ de l’appropriation du désir. Les bijoux érotiques sont toujours tabous de nos jours même s’ils sont plus assumés. Je profite de cet article pour vous rappeler l’exposition Médusa qui termine dans trois petites semaines et qui vous en apprendra un peu plus sur ces bijoux dont le caractère au combien secret est indiscutable !

The event will be completed by a photo exhibition by Eric Antoine and also the presentation of the 1350°C project that combines photography, jewelery, ceramics, enamelling. This project realized by Hector Olguin and Cynthia Ayral explores the erotic theme between European representation and Japanese imagination of the Edo period between the sixteenth and nineteenth centuries. This research questions the elusive but also timeless character of eroticism, the starting point of the appropriation of desire. Erotic jewelery is still taboo nowadays even if it is more assumed. I take advantage of this article to remind you of the Medusa exhibition which ends in three small weeks and which will teach you a little more about these jewels whose secret character is indisputable !

Le projet 1350°C porté. The project 1350°C. Photo : La Joaillerie par Mazlo

L’exposition “Triptyque : la vie, l’amour, la mort” va durer un mois, jusqu’au 15 novembre 2017. La galerie La Joaillerie par Mazlo est un endroit étonnant que je ne peux que vous inviter à découvrir. Située à quelques rues du Pont Neuf, dans un quartier charmant, le lieu propose toujours une reflexion pertinente et pointue sur la joaillerie contemporaine. A ne pas manquer donc !

The exhibition “Triptych: Life, Love, Death” will run until November 15, 2017. The gallery La Joaillerie par Mazlo is an amazing place that I can only invite you to discover. Located a few blocks away from the Pont Neuf, in a charming neighborhood, the gallery always offers a pertinent reflection on contemporary jewelery. Do not miss it !

À bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *