Le bijou d’artiste selon Diane Venet

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Le bijou se décline et se catégorise en de nombreux et différents segments. Le bijou d’artiste est une forme de bijouterie souvent peu connue du grand public et réservée aux collectionneurs avertis – à l’image de Diane Venet – car il est exclusivement signé par des personnalités du monde l’art qui n’ont que peu approché ce médium, le réservant à des cadeaux ou à des expérimentations ponctuelles. Aussi Picasso, Jeff Koons, Calder, Niki de Saint-Phalle ont, tous, réalisé des pièces qui vont de la bague au pendentif. Moins impressionnantes que les mobiles conservés à la fondation Beyeler (Calder), que la Fontaine Stravinsky à quelques mètres de Pompidon (Niki de Saint-Phalle) ou que le Lobster suspendu dans les Grands Appartements du Roi et de la Reine à Versailles (J. Koons), ces pièces n’en demeurent pas moins intéressantes pour ce qu’elles racontent des artistes et de leurs parcours créatifs.

The jewel is declined and is categorized in many and different segments. The jewels made by artist is a form of jewelry often unknown to the general public and reserved for discerning collectors – like Diane Venet – because it is exclusively signed by personalities of the art world who have not much approached this medium, reserving it for gifts or occasional experiments. Also Picasso, Jeff Koons, Calder, Niki de Saint-Phalle have all made pieces that go from the ring to the pendant. Less impressive than the mobiles kept at the Fondation Beyeler (Calder), that the Stravinsky Fountain a few meters from Pompidon (Niki de Saint-Phalle) or that the Lobster suspended in the Grand Apartments of the King and Queen at Versailles (J. Koons), these pieces are no less interesting for what they tell about artists and their creative journeys.

diane venet Jeff koons

Rabbit Pendant Necklace, 2005-2009, Jeff Koons. Collier en platine. Edition 11/50 avec Stella McCartney. Rabbit Pendant Necklace, 2005-2009, Jeff Koons. Platinum necklace. Edition 11/50 with Stella McCartney. Photo : Coll. Diane Venet

Le Musée MAD Paris propose donc depuis un mois de découvrir l’une des collections les plus complètes sur ce sujet, celle composée par l’audacieuse Diane Venet.  L’exposition qui rassemble plus de 230 pièces, mélange de sa propre collection et de prêts de différents musées et artistes, compose ainsi sa boite à bijoux idéale. Mais avant de vous parler plus en détails de cette collection, il me faut vous raconter un peu plus qui est celle qui se cache derrière cet ensemble et pourquoi je n’en ai pas parlé plus tôt sur le site.

The MAD Paris Museum has therefore been offering for one month to discover one of the most complete collections on this subject, that composed by the daring Diane Venet. The exhibition, which brings together more than 230 pieces, a mix of its own collection and loans from different museums and artists, makes up its ideal jewelry box. But before I tell you more about this collection, I have to tell you a little more about who is behind this set and why I did not mention it earlier on the site.

diane venet arman

Inclusion, 1972, Arman. Broche – Clous en acier, résine polyester, argent. Pièce unique. Inclusion, 1972. By Arman. Brooch – Steel studs, polyester resin, silver. Unique piece. Photo : Coll. Diane Venet

A l’instar de l’exposition Medusa au Palais de Tokyo, cela fait trois fois que je vais voir l’exposition. Je l’ai découverte le soir du vernissage (vous pouvez d’ailleurs la retrouver dans mes « story » à la une sur mon compte Instagram), mais il y avait bien trop de monde pour savourer cette exposition que j’attendais sans l’attendre. Le bijou d’artiste ne m’est pas inconnu. Après des années dans le secteur de la joaillerie et une certaine assiduité dans les ventes aux enchères, ce sont des pièces devenues plus courantes dans les belles vacations. Mais si ces pièces ont longtemps été dans l’ombre, elles sont désormais sur le devant de la scène et les prix n’en sont que plus élevés même s’ils ne rivalisent pas avec les millions d’euros que peuvent attendre tableaux et sculptures de ces mêmes signatures. Si ces bijoux deviennent progressivement un investissement, ils demeurent encore accessibles.

Like the Medusa exhibition at the Palais de Tokyo, I’ve been to see the exhibition three times. I discovered it the night of the opening (you can also find it in my « story » to the one on my account Instagram), but there were too many people to savor this exhibition that I didn’t really except. The jewels made by artist is not unknown to me. After years in the jewelry industry and a certain assiduity in the auctions, these are pieces that have become more common in the beautiful vacations. But if these pieces have long been in the shadows, they are now on the front of the stage and the prices are even higher even if they do not compete with the millions of euros that can wait for paintings and sculptures of these same signatures. If these jewels gradually become an investment, they are still accessible.

diane venet sandro chia

Prototype, 2012. Grande bague en argent doré, onyx et émail blanc. Réalisée par Cleto Munari pour Sandro Chia. Prototype, 2012. Large ring in gold-plated silver, onyx and white enamel. Made by Cleto Munari for Sandro Chia. Photo : Coll. Diane Venet

Mais revenons à l’exposition. Y retourner pour mieux la comprendre était nécessaire car les pièces sont très différentes les unes des autres et le dialogue entre elles n’est pas toujours évident. C’est là que réside aussi tout l’intérêt de la sobre et efficace scénographie du musée qui a choisi la simplicité pour présenter les bijoux. Les vitrines sont à hauteur des yeux, les pièces rassemblées par thématiques (les visages, la couleur, le religieux, les grands mouvements artistiques modernes ou encore l’art cinétique) et le résultat fonctionne assez bien si tant est que l’on ne s’attende pas à voir des pièces de joaillerie complexes ou des pierres gemmes d’exception. Car il n’en est rien ! Ici, il est question d’argent, d’or, parfois de petites pierres gemmes, d’émail, de laque, de plastique, de résine ou encore d’acrylique. Il me fallait donc pour vous en parler intégrer et digérer cet ensemble, faire le tri dans les pièces plus communes pour me décider sur mes favorites. C’est désormais chose faite !

But let’s go back to the exhibition. To return to better understand it was necessary because the pieces are very different from each other and the dialogue between them is not always obvious. This is also the interest of the sober and efficient scenography of the museum who chose the simplicity to present jewelry. The windows are at eye level, the pieces are grouped by thematic (faces, color, religious, the great modern artistic movements or kinetic art) and the result works pretty well if we do not expect to see intricate pieces of jewelry or exceptional gemstones. Because it is not so ! Here, it is about silver, gold, sometimes small gemstones, enamel, lacquer, plastic, resin or acrylic. So I have to digest this set, sort through the more common parts to decide on my favorites. It’s done now !

Two Indeterminate Line, 1992. Bracelet – Argent. Pièce unique. Par Bernar Venet. Two Indeterminate Line, 1992. Bracelet – Silver. Unique piece. By Bernar Venet. Photo : Coll. Diane Venet

Cette collection voit le jour lorsque Bernar Venet, le mari de Diane, enroule autour de son doigt un fil d’argent pour en faire une alliance. Ce geste, porteur d’un profond sentiment d’affection du sculpteur pour celle qui deviendra son épouse, montre aussi que tout peut être bijou. En réalisant cette bague, Diane Venet découvre alors la charge émotionnelle qui se cache derrière ces objets rares qui possèdent souvent des histoires attendrissantes. Et c’est ce qui la guide depuis dans ces acquisitions.

This collection was created when Bernar Venet, Diane’s husband, wrapped a silver wire around her finger to make an alliance. This gesture, conveying a deep sense of affection from the sculptor for the one who will become his wife, also shows that everything can be a jewel. By making this ring, Diane Venet discovers the emotional charge behind these rare objects that often have touching stories. And that’s what has guided her since in these acquisitions.

diane venet man ray

Optic Topic, 1974, Man ray. Masque – Or, 9.7 x 18 cm. Edition 79/100. Optic Topic, 1974, Man Ray. Mask – Gold, 9.7 x 18 cm. Edition 79/100. Photo : Coll. Diane Venet

Enfin, et c’est l’un des axes les plus intéressants de cet événement, les artistes présentés n’ont que peu réalisé leurs propres pièces. Artistes, ils ne sont pas bijoutiers et ne savent pas en général comment permettre à leur expérimentations d’être portées. Parmi les exceptions, on trouve Alexandre Calder, mais il était aussi connu pour transformer le moindre morceau de métal en objets ou bijoux. Silencieux (son épouse raconte qu’il pouvait se taire des jours entiers), il traduisait ce qu’il ne savait verbaliser par des pièces d’art. L’exposition présente donc le travail des ateliers qui ont œuvré dans l’ombre à l’image de François Hugo. Celui-ci fut l’artisan chargé de traduire en bijoux portables les idées de Jean Arp, André Derain, Picasso, Max Ernst ou encore Roberto Matta. Mais on ne peut également omettre le travail de l’atelier Giancarlo Montebello à Milan, qui édite les frères Pomodoro, Man Ray, Pol Bury et la grande Niki de Saint-Phalle.

Finally, and this is one of the most interesting axes of this event, the artists presented have quite never made their own pieces. Artists, they are not jewelers and do not generally know how to allow their experiments to be worn. Among the exceptions is Alexander Calder, but he was also known for transforming any piece of metal into objects or jewelry. Silent (his wife tells that he could be silent for days), he translated what he could not verbalize with pieces of art. The exhibition presents the workshops that have worked in the shadows in the image of François Hugo. He was the craftsman responsible for translating the ideas of Jean Arp, Andre Derain, Picasso, Max Ernst and Roberto Matta into portable jewelry. But we can not omit the work of the Giancarlo Montebello workshop in Milan, which publishes the Pomodoro brothers, Man Ray, Pol Bury and the great Niki de Saint-Phalle.

diane venet Lynda benglis

Brooch, 2000, Lynda Benglis. Broche – Argent, 2,5 x 12 x 5,5 cm. Pièce unique. Brooch, 2000, Lynda Benglis. Brooch – Silver, 2.5 x 12 x 5.5 cm. Unique piece. Photo : Coll. Diane Venet

Aussi, courez au MAD Paris. Vous avez jusqu’au 8 juillet pour voir l’exposition et ce serait dommage de la manquer. Enfin, n’oubliez pas d’acquérir le livre. Il retrace et explique plus encore la constitution de cette collection et les choix stylistiques de Diane Venet. A 39,90 €, ce serait dommage de passer à coté ! Bonne visite !

Also, run at MAD Paris. You have until July 8 to see the exhibition and it would be a shame to miss it. Finally, do not forget to buy the book. It traces and explains more the constitution of this collection and the stylistic choices of Diane Venet. At 39,90 €, it would be a shame to miss it ! Good visit !

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.