La « Genèse des formes » s’expose à la Galerie Mazlo

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

« Morphogenesis », la genèse de la forme, la genèse des formes. Voila en quelques mots tout le champ des possibles qui s’ouvre avec la nouvelle exposition de la Galerie La Joaillerie par Mazlo dont nous parlons régulièrement sur le site. Dans le cadre de la saison France-Israél 2018, ce haut lieu parisien du bijou contemporain international accueille deux artistes que vous vous devez de découvrir, redécouvrir et connaitre : Attai Chen et Carina Shoshtary. Deux références fondamentales du secteur. Une vraie et intense découverte pour nous que nous espérons vous faire partager.

« Morphogenesis », the genesis of the form, the genesis of forms. Here is in a few words the whole range of possibilities that opens to us with the new exhibition of the Gallery La Joaillerie par Mazlo which we speak regularly on the site. As part of the France-Israel 2018 season, this Parisian Mecca of international contemporary jewelry welcomes two artists that you must discover, rediscover and know : Attai Chen and Carina Shoshtary. Two fundamental references of the sector. A real and intense discovery for us that we hope to share with you.

 

L’expostion vous accueille au 31 rue Guenegaud jusqu’au 29 décembre 2019. The exhibition welcomes you to 31 rue Guenegaud until December 29, 2019. Photo : La Joaillerie par Mazlo

Attai Chen est issu d’une famille d’artistes. Né en 1979 à Jérusalem, il vit et travaille à Munich depuis 2007. Titulaire de plusieurs prix prestigieux, à l’image du prix Oberbayerischer pour les arts appliqués (2011), il se définit avant tout comme sculpteur. Le bijou fait parti des médiums qu’il explore avec un intérêt certain et un grand talent. Son matériaux de prédilection reste le papier qu’il utilise de manière quasi compulsive en l’associant aux matériaux de récupérations les plus pauvres tels que le bois, le graphite ou encore de menus objets trouvés qui s’intégreront dans ses réalisations.

Attai Chen comes from a family of artists. Born in 1979 in Jerusalem, he lives and works in Munich since 2007. Holder of several prestigious awards, such as the Oberbayerischer Prize for Applied Arts (2011), he defines himself primarily as a sculptor. The jewel is one of the mediums he explores with a certain interest and a great talent. His favorite material is the paper he uses almost compulsively by combining it with the poorest recovery materials such as wood, graphite or even small found objects that will be integrated into his creations.

carina shoshtary, attai chen, morphogenesis

ATTAI CHEN. UNTITLED (15). Série Compounding fractions. Broche / Brooch, 2011. Papier, peinture, colle, argent, laiton, acier. Paper, painting, glue, silver, steel and brass. 155 x115 x105 mm. Photo : la Joaillerie par Mazlo

Né en Israël, il est marqué par l’âpreté des paysages et des profonds contrastes qu’offrent ceux-ci. De ces lieux, il garde une palette de couleurs qui signe ses œuvres : brun, ocre, sable, blanc cassé… Tout évoque la lumière crue du désert et les teintes des formations géologiques qui le peuplent. L’Allemagne et plus particulièrement la campagne bavaroise apporteront plus tard des nuances nouvelles et plus franches. Sa formation classique en bijouterie à la Bezalel Academy le porte ensuite vers Munich et l’enseignement du professeur Otto Künzli ; ce qui lui ouvrira considérablement sa perception de ce que doit être un bijou. Ses créations interroge la mutation de la matière, sa déconstruction puis sa reformation, différente. Elles renvoient à des questionnements fondamentaux sur la transformation.

Born in Israel, he is marked by the sharpness of the landscapes and the deep contrasts they are offering. From these places, he keeps a palette of colors that sign his works : brown, ocher, sand, off-white… Everything evokes the raw light of the desert and the colors of the geological formations that populate it. Germany and more particularly the Bavarian countryside will bring later new and more frank nuances. His classical training in jewelry at the Bezalel Academy took him then to Munich and the teaching of Professor Otto Künzli ; which will open up considerably his perception of what a jewel should be. His creations question the mutation of matter, its deconstruction and its reformation, different. They refer to fundamental questions about transformation.

carina shoshtary, attai chen, morphogenesis

CARINA SHOSHTARY. MULTICLAVULA 4. Série Karma Chroma / Karma Chroma serie. Collier / Necklace, 2017. Graffiti, verre, coquillages, argent. Graffti, glass, shells and silver. Pendentif  / Pendant : 14,2 x 16,5 x 3,3 cm. Photo : La Joaillerie par Mazlo

Carina Shoshtary est germano-iranienne. Elle née en 1979 à Augsbourg en Allemagne. Ses études d’orfèvrerie traditionnelle lui permettent, comme Attai Chen, de parfaitement maitriser les techniques de fabrication des bijoux et des objets qu’ils conçoivent et réalisent. Elle aussi suivra l’enseignement du professeur Künzli aux Beaux-Arts de Munich. Lauréate de plusieurs prix internationaux, ses créations figurent également dans de nombreux musées comme le musée Röhsska de Göteborg ou le Musée international du design de Munich.

Carina Shoshtary is German-Iranian. She was born in 1979 in Augsburg, Germany. Her studies of traditional goldsmithing allow her, like Attai Chen, to perfectly master the techniques of making jewelry and objects they design and realize. She will also follow Professor Künzli’s teaching at the Beaux-Arts in Munich. Winner of several international awards, her creations also appear in many museums such as the Röhsska Museum in Gothenburg or the International Museum of Design in Munich.

carina shoshtary, attai chen, morphogenesis

ATTAI CHEN. CLASHES. Série Terra Mutantica. Collier / Necklace, 2014. Bois, peinture, plastique, laiton, porcelaine, fer, carton, lin. Wood, painting, plastic, brass, porcelain, iron, cardboard and linen. 330 x 210 x 90 mm. Photo : La Joaillerie par Mazlo

Si les matériaux de récupérations sont l’essence même de son processus créatif, la comparaison avec Attai Chen s’arrête là. Carina amasse, garde et réutilise des éléments souvent anodins pour le communs des mortels : coquilles de noisettes ou d’amandes, morceaux de bois, papier ou encore coquillages… Mais c’est les fragments de graffitis qui signent véritablement ses pièces. Issus de peintures urbaines, elle récolte ces fragments quand ils sont au sol. Après les avoir réduis sous forme de paillettes ou de « sequins », elle les utilise pour former des sortes de mosaïques, recouvrant patiemment – avec eux – des fragments  naturels. Ici des coquilles de fruits secs, là une étoile de mer, ailleurs une branche évoquant alors des bois de cerfs ou du corail. Elle confère alors une deuxième vie à ces « déchets » et les métamorphose en quelque chose de beau. Une forme de réhabilitation et peut-être même de rédemption. La transformation qu’elle opère avec un immense talent et une grande poésie interroge, bien sur, sur la pérennité et l’urbanité des choses.  Comme pour montrer que la vie ne peut renaitre que du chaos.

If salvage materials are the essence of her creative process, the comparison with Attai Chen stops there. Carina amass, keep and reuse often innocuous elements for common mortals : hazelnuts or almonds shells, pieces of wood, paper or shells … But it is the fragments of graffities that really sign her jewels. Coming from urban paintings, she collects these fragments when they are on the ground. After having reduced them to glitters or sequins, she uses them to form mosaics, patiently covering – with them – natural fragments. Here shells of dried fruits, there a starfish, elsewhere a branch then evoking deer antlers or coral. She then gives a second life to these « waste » and transforms it into something beautiful. A form of rehabilitation and perhaps even redemption. The transformation that she operates with an immense talent and a great poetry questions, of course, the durability and the urbanity of these things. As if to show that life can reborn only from chaos.

carina shoshtary, attai chen, morphogenesis

CARINA SHOSHTARY. VENUS 6. Série Karma Chroma / Karma Chroma serie. Broche / Brooch, 2018. Graffiti, verre, argent, coquillages, acier. Graffti, glass, silver, shells and steel. 7,3 x 6,0 x 1,5 cm. Photo : La Joaillerie par Mazlo

Les pièces de ces deux artistes méritent votre visite et votre attention. Il faut prendre le temps de les observer, de les détailler pour comprendre les processus créatifs en action. Il s’agit aussi de se questionner sur ce que doit et peut être un bijou. Attai Chen et Carina Shoshtary ont tous les deux un talent particulier pour sublimer des matières auxquelles peu de gens accorderait de l’intérêt. Comme un écho joaillier à l’affirmation de Lavoisier : « dans la nature, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

The pieces of these two artists deserve your visit and your attention. You must take the time to observe and to detail them to understand the creative processes in action. It is also about questioning what must and can be a jewel. Attai Chen and Carina Shoshtary both have a special talent for sublimating materials that few would find interesting. Like a jeweler echo to the assertion of Lavoisier: « in nature, nothing is lost, nothing is created, everything is transformed ».

À bientôt !

See you soon !

*****

L’expostion « Morphogenesis » vous accueille jusqu’au 29 décembre 2018. Elle sera fermée le jour de Noël et selon les évenements parisiens.

The exhibition « Morphogenesis » welcomes you until December 29, 2018. It will be closed on Christmas day and according to events in Paris.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.