De la place de l’image dans le bijou

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Jusqu’au 20 octobre 2018, la Galerie La Joaillerie par Mazlo et l’Association Arketip organise l’exposition « Le génie des images », un événement qui interroge la place de l’image dans la bijouterie contemporaine. Mais pas que !

Until October 20, 2018, the Galerie La Joaillerie par Mazlo and Arketip Association organizes the exhibition « The genius of images », an event that questions the place of the image in contemporary jewelry. But not only !

jana machatova, images

« EINE UNAUFMERSAME SCHULERIN », Broche (brooch), 2012. Serie Love is Love. Argent, papier dans plastique laminé, feuille d’or, perles. Silver, laminated paper, gold leaf, pearl. Photo : Jana Machatova pour la Galerie La Joaillerie par Mazlo

La présence d’images dans les bijoux a souvent été associée au deuil, au souvenir et – parfois – à l’espérance. Par exemple dans le cas de médaillons portés par les femmes durant les guerres et contenant une photo d’un frère, mari, cousin, fils parti au front. Mais l’image doit-elle forcément être associée à de si funèbres pensées ? Non car celle-ci vecteur d’innombrables possibilités peut porter à elle seule de nombreuses histoires, à condition de connaitre son contexte et de pouvoir le restituer. Mais quand cela n’est pas possible ? A l’image de photos anciennes ne présentant ni noms, ni lieux, ni dates exactes et que la mémoire associée à celles-ci s’est définitivement perdue. Il reste alors la possibilité d’imaginer et de recréer une ou des histoires. La porte est alors ouverte à la narration. C’est le point de départ de cette très belle et passionnante exposition.

The presence of images in jewelry has often been associated with mourning, memory and – sometimes – hope. For example in the case of lockets worn by women during wars and containing a photo of a brother, husband, cousin, son gone to the front. But must the image necessarily be associated with such funereal thoughts ? No because this one vector of innumerable possibilities can bring, alone, many stories, provided to know its context and to be able to return it. But when that is not possible ? Just like old photos with no exact names, places or dates, and that the memory associated with them has definitely disappeared. It remains the possibility to imagine and recreate one or more stories. The door is then open to narration. This is the starting point for this very beautiful and exciting exhibition.

claire lavendhomme, images

« VÉNUS », Pendentif (Pendant), 2012-13. Argent, resine, photo. Silver, resin and photo. Photo : Claire Lavendhomme pour la Galerie La Joaillerie par Mazlo

Les dix-sept artistes de ce joli événement – parmi lesquels Zoé Arnold, Carla Garcia Durlan, Robin Kranitzky et Kim Overstreet, Jana Machatova, Iris Nieuwenburg, Nanna Obel et bien sur la surréaliste Coco Fronsac – pratiquent tous, à des degrés différents, l’art de la récupération et de l’assemblage d’éléments divers qui leurs permettent, une fois associés, de donner libre court à des pièces figuratives et narratives. Au cœur des bijoux sélectionnés, la photographie occupe une place importante mais elle est également associée à la gravure, l’émail, la peinture, le dessin. Avec une volonté, répondre à la question de comprendre la place que nous faisons, de nos jours, à la représentation visuelle. Les images sont aujourd’hui partout et nous les consommons en masse. Aussitôt réalisées, presque déjà oubliées. Voila qui pourrait résumer notre frénésie d’images et de photos que nous prenons et partageons par tous les moyens modernes qui s’offrent à nous. Et pourtant, dans tout cela, certaines images demeurent. Parce qu’elles sont importantes, heureuses, touchantes, dures ou encore choquantes. Et simplement parfois parce qu’elles sont esthétiquement fortes et s’imposent d’elles-même à notre mémoire visuelle. C’est justement « ce génie propre » de l’image et plus particulièrement de la photographie qu’interroge dès 1979, l’auteur Roland Barthes dans son livre « La Chambre Claire ». C’est aussi cette allusion qui a guidé le titre de l’exposition.

The seventeen artists of this beautiful event – including Zoé Arnold, Carla Garcia Durlan, Robin Kranitzky and Kim Overstreet, Jana Machatova, Iris Nieuwenburg, Nanna Obel and of course the surrealist Coco Fronsac – all practice, to varying degrees the art of collecting and assembling various elements that allow them, once associated, to give free rein to figurative and narrative pieces. At the heart of these selected jewels, photography occupies an important place but it is also associated with engraving, enamel, painting, drawing. With a will, answer the question of understanding the place that we make, today, to the visual representations. Images are everywhere today and we consume them en masse. As soon as realized, almost already forgotten. That could sum up our frenzy of images and photos that we take and share by all the modern means available to us. And yet some images remain. Because they are important, happy, touching, hard or shocking. And just sometimes because they are aesthetically strong and impose themselves on our visual memory. It is precisely this « own genius » of the image and more particularly of photography that questions since 1979, the author Roland Barthes in his book « The Claire Chamber ». It is also this allusion that guided the title of the exhibition.

zoe arnold, images

« THINKING EARRINGS », Boucles d’oreilles (Earrings). Agates, emaux blancs sur argent et or jaune 750 ‰. Collage sur photographie ancienne. Agates, white enamel on silver and 18k yellow gold, old photo. Photo : Zoe Arnold pour la Galerie La Joaillerie par Mazlo

Vient ensuite, le génie de l’assemblage et la poésie qui va s’échapper des pièces. Les représentations s’intégrant ici dans un processus d’élaboration propre à chaque artiste. A nous, spectateurs, de nous approprier le récit des artistes, de comprendre la démarche et, si l’envie nous en prend, de décoder le mystère en nous laissant emporter dans la magie d’une narration dont seul l’artiste connait toutes les subtilités.

Then comes the genius of assembly and the poetry that will escape from the pieces. The representations are integrated here in a development process specific to each artist. To us, spectators, to appropriate the story of the artists, to understand the process and, if we feel like it, to decode the mystery by letting ourselves be carried away in the magic of a narrative process of which only the artist knows all the subtleties.

nana obel, images

« A DISEASE WORSE THAN ALCOHOL ». Broche (Brooch). Or, argent, photo, email, fil de soie. Gold, silver, photo, enamel and silk thread. Photo : Nana Obel pour la Galerie La Joaillerie par Mazlo

Cette exposition se veut une véritable interrogation perpétuelle. Au gré des différentes vitrines et du dialogue voulu entre les pièces, vous découvrirez que l’on peut faire dire ce que l’on veut à une image et, plus largement, à une représentation.  A vous de saisir, ici le souvenir, là le message philosophique ou – au contraire – la simple démarche artistique et figurative. Tout un programme, enthousiasmant, à ne surtout pas manquer.

This exhibition is a real perpetual question. At the discretion of the different windows and the dialogue between the pieces, you will discover that we can say what we want to an image and, more broadly, a representation. It is up to you to grasp here the memory, the philosophical message or – on the contrary – the simple artistic and figurative approach. An exciting and not to be missed event !

A bientôt !

See you soon !

*****

« Le génie des images » Jusqu’au 20 octobre 2018 / Until October 20th, 18

Galerie La Joaillerie par Mazlo

Du mardi au vendredi de 14 à 19 heures / From Tuesday to Friday, 2 to 7 pm

Samedi de 11 à 13 heures et de 14 à 19 heures / Saturday : 11am to 1pm and from 2 to 7 pm.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.