Ma Biennale des Antiquaires 2014 – (1/3)

Plusieurs années que je l’attendais ce événement ! En effet, après avoir travaillé loin de Paris durant quelques années, je n’étais pas revenue visiter la Biennale des Antiquaires depuis un bon moment. Mais voila, en 2014, j’ai la chance d’être à Paris et d’y travailler à nouveau, il n’était absolument pas possible de rater cet événement incontournable du monde l’art et de la joaillerie. Je vous propose de partir, aux travers de trois articles, à la découverte de cette Biennale, haute en couleurs et qui m’a définitivement conquise !

Jeudi 11 septembre, il est 18 heures 30 quand je rentre enfin sous la grande verrière magnifiquement restaurée du Grand Palais. Cette année, la scénographie de l’événement a été confiée à Jacques Grange, décorateur, qui a imaginé sous la verrière un jardin à la française inspiré par Versailles. Bassins, jets d’eau et topiaires aux multiples formes accueillent le visiteur qui se trouve projeté dans un monde merveilleux aux senteurs florales omniprésentes tout au long de sa visite.

BIENNALE DES ANTIQUAIRES 2014. Paris, septembre 2014. © Julio Piatti

Capture d’écran 2014-09-20 à 21.27.19

Ambiance à la Biennale des antiquaires 2014. Photos : SNA

Pour cette édition, ils sont 15 exposants à rivaliser de parures et de pièces exceptionnelles enrichies de pierres multicolores et de diamants. Treize maisons présentent les nouvelles collections de haute joaillerie et trois maisons sont entièrement spécialisées dans le bijoux anciens.

Je démarre ma visite par la maison Piaget, je vous avais parlé de la nouvelle collection de la maison Extremely Piaget que j’ai trouvé particulièrement réussi au regard de sa simplicité et de sa modernité. La Biennale est l’occasion de découvrir des pièces inédites, saphirs présentant des bleus intenses et lumineux, émeraudes de Colombie, opales, rubis et diamants taille marquise par centaines illuminent l’espace Piaget. Conquise ! Je profite de ces quelques lignes pour remercier, encore, la maison Piaget pour son accueil adorable sur son espace.

G34H7400Bague en platine sertie d’une émeraude taille coussin (environ 11,50 carats), de 30 diamants taille marquise (environ 5,40 carats) et de 2 diamants taille brillant (environ 0,32 carat). Photo : Piaget

G37LW800Collier en or blanc 18k serti de 249 diamants taille baguette (environ 47,97 carats), de 186 diamants taille brillant (environ 42,20 carats) et d’un diamant taille brillant (environ 1,01 carats). Photo : PiagetG38LU600Boucles d’oreilles en or blanc serties de 88 perles de saphir bleu (environ 130 carats), de 2 émeraudes sculptées (environ 17,20 carats), de 2 émeraudes taille poire (environ 8,54 carats) et de 122 diamants taille brillant (environ 0,73 carat). Photo : Piaget

Il est temps ensuite d’aller s’immerger dans la réplique d’un appartement des années folles, panneaux laqués de noir, grands miroirs aux cadres en bois doré, bienvenue chez Chanel. Si la stupéfiante collection Café Society fut présentée en juillet, la Biennale la voit se compléter de pièces étonnantes, faisant la part belle aux diamants, aux pierres sculptées et fait nouveau à l’émail. Et l’audace, bien souvent, paye. C’est ici le cas !

Bague Autumn in ShanghaiBague Autumn in Shanghai, or blanc et jaune, diamants et rubis. Photo : ChanelBague Vendome CometeBague Vendôme comète, en or, diamants dont centre jonquille de 1,59 carats et émail. Définitivement une de mes pièces préférées de la collection. Photo : Chanel

Quatorze ans que la maison Réza n’avait pas exposé ses créations à la Biennale, c’est donc dire si son retour méritait que l’on s’attarde sur le stand de la maison. Alexandre Réza, qui fonda la maison, fut un voyageur infatigable, un chercheur des plus belles gemmes et un créateur prolifique. Son fils, Olivier, a repris la maison il y a quelques années. Les pièces exposées cette année sont le fruit de dizaines d’années de recherche et de collection. Parmi elles, on notera des saphirs naturels (non traités) remarquables, des émeraudes colombiennes présentant des teintes hallucinantes et des diamants de la meilleure qualité. Le stand présente des pierres parmi les plus belles de la Biennale.

A.

Bague composée d’un diamant taille poire, D. Internally Flawless (type IIa), de 10.07 cts. Montée sur platine. Photo : Alexandre Réza

Old Mine Emerald Earrings

Paire de boucles d’oreilles composée de 4 émeraudes ovales de Colombie pour 51,84 carats. La partie supérieure est composée de 2 diamants ovales de 1,06 carat (E.VVS2) et 1,12 carat (F.VVS2), mis en lumière par 14,10 carats de diamants baguettes, 4 diamants carrés pour 1,56 carat et de brillants pour 2,29 carats. Partie du bas détachable.
Montées sur platine. Photo : Alexandre Réza

J’ai profité de ma visite pour découvrir, enfin, les pièces de Wallace Chan. J’avais eu l’occasion de voir de nombreuses photos et je dois bien avouer que j’avais trouvé son travail étonnamment riche. Les pièce semblaient très imposantes et j’étais très curieuse de les admirer de visu. La découverte fut à la hauteur de ce que j’imaginais. Le stand présente à la fois des bijoux et des objets d’art sertis de milliers de gemmes. J’ai pu admirer la technicité de la réalisation et le savoir-faire des ateliers qui ont œuvré à la conception. J’ai passé beaucoup de temps à les regarder tant elles présentent de choses et de détails à voir. Une très belle découverte !

20100715_clapper_1419Broche “Fluttery”, tanzanites, diamants, saphirs colorés et grenats. Photo : Wallace Chan

bi2

Broche “Lueurs d’ondes” en titane, saphirs roses, diamants jaunes et noirs dont centre jaune de 6,68 carats. Photo : Wallace Chan

À bientôt pour la suite !

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *