Le collier de la Vicomtesse douairière Harcourt

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

La dernière vente aux enchères dédiée à la joaillerie chez Sotheby’s a vu plusieurs records importants s’établir sur les différentes pièces du catalogue. Cela n’est pas étonnant quand on voit la sélection pointue qui était proposée aux acheteurs du monde entier.

Mais, aujourd’hui, j’ai eu envie de rédiger une note sur une pièce remarquable dont je n’avais pas fait écho dans mon post concernant la sélection des bijoux à suivre lors de cette vacation : le collier de la Vicomtesse douairière Harcourt.

The last Sotheby’s jewelry auction has set some new prices records. It’s not really amazing to see that with the refined selection offered to international buyers.

But, one jewel has hold my attention : the Dowager Viscountess Harcourt necklace. I hadn’t spoken about this one in my review concerning this auction. And finaly !

Capture d’écran 2015-10-10 à 18.27.07

Lot 1737 : collier en or et argent serti de diamants. Estimation entre 1,2 et 1,9 millions de dollars. A diamond silver-topped gold necklace. Estimated btw US$ 1.2-1.9 millions of dollars. Photo : Sotheby’s

Reprenons donc l’histoire au départ. Une histoire qui mélange l’Histoire de France et une importante maison de joaillerie Américaine.

Après la Révolution Française, une histoire politique mouvementée succède à cette période. Après l’avènement de la Troisième République, le ministre des finances du pays décide de la mise en vente de la totalité de la collection des anciens Joyaux de la Couronne. Et c’est chose faite en 1887, après avoir été exposés durant de nombreuses années entre 1878 et 1884.

So, I have to talk about the history linked to this necklace. This is an history that mixes French politic and a famous american jewelry house of New York.

After the Revolution Française, some turbulent politic events follow this era. When the Troisième République comes, the french ministry of finances decides to sell in a publc auction all the Joyaux de la Couronne de France. And, after being displayed between 1878 and 1884 in Le Louvre, all the collection is publicly sold in 1887.

0252HK0590_8KLMZ_ref03.jpg.thumb.500.500

Document de vente de deux pampilles composées de 28 brillants que Tiffany va acquérir. This document testifies that Tiffany has bought a great comb à pampilles set with 28 diamonds. Photo : Sotheby’s

Les joyaux sont pour certains coupés en morceaux et la collection est alors vendue entre le 12 et le 23 mai 1887. Des joailliers du monde entier se déplacent à Paris pour acquérir à des prix qui nous paraitraient dérisoires aujourd’hui des bijoux et des gemmes d’une exceptionnelle qualité. La maison américaine Tiffany est présente et on murmure qu’elle achète près d’un tiers de la collection.

Some jewels are broken for the sale and – as I said previously – publicly sold between 1887 may 12 to 23th. Internationally jewelers are in the room and they bought for today’s ridiculous prices jewels and gems with an exceptional quality. The jewelry house Tiffany is in Paris for this auction, rumors said the house buys a third of the collection whose a great comb à pampilles set with 28 diamonds. Maybe it’s a fragment of one is illustrated on the pictures below.

La maison se porte acquéreur d’une pièce désignée comme un grand peigne à pampilles composé de 28 brillants. Peut-être est-ce une de ces deux pièces illustrées sur ce document issu du catalogue de la vente en 1887.

34a58302745ef6bd53d5c98b3b6a138aGravure d’une partie des diamants de la Couronne parue dans L’Illustration en 1887. The engraving of some Diamants de la Couronne de France, published in L’Illustration in 1887. Photo : Pinterest.

Hortensia-Peigne-de-chignon

Le fameux peigne illustré plus haut. Peut-être est-ce un morceau de cette pièce que Tiffany achètera. The famous comb illustrated above. Maybe it’s this one that Tiffany has bought during the auction.

Quoi qu’il en soit, la maison de joaillerie américaine vend une semaine plus tard 28 pierres à Junius S. Morgan, un banquier anglais. Par héritage, les pierres passeront dans la collection de sa petite fille : Mary Ethel Burns. Les pierres seront alors remontées en collier (celui de la photo du catalogue de Sotheby’s) vers 1900. Elle deviens Vicomtesse de Harcourt en épousant Lewis, 1er Vicomte de Harcourt en 1899.

Il y a quelques jours, le collier a été acquis par Tiffany pour 1,5 millions de dollars. Les pierres retournent donc à l’acquéreur d’origine, celui de 1887, des diamants de la couronne de France. Il sera conservé dans la collection patrimoniale de la maison.

One week later, Tiffany sells to Junius S. Morgan, an english banker the 28 diamonds. His granddaugther, Mary Ethel Burns, will inherit after his death. She becomes Viscountess of Harcourt when she marries Lewis, the first viscount of Harcourt, in 1899. The necklace is created after the wedding, circa 1900. Few days ago, this jewels was bought by Tiffany for US$ 1.5 millions dollars. Stones come back finaly to the first owner, the one of the 1887’s auction. This necklace will be preserved in the Tiffany’s Collection.

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. gemschoice dit :

    Still amazed how well you can handle both languages, Marie !
    Your articles are always pleasant and instructing (whether in French or in English).
    Charles Denton D.

    1. legemmologue dit :

      Thank you so much Charles for your kind words.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.