Daniel Brush se dévoile à Paris

Daniel Brush fait parti de ces artistes un peu mystérieux. A la fois très connu dans le monde de la sculpture et en même temps très discret, cet artiste complet – né en 1947 dans l’Ohio et résidant à New York depuis 1978 – explore le métal mais aussi de nombreux autres médiums depuis de nombreuses années. Peintre, graveur, historien, ancien professeur, poète, il s’initie lui-même à l’orfèvrerie pour se “reposer” après les nombreuses heures de travail et de reflexion que lui demande son travail de peintre. De l’expérimentation du départ, il en fera progressivement l’un de ses modes d’expression favoris, créant boites, objets, bijoux réalisés le plus souvent en acier et or – parfois aluminum – et souvent sertis de diamants.

Daniel Brush is one of these mysterious artists. At the same time very well known in the world of sculpture but also very discreet, this complete artist – born in 1947 in Ohio and residing in New York since 1978 – explores the metal but also many other artistic mediums from many years. Painter, engraver, historian, former professor, poet, he was initiated himself to goldsmithery to “rest” after the many hours of work and reflection that demanded his work as a painter. From experimentation, he will gradually make it one of his favorite modes of expression, creating boxes, objects, jewelry made mostly of steel and gold – sometimes aluminum – and often set with diamonds.

La “Ten Butterfly Box” en or pur, acier et aimants, 1991-1993. The “Ten Butterfly Box”, 1991-1993. Pure gold, steel, rare earth magnets. Photography by John Bigelow Taylor

Son travail, étonnant à bien des égards, a fait l’objet d’une grande rétrospective en 2012 à New York au Museum of Arts and Design mais il n’avait jamais été exposé en France. Il est d’autant plus intéressant de le découvrir qu’il a mis au point ses propres techniques de travail et conçu ses propres outils afin de pouvoir réaliser la moindre pièce qu’il imagine sans faire appel à qui que ce soit d’extérieur à son atelier où il travaille de manière fusionnelle avec son épouse.

His astonishing work was the subject of a major retrospective in 2012 in New York at the Museum of Arts and Design but it had never been exhibited in France. It is all the more interesting to discover him that he has developed his own working techniques and designed his own tools in order to be able to realize the least piece he imagines without appealing to anyone from outside of his studio where he works in a fusional way with his wife.

Bracelet en acier, diamants et saphirs roses. Steel bangle featuring diamonds and pink sapphires. Photography by Wesley Stringer

Broches “Poppies” en acier et diamants, 2010. “Poppies” steel brooch featuring diamonds, 2010. Photo : Laurent Kariv

L’exposition est organisée à l’Ecole des Arts Joailliers avec le soutien de la maison de haute joaillerie Van Cleef & Arpels et elle dure jusqu’au 31 octobre 2017 dans le cadre d’un événement “hors les murs” de la FIAC. Vous y découvrirez des pièces vraiment étonnantes à l’image d’une boite avec des papillons que je trouve très belle ou encore des broches fleurs en or et acier particulièrement poétiques. Mais c’est surtout le projet Necks qui retrace la création de 117 colliers en acier ciselé parfois sertis de diamants ou de pierres gemmes tels que des saphirs. Ces colliers représentent une seule oeuvre qui ne peut être morcelée dont l’aboutissement est un livre retraçant cette aventure créative de quatre ans. Un ensemble plutôt étonnant et extrêmement éloigné de la joaillerie classique dont nous avons l’habitude. C’est audacieux, presque perturbant mais tellement rafraichissant !

The exhibition is organized at the Ecole des Arts Joailliers with the support of the Van Cleef & Arpels house and runs until the October 31, 2017 as part of an event “outside of the walls” of the FIAC. You will discover some truly amazing pieces like a box with butterflies that I find very beautiful or flower brooches in steel particularly poetic. But it is mainly the Necks project that traces the creation of 117 necklaces in chiseled steel sometimes set with diamonds or gemstones such as sapphires. These necklaces represent a single work that can not be broken up, the result of which is a book retracing this four years creative adventure. A rather surprising work, far from the classical jewelry we are accustomed to. It’s daring, almost disruptive but so refreshing!

La boite “Second Dome” en or 916‰ et acier, 1983-1989. “Second Dome”, 1983-1989 Pure gold, 22 karat gold, steel. Photography by Wesley Stringer

L’événement est visible du lundi au samedi de 14 heures à 19 heures, en entrée libre. Vous n’avez donc aucune raison pour ne pas y aller ! Je ne peux en tout cas que vous y encourager car c’est une véritable chance que de pouvoir découvrir ce grand monsieur en France.

The event is open from Monday to Saturday from 2 pm to 7 pm, free admission. So you have no reason not to go! And I can only encourage you because it is a real chance to discover this great gentleman and artist in France.

À bientôt !

See you soon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *