Quand le bijou se veut une extension du vivant

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Si le bijou est traditionnellement en métal (qu’il soit précieux ou non) et agrémenté de pierres gemmes, ornementales ou encore émail, il existe de nombreuses autres catégories de pièces de bijouterie joaillerie. Pendant longtemps, la présence d’éléments issus du corps humain avait fonction de symbole et de souvenir. Avant l’apparition de la photographie (laquelle permet de conserver un souvenir visuel des vivants), on a utilisé les cheveux dans les bijoux de deuil. Seul élément pouvant se conserver de manière quasi illimité dans le temps, le cheveu offre une longévité importante et se travaille remarquablement facilement à condition de n’être pas traité. Celui-ci va donc trouver naturellement sa place dans les bijoux de sentiments jusqu’au début du XXe siècle. Mais le corps humain produit d’autres éléments tels que les dents, le sang ou encore le lait maternel. Je me propose donc de lister ici ces bijoux atypiques et de vous expliquer la démarche qui se cache derrière ces pièces. Il n’est pas question ici de critiquer celle-ci mais plutôt d’analyser le parti pris et de le comprendre.

If the jewel is traditionally made with metal (whether precious or not) and embellished with gemstones, ornamental stones or enamel, there are many other categories of jewelry. For a long time, the presence of elements from the human body was a function of symbol and memory. Before the appearance of photography (which preserves a visual memory of the living), the hair were used in mourning jewelry. The only item that can be kept almost unlimited in time, the hair offer a long life and work remarkably easily there are not treated. It will naturally find its place in jewelry until the early twentieth century. But the human body produces other elements such as teeth, blood or breast milk. I therefore propose to list here these atypical jewels and to explain to you the idea which is hidden behind these pieces. It is not a question here of criticizing this one but rather of analyzing the bias and understanding it.

Bague victorienne vers 1880 en or et cheveux. Victorian gold ring with hairs, circa 1880. Photo : Pinterest

  • Les cheveux / Hairs

Comme nous l’évoquions dans l’introduction, les cheveux sont utilisés depuis très longtemps dans la joaillerie. Que ce soit dans des bijoux de deuil constitués avec des cheveux du défunt ou dans des bijoux d’amour qui contiennent une mèche de l’être aimé, les cheveux sont une matière commune dans la bijouterie. Ils ont une vocation de souvenir et parmi les pièces habituelles, on trouve par exemple les médaillons qui contiennent la première mèche que l’on coupe à un enfant.

As we mentioned in the introduction, hair has been used for a very long time in jewelry. Whether in mourning jewelry made with the deceased’s hair or in love jewelry that contains a lock of the loved one, hair is a common subject in jewelry. They have a vocation of memory and among the usual pieces, one finds for example the medallions which contain the first wick that one cuts with a child.

sybille paulsen

Cette pièce en cheveux a été réalisée par Sybille Paulsen pour Mary Beth, qui fut la première malade a lui demander de confectionner un bijou avec ses cheveux coupés en prévision d’une chimiothérapie. This hair piece was made by Sybille Paulsen for Mary Beth, who was the first patient to ask her to make a jewel with her hair cut in anticipation of chemotherapy. Photo : Sybille Paulsen

Si la tradition s’est perdue progressivement, elle n’est pas complètement morte pour autant. Ces bijoux continuent d’avoir un certain succès aux Etats-Unis où la tradition du hairwork est encore assez vivace. S’ils ont souvent perdus leur évocation du deuil, ils restent souvent le témoin d’un moment important. Car les cheveux sont fondamentalement liés à l’évolution de notre vie et parfois à des décisions importantes. Ne dit-on « qu’une femme qui se coupe les cheveux change de vie« . Si l’adage existe, c’est qu’il prend racine dans une certaine réalité. De nombreux créateurs travaillent ce matériaux à l’image de Syblille Paulsen qui réalise un travail, avec les cheveux de patients atteints de cancer.

If the tradition is gradually lost, it is not completely dead so far. These jewels continue to have some success in the United States where the tradition of hairwork is still quite alive. If they have often lost their evocation of grief, they often remain the witness of an important moment. Because the hair is basically related to the evolution of our life and sometimes to important decisions. It is said that « a woman who cuts her hair changes her life« . If the adage exists, it is because it takes root in a certain reality. Many designers are working on this material like Syblille Paulsen who does a job with the hair of cancer patients.

Bague XIXe en argent et or, diamants et dents de lait. Gold and silver ring from 19th century featuring diamonds and milk teeth. Photo : Gros & Delettrez

polly van der glas

Bagues en argent et dents humaines. Silver rings featuring human teeth. Photo : Polly Van der Glas

  • Les dents / Teeth

Les bijoux contenant des dents sont extrêmement rares de nos jours. Ils furent principalement fabriqués au cours du XIXe siècle et servait à conserver la première dent de lait d’un enfant. Comme pour se souvenir de son passage à l’age adulte en quelque sorte. Certaine pièces ont pu mélanger dents et cheveux. Aujourd’hui, c’est une matière très peu utilisée. Pourtant la créatrice contemporaine Australienne Polly Van Der Glas travaille cette matière allant aussi jusqu’à employer des ongles dans ses créations. Elle explique sa démarche par l’intérêt que nous portons à ces éléments durant notre vivant : nous brossons nos cheveux, lavons nos dents et nous entretenons nos ongles. S’ils sont beaux de notre vivant, pourquoi cesseraient-ils de l’être à notre mort ? La question est excellente, sa réponse sera plus polémique pour certains, mais je suis absolument fan du résultat.

Jewelry containing teeth is extremely rare nowadays. They were mainly made during the nineteenth century and used to preserve the first tooth of milk of a child. As if to remember his transition to adulthood in a way. Some antique pieces could mix teeth and hair. Today, it is a very little used material. However, the contemporary Australian designer Polly Van Der Glas works on this matter, going as far as using nails in her creations. She explains her approach by the interest we have in these elements during our lifetime: we brush our hair, wash our teeth and maintain our nails. If they are beautiful in our lifetime, why would they stop being at our death ? The question is excellent, her answer will be more controversial for some, but I am absolutely a fan of the result.

Bague en or avec un cabochon de lait maternel solidifié. A solidified breast milk cabochon gold ring. Photo : Mama’s liquid love

  • Le lait maternal / Breast milk

Conserver du lait maternal dans un bijou est un concept assez récent. Depuis quelques années, certaines maisons spécialisées dans les objets accompagnant les femmes enceintes et les jeunes mamans proposent ce type de pièces, telles que Mon Bijou Lacté ou Ouistiti &Co. par exemple. Mais le mouvement est international puisqu’on retrouve ce type de proposition partout dans le monde et surtout dans les pays anglo-saxons. Bagues ou pendentifs, il n’a jamais été aussi simple de garder avec et contre soi ce témoignage du moment où le corps féminin donne la vie. Vous trouverez sur le marché de simples contenants mais aussi des fabricants qui proposent de solidifier le lait maternel sous forme de résine pour lui donner la forme de pierres facettées ou de cabochons. Peu de recul sur ces pièces pour vous dire comment elles vont réagir dans le temps. Rendez-vous dans quelques dizaines d’années.

Preserving breast milk in a jewel is a fairly new concept. In recent years, some houses specializing in objects accompanying pregnant women and young mothers offer such pieces, such as Mon Bijou Lacté or Ouistiti & Co. for example. But the movement is international since we find this type of proposal everywhere in the world and especially in the Anglo-Saxon countries. Rings or pendants, it has never been so easy to keep with and against the body this testimony of the moment when the female body gives life. You will find on the market simple containers but also manufacturers who offer to solidify breast milk in the form of resin to give it the form of faceted stones or cabochons. There is little perspective on these pieces to tell you how they will react in time. See you in a few decades.

serena holm

La broche HIV par Serena Holm. The HIV brooch by Serena Holm. Photo : ArtAurea

  • Le sang / Blood

Utiliser du sang dans un bijou n’est pas un acte anodin. Il faut une sacré dose de culot mais surtout un vrai parti-pris philosophique. Le seul example que j’ai en tête est celui de la créatrice suédoise Serena Holm qui en créant la broche HIV « Hero in Vitro » pose la question de notre rapport au sang, à la maladie mais surtout à la vie. Car, oui, le sang est avant tout ce carburant essentiel à la vie de nos organes. Il peut donc être vu comme ce bijou caché de notre corps, la matière la plus précieuse. A méditer ! A noter que cette pièce est visible à Paris à la Galerie La Joaillerie par Mazlo jusqu’en juillet 2018. Mais je vous parle très bientôt sur le site.

Using blood in a jewel is not an innocuous act. It takes a lot of nerve but especially a real philosophical bias. The only example I have in mind is the one of the Swedish designer Serena Holm who, by creating the « Hero in Vitro » HIV pin, raises the question of our relationship to blood, disease, but especially to life. Because, yes, the blood is above all this fuel essential to the life of our organs. It can therefore be seen as this hidden gem of our body, the most precious material. To meditate ! Note that this piece is visible in Paris at the Galerie La Joaillerie by Mazlo until July 2018. But I’m talking to you very soon on the site.

*****

Au cours de mes recherches, j’ai bien entendu trouvé des fabricants qui proposent des contenants pour conserver des matières bien plus polémiques telles que le sperme ou l’urine. Longtemps nié dans les démarches créatives actuelles, on oublie souvent que le bijou est d’abord intimement lié au corps qui le porte. Suis-je en accord avec ces démarches ? Pas tout le temps. Mais je dois reconnaitre que l’audace créative est toujours une bonne chose car elle à le mérite de faire bouger les lignes. Le bijou est un territoire étonnant, il explore des médiums inhabituels, souvent avec succès. Nul doute qu’il continuera de me surprendre et de nous faire collectivement réfléchir.

In the course of my research, I have of course found manufacturers who offer containers to keep things much more polemical, such as sperm or urine. Long denied in the current creative approaches, we often forget that the jewel have to be in a perfect harmony with the body that wears it. Am I in agreement with these steps ? Not all the time. But I must admit that creative daring is always a good thing because it has the merit of moving the lines. The jewel is an amazing territory, it explores unusual mediums, often with success. No doubt he will continue to surprise me and make us collectively think.

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.