So chic "Extremely Piaget" collection

140 ans. C’est une longévité qui se fête, forcément. Et quelle fête !

Logo-piagetPour cette nouvelle collection haute joaillerie, la maison Piaget s’est inspirée des années 60-70. Et c’est donc avec une profusion de couleurs qu’elle inaugure ce nouveau chapitre. Saphirs, émeraudes, opales, turquoises illuminent les différentes pièces. Les diamants de taille marquise, auxquels la maison horlogère est fidèle depuis plus d’un demi-siècle, sont ici magnifiquement mis en valeurs et rehaussent encore un peu plus les créations.

On retrouve dans ce nouvel opus des formes et des volumes qui font le succès de la maison depuis sa création. Manchettes géométriques, colliers imposants, pierres éclatantes de couleurs rappellent que cette époque fut celle d’une liberté nouvellement acquise et d’une certaine insouciance. Je vous propose donc de découvrir les pièces qui m’ont le plus séduites !

G36L7017Bracelet en or rose serti de 8 plaquettes d’opale rose (environ 23,25 carats), de 18 perles de turquoise (environ 5,31 carats) et de 220 diamants taille brillant (environ 1,81 carats). Photo : Piaget

G34H7200Bague en or blanc sertie de 128 diamants taille baguette (environ 4,68 carats) et d’1 diamant taille brillant (environ 1,02 carats). Photo : Piaget

G38LX100

Boucles d’oreilles en or blanc serties de 34 diamants taille poire (environ 10,09 carats), de 2 diamants jaunes taille coussin (environ 6,04 carats), de 2 diamants jaunes taille poire (environ 2,40 carats) et de 12 diamants taille brillant (environ 1,68 carat). Photo : Piaget

G0A39218_close

Montre manchette secret en or blanc sertie d’un saphir bleu gravé main (environ 19,00 carats) et de 601 diamants taille brillant (environ 16,20 carats). Mouvement à quartz Piaget 56P. Photo : Piaget

G38LW300

Boucles d’oreilles en or blanc serties de 28 diamants taille marquise (environ 11,59 carats) et de 20 diamants taille brillant (environ 4,48 carats). Photo : Piaget

G38LX200

Boucles d’oreilles en or blanc serties de 34 diamants taille marquise (environ 16,38 carats) et de 2 émeraudes taille poire (environ 7,90 carats). Photo : Piaget

G0A39270

Montre manchette en or blanc sertie de 1699 diamants taille brillant (env. 20,50 carats). Cadran en opale naturelle bleue. Mouvement à quartz Piaget 56P. Photo : Piaget

G36L6600

Bracelet en or rose serti de 32 diamants taille marquise (environ 12,42 carats) et de 23 perles de turquoise. Photo : Piaget

G34H7500

Bague en or blanc sertie d’un saphir bleu taille coussin (environ 7,65 carats), de 18 diamants taille marquise (environ 5,59 carats) et de 48 diamants taille brillant (environ 0,52 carat). Photo : Piaget

G37LY500

Collier en or blanc serti de 93 diamants taille brillant (environ 20,74 carats), de 21 diamants taille poire (environ 8,85 carats), de 5 diamants jaunes taille poire (environ 7,28 carats), d’un diamant jaune taille coussin (environ 6,02 carats), d’un diamant taille poire (environ 2,02 carats), d’un diamant taille poire (environ 1,51 carats) et de 2 diamants taille brillant (environ 1 carat). Photo : Piaget

G38LU800

Boucles d’oreilles en or blanc serties de 2 opales noires taille coussin (environ 5,38 carats), de 300 diamants taille brillant (environ 4,61 carats), de 4 saphirs bleus taille coussin (environ 3,59 carats), de 4 émeraudes taille coussin (environ 2,29 carats) et de 2 émeraudes rondes (environ 0,17 carat). Photo : Piaget

G37LW200

Collier en or blanc serti de 84 perles de saphir bleu (environ 127,40 carats), de 490 diamants taille brillant (environ 41,69 carats) et d’1 émeraude taille coussin (environ 19,39 carats). Photo : Piaget

G37LV200

Collier en or rose 18 carats serti de 22 diamants taille marquise (environ 8,33 carats), de 8 diamants taille brillant (environ 0,88 carats) et de 13 perles turquoises. Photo : Piaget

G36L7117

Bracelet en or blanc serti de 37 perles de lapis-lazuli (environ 97,46 carats), de 29 perles de turquoise (environ 40,24 carats), de 71 turquoises taille cabochon (environ 19,78 carats) et de 788 diamants taille brillant (environ 14,06 carats). Photo : Piaget

À bientôt !

Publié dans Les créateurs | Tagué , | Poster un commentaire

L’art du deuil au Costume Institute de New York

En octobre 2014, le MET de New York inaugurera une exposition consacrée à l’art du deuil au cours du XIXe et du début du XXe siècles.

Si cette exposition, qui sera la première depuis la réouverture du Costume Institute qui était fermé jusqu’à présent pour d’importants travaux de rénovations, sera à n’en pas douter particulièrement intéressante. On y explorera les implications sociales et économiques du deuil au travers de la mode. Ainsi, costumes, tenues, photos mais aussi accessoires seront exposés au public pour lui faire découvrir et comprendre comment se vivait et s’affichait le deuil entre 1815 et 1915 environ. Bien entendu, vous y découvrirez quelques bijoux. Si je connais déjà bien le sujet, je ne peux que vous conseiller d’aller la voir si vous le pouvez.

11 Brooches 1850 and 1858Exemples de broches de deuils. La première date de 1850. Elle est réalisée en or, jais, perles fines, cheveux. La deuxième est une pièce signée Tiffany & Co., elle date de 1868. Elle est réalisée en or, perles fines, émail noir et cheveux. Elle font parties de la collection du MET suite à un don de Susan et Jon Rotenschreich en 2000.

À bientôt !

Publié dans Expositions, Histoire du bijou | Tagué , , | Poster un commentaire

"De Beers envoie son AMS aux sightholders du monde entier"

J’ai lu récemment cet article issu du site Idexonline et traduit sur l’excellent blog de la maison Rubel & Ménasché, diamantaires parisiens réputés. L’article écrit par Albert Robinson nous explique une initiative à mon sens très bénéfique pour l’industrie diamantaire confrontée depuis plusieurs années au défi des diamants synthétiques de plus en plus nombreux sur le marché. Bonne lecture !

AMS-DeBeersPhoto de l’AMS. Photo : De Beers.

" Jonathan Kendall, président de l’International Institute of Diamond Grading & Research (IIDGR) de la De Beers, a annoncé que le Dispositif de détection automatisée des mêlées, ou AMS, était envoyé aux Sightholders du monde entier. Les premières installations et formations, fin juin, auprès de Tasaki et Rosy Blue, au Japon, ont été un véritable succès.

« Notre travail aujourd’hui est d’installer l’AMS dans les locaux de nos Sightholders dans les principaux centres diamantaires, tels qu’Anvers, Mumbai, Hong Kong et Tel Aviv », a déclaré la De Beers. « Il s’agit d’une mise en place progressive. Les techniciens de l’IIDGR travaillent en parallèle sur différents sites afin de garantir que les installations et formations soient réalisées dans les délais, mais de manière complète. »

L’AMS est le résultat de plusieurs années de développement, de tests approfondis et de production. La De Beers s’engage à entretenir la confiance à l’égard des diamants en soutenant les Sightholders et de manière plus générale, l’industrie diamantaire, qui emploie plus d’un million de personnes dans le monde.

La machine mesure environ 42 cm de profondeur, 26 cm de largeur et 23 cm de hauteur. La De Beers a expliqué qu’on peut la placer dans toute sorte d’installation à environnement contrôlé, et qu’on peut utiliser une seule machine aussi bien que plusieurs.

Elle passe en revue des brillants incolores et quasi incolores de 0,20 à 0,01 carat (environ 1,4 mm de diamètre) pour déterminer si elles sont naturelles ou pas. L’AMS ne contrôle pas les diamants naturels traités.

La machine est entièrement automatisée et accepte jusqu’à 500 carats à la fois. Les lots plus importants peuvent être répartis sur plusieurs machines.

L’AMS peut fonctionner sans surveillance la nuit. Son débit est d’environ 360 diamants à l’heure. Il est contrôlé par un ordinateur compact fourni avec la machine.

L’International Institute of Diamond Grading & Research a été créé par la De Beers pour fournir des services et des équipements propriétaires à l’industrie diamantaire. Il est basé à Anvers, et offre tout un éventail de services d’expertise. Il se spécialise dans le développement d’instruments de contrôle à la pointe de l’industrie. "

À bientôt !

Publié dans Gemmologie, Législation, Presse, Un peu de technique | Tagué , , , , | Poster un commentaire

Appel à projets "Esthétique et parure" au Pôle bijou de Baccarat (54)

1- Le Pôle Bijou de Baccarat

Créé en 2006 par la Communauté de Communes des Vallées du Cristal, le Pôle Bijou est destiné aux professionnels du secteur de la bijouterie contemporaine qui souhaitent s’installer et participer à un projet unique et innovant en bénéficiant d’aides techniques et financières : artisans créateurs, ateliers de production, prototypistes, maquettistes, polisseurs, sertisseurs.

Logo pôle BijouLe Pôle Bijou, c’est le regroupement de compétences complémentaires du monde de la bijouterie, dans un même écrin en vue de mettre en place une synergie de développement, de création, de partenariat et d’attirer du public.
La philosophie du Pôle Bijou est de constituer un pôle d’excellence des métiers du bijou où chaque acteur de la bijouterie et sa créativité seront valorisés, où chaque expression du bijou aura sa place.
Quoi de mieux pour un Pôle Bijou qu’une implantation à Baccarat, commune d’ores et déjà célèbre pour les prestigieuses productions artistiques de la manufacture du même nom, et labellisée "Ville et Métiers d’Art" ? Ici, le savoir-faire autour du travail du cristal a une véritable légitimité.
Ainsi, le Pôle Bijou s’impose depuis une dizaine d’années comme le lieu de référence en matière de recherche et d’expérimentation en matière de Bijou contemporain.

2- Le projet

En 2014, le Pôle Bijou invite dix créateurs intéressés par ce projet à venir s’installer à Baccarat, afin de rejoindre le projet créatif collectif intitulé « Esthétique et Parure » et développer leur activité.
En effet, de 2015 à 2017, le projet « Esthétique et Parure » vise à favoriser la collaboration entre plusieurs créateurs des secteurs Bijou, Mode et Accessoires. L’objectif premier de cette collaboration est la réussite économique de chacune de ces activités métiers d’art et leur pérennisation sur le territoire de Baccarat.

3- Questions / Réponses sur le projet :

A qui s’adresse ce projet ?
A tous les jeunes créateurs qui exercent une activité métiers d’art, en particulier dans l’un des domaines suivants : le Bijou, la Mode et l’Accessoire.

Pour combien de temps s’engage-t-on ?
Au minimum trois ans, sachant que la location d’un atelier est encadrée par un bail 3-6-9.

Où pourrai-je loger ?
L’équipe du Pôle Bijou peut vous accompagner dans la recherche d’un logement à proximité de votre atelier, mais d’autres solutions existent (Nancy à 40 min en TER, etc)

Quel accompagnement / quelles aides me sont proposés ?
Chaque créateur qui s’installe à l’Espace Créateur pourra, s’il le souhaite, bénéficier d’un accompagnement à l’installation, à la commercialisation (boutique, expos, salons), à la formation

Doit-on avoir un statut professionnel pour postuler ?
Non, pas nécessairement, notre équipe peut vous aider dans votre établissement de statut.
Comment articuler mes projets individuels et le projet collectif « Esthétique et Parure » ? La réussite de votre activité est la priorité du Pôle Bijou. La collaboration avec les autres résidents de l’Espace Créateurs doit être vue à la fois comme une possibilité d’échange d’idées et de savoir-faire et une possibilité de mutualisation de moyens.

Si ce projet vous intéresse, il vous faut remplir un dossier de candidature. Vous pouvez le demander auprès du Pôle bijou ou bien en m’adressant un mail (que vous trouverez dans la rubrique "Contact"). Je vous le ferai parvenir dès réception de votre message.

A bientôt !

Publié dans Divers | Tagué , | Poster un commentaire

Audacieuse Café Society

La semaine dernière, Paris a vécu à l’heure des présentations de haute couture et de haute joaillerie. Et cette semaine de la mode nous a réservé de très belles surprises ! C’est donc avec un immense plaisir que j’ai répondu à l’invitation de la maison Chanel de venir découvrir la nouvelle collection inspirée par la Café Society et présentée au Théâtre des Champs-Élysées.

Avant de vous présenter les pièces qui ont le plus retenu mon attention, un petit retour historique sur ce milieu influent qu’était la Café Society. Entre les années 1920 et 1960 environ, au sortir de la première guerre mondiale, un cercle regroupant intellectuels, milliardaires, mondains mais aussi aristocrates émerge. Les fêtes fastueuses qu’il organise en sont la marque de fabrique.

On y croise Marie-Laure de Noailles, le duc de Windsor, Barbara Hutton, Salvador Dali, Orson Welles ou encore Louise de Vilmorin pour ne citer qu’eux. On dépense sans compter dans la Café Society où le bon mot et l’élégance sont érigés en maitres mots ! Bien sur, on y croise aussi des mécènes car ce cercle est un des bailleurs de fonds principal de la création de son époque. Sorte de jet-set avant l’heure, il est de bon ton d’en faire parti et de s’afficher dans les soirées qu’organisent ses membres.

Avant-gardisme et audace caractérisent parfaitement l’esprit du cercle. Ce n’est donc pas pour rien que ce thème fut retenu pour la nouvelle collection haute joaillerie de la maison Chanel. Éloignée des codes plus classiques et figuratifs auxquels la maison nous a habitués, la collection est une vraie réussite. Moderne, graphique, Art déco, voila quelques adjectifs qui résument la ligne de cette présentation. Le Théâtre des Champs-Élysées est un clin d’œil supplémentaire : rappelons que c’est dans ce lieu que fut donné pour la première fois en 1913 le "Sacre du printemps", représentation qui souleva les passions par sa modernité. Audace vous dis-je !

C’est donc sur la scène du théâtre, au son de la musique électronique de Meca Tonique que j’ai pu découvrir les pièces superbement réalisés par les ateliers de la maison. J’ai été fasciné par les collections "Sunset", "Morning in Vendôme", ou encore "Bubbles". Découverte des pièces les plus marquantes.

Montre BubblesMontre Bubbles en or blanc, sertie de 1606 diamants pour un poids de 21,2 carats et éléments en onyx sculpté. Photo : Chanel Joaillerie

Broche SunsetBroche Sunset en or blanc et rose, sertie d’un saphir Padparadscha taille coussin de 3 carats, 599 diamants taille brillant pour un poids total de 6,1 carats et 9 opales roses sculptées. Photo : Chanel JoaillerieBO Muse

Boucles d’oreilles Muse en or blanc, serties de 40 billes de saphir pour un poids total de 23,6 carats, 6 saphirs taille brillant, 6 saphirs taille fancy, 6 billes de diamant pour un poids total de 2 carats et 118 diamants taille brillant pour un poids total de 3,3 carats. Photo : Chanel Joaillerie

Collier Morning In Vendome

Collier Morning in Vendôme en or blanc et jaune, serti d’un diamant jaune taille émeraude de 12 carats, 2160 diamants taille brillant pour un poids total de 31,6 carats, 339 diamants jaunes taille brillant pour un poids total de 4,4 carats et onyx sculpté. Photo : Chanel Joaillerie

Bague Morning in Vendome

Bague Morning in Vendôme en or blanc et jaune, sertie d’une émeraude de 6,1 carats, 168 diamants taille brillant pour un poids total de 4,2 carats, 20 saphirs taille baguette pour un poids total de 1,3 carat, 16 émeraudes taille baguette pour un poids total de 1 carat et 149 diamants jaunes taille brillant. Photo : Chanel Joaillerie

Bague Broadway

Bague Broadway en or blanc sertie de 102 diamants taille brillant pour un poids total de 3,7 carats, 27 diamants taille carré pour un poids total de 2,5 carats, 1 diamant taille princesse de 1,5 carat, 6 diamants taille baguette pour un poids total de 1 carat et 4 diamants taille trapèze. Photo : Chanel Joaillerie

BO Sunset LG

Boucles d’oreilles Sunset en or blanc et rose, serties de 8 saphirs Padparadscha taille ovale pour un poids total de 9,2 carats, 4 saphirs Padparadscha taille fancy, 6 saphirs roses taille fancy et 248 diamants taille brillant pour un poids total de 3,8 carats. Photo : Chanel Joaillerie

Collier Bubbles

Collier Bubbles en or blanc serti d’un diamant taille carré de 2 carats, 2173 diamants taille brillant pour un poids total de 27,3 carats et onyx sculpté. Photo : Chanel Joaillerie

Collier CruiseCollier Cruise en or blanc serti d’une aigue-marine taille brillant de 28,3 carats, 499 diamants taille brillant pour un poids total de 27,8 carats, 2087 aigues-marines pour un poids total de 789 carats et 622 spinelles noirs taille brillant pour un poids total de 7 carats. Photo : Chanel Joaillerie

BO Charleston GM

Boucles d’oreilles Charleston en or blanc, serties de 240 diamants taille brillant pour un poids total de 9 carats, 32 diamants taille baguette pour un poids total de 5,9 carats, 4 diamants taille princesse pour un poids total de 1,6 carat et onyx sculpté. Photo : Chanel Joaillerie

Bo Morning in Vendôme

Boucles d’oreilles Morning in Vendôme en or blanc et or jaune serties de 2 diamants jaunes taille émeraude pour un poids total de 7,3 carats, 188 diamants blancs taille brillant pour un poids total de 2 carats, 64 diamants jaunes taille-brillant et onyx sculpté. Photo : Chanel Joaillerie

Collier Sunset

Collier Sunset en or blanc et rose et serti d’un saphir Padparadscha taille coussin de 5,5 carats, 8 saphirs Padparadscha taille ovale pour un poids total de 17,2 carats, 44 saphirs Padparadscha taille fancy pour un poids total de 4,9 carats, 62 saphirs roses taille fancy pour un poids total de 4,9 carats et 2387 diamants taille brillant pour 62,9 carats. Photo : Chanel Joaillerie

Bracelet Midnight

Bracelet Midnight en or blanc serti de 1659 diamants taille brillant pour un poids total de 31,8 carats et onyx sculpté. Photo : Chanel Joaillerie

Bague Sunrise

Bague Sunrise en or jaune sertie de 5 diamants taille princesse pour un poids total de 1 carat, 40 saphirs jaunes taille brillant et laque rouge. Photo : Chanel Joaillerie

Bague Tuxedo N

Bague Tuxedo en or blanc sertie d’un diamant taille brillant de 1 carat, 142 diamants taille brillant pour un poids total de 1,8 carats et onyx sculpté. Photo : Chanel Joaillerie

Broche Morning in Vendome

Détail de la broche démontable du collier Morning in Vendôme. Or blanc et jaune, sertie d’un diamant jaune taille émeraude de 12 carats. Photo : Chanel Joaillerie

Un immense merci à la maison Chanel pour ce joli moment.

À bientôt !

Publié dans Coups de coeur, Les créateurs | Tagué , , | Poster un commentaire

La vente Sotheby’s du 16 juillet 2014 : quelques belles pépites !

La dernière vente qu’il ne faudra pas manquer en cette période estivale du mois de juillet sera celle de la maison Sotheby’s. Elle se tiendra le 16 juillet 2014 à Londres.

Si c’est une vente plutôt bien dotée, bien que généraliste, elle proposera presque 500 lots dont quelques très belles pièces. Je vous propose donc de découvrir les pièces qu’il ne faut pas manquer, ne serait-ce que pour le plaisir des yeux.

Capture d’écran 2014-07-11 à 22.32.16

Lot 1 : paire de boutons de manchettes en platine, diamants et turquoises. Réalisés dans les années 20 par la maison Cartier, ils sont proposées dans leur écrin d’origine. Estimation entre 4000 et 6000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-11 à 22.37.49

Lot 10 : ensemble atypique de deux petites broches représentant un coq et une poule. Réalisées en or, argent, diamants, émeraudes et émail. Fin du XIXe siècle. Estimation entre 3000 et 5000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-11 à 22.42.10

Lot 31 : étonnante rivière de chrysobéryls sur or jaune réalisée dans les années 1820. Estimation entre 3000 et 4000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-11 à 22.54.36

Lot 151 : belle broche par la maison Verdura réalisée en or jaune et platine, diamants et émeraude centrale en cabochon mesurant 24 x 20 mm environ. Estimation entre 32.000 et 42.000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-11 à 22.59.59

Lot 205 : imposant collier tutti frutti en or blanc, diamants, rubis, saphirs, émeraudes. Estimé entre 28.000 et 38.000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-11 à 23.04.45

Lot 220 : rare pièce sculptée représentant des inséparables, réalisée en  fluorite, agate, ivoire par la maison Cartier vers 1910. Estimation entre 8000 et 12.000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-11 à 23.11.34

Lot 313 : rare paire de bracelet en or émaillé et diamants par Verger frères et réalisée vers 1920. Estimation entre 20.000 et 30.000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-12 à 11.12.23

Lot 445 : paire de boucles d’oreilles en platine sertie de deux diamants naturels bruns orangés certifiés par le GIA comme "Fancy orange brown" et pesant respectivement 3,12 et 3,20 carats. Deux diamants jaunes clair complètent cette paire. Estimation entre 25.000 et 35.000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-12 à 11.17.40

Lot 446 : paire de pendants d’oreilles de la maison Gilan en or blanc et or jaune sertie de diamants, dont les centres jaunes bruns sont certifiés par le GIA comme "Fancy dark yellow-brown" et "Fancy dark brown-yellow" et pesant respectivement 6,15 et 6,34 carats. Estimation entre 50.000 et 75.000 £. Photo : Sotheby’s

Capture d’écran 2014-07-12 à 11.22.11

Lot 454 : paire de clips d’oreilles en or blanc et or jaune sertie de diamants et rubis. Les rubis sont certifiés comme birmans et non traités par le GPL. Ancienne fabrication française de la maison Mauboussin dans les années 60, signée. Estimation entre 20.000 et 30.000 £. Photo : Sotheby’s

À bientôt !

Publié dans Les créateurs, Ventes aux enchères | Tagué , , , , , , , , | Poster un commentaire

Et l’Etat de New York bannit l’ivoire…

Il y a un peu plus de quinze jours, une loi fédérale est passée dans l’état de New York. Elle n’a pas fait les gros titres en France, mais elle a un peu agité certains acteurs de mon secteur professionnel. C’est d’ailleurs comme cela que j’ai entendu parler de cette nouvelle disposition qui modifie grandement le travail des antiquaires et autres vendeurs spécialisés dans le commerce des objets d’art anciens.

Il y a plusieurs mois, je vous avais parlé du commerce de l’ivoire en France qui est particulièrement réglementé. Les dispositions légales relatives à ce commerce prévoient aussi la procédure de sortie du territoire français des objets. Entre autres vers les USA, grand pays consommateur d’objets et de bijoux réalisés dans cette matière qui fut longtemps prisée des fabricants. Jusqu’à présent, les ivoires qui pouvaient (déjà difficilement) franchir les frontières américaines devaient être absolument certifiés comme étant "pre-ban" soit antérieurs à la convention de Washington ou bien réalisés dans une défense datant d’avant la convention. L’ivoire de mammouth n’était pas concerné car non soumis à un commerce réglementé. Oui mais voila, les choses viennent de changer.

Désormais, la loi qui vient de passer rend la vente d’ivoire d’éléphant, de mammouth mais aussi de cornes de rhinocéros encore plus compliquée. Les objets proposés devront avoir au moins 100 ans. De plus, si l’objet est composé d’ivoires de différentes provenances, il ne pourra pas y avoir plus de 20 % de l’objet qui soit composé avec des ivoires possédant des origines douteuses. Enfin, la loi imposera de considérer juridiquement comme un crime la vente d’ivoire prescrit pour un montant supérieur à 25.000 $. Ce sont donc des critères de ventes particulièrement restrictifs pour les professionnels du secteur.

Le gouverneur de l’état, Andrew Cuomo, a ainsi déclaré : "Avec l’adoption de cette loi, l’état de New York a marqué une nouvelle étape cruciale dans son combat contre le commerce illégal de l’ivoire. Nous ne voulons plus tolérer dans notre état ce commerce dangereux et cruel."

Alors, pourquoi interdire le commerce de l’ivoire de mammouth ? Pour une raison finalement très simple : cet ivoire est souvent difficile à distinguer de l’ivoire d’éléphant. Et cette difficulté permet souvent pour des vendeurs peu regardants de prétendre que les objets sont en ivoire de mammouth ou fabriqués dans un ivoire d’éléphant ancien car jaunit. Et donc, de faire passer les objets comme légaux.

En interdisant le commerce de l’ivoire de mammouth, l’État de New York espère ainsi contrer ce commerce. La loi prendra effet dans quelques semaines. Seul point négatif, les vendeurs américains ayant des permis de ventes valides ne tomberont sous le coup de la loi qu’à l’expiration de ceux-ci. Néanmoins d’ici quelques années, le commerce de l’ivoire dans l’état de New York sera très compliqué que ce soit sur place comme pour les vendeurs qui souhaitent travailler à l’import avec des clients basés sur place.

Concrètement, pour le secteur de la joaillerie, les choses se compliquent pour toutes les maison qui proposent des pièces contemporaines ou ont proposé des pièces anciennes contenant de l’ivoire. Mais on peut aussi évoquer toutes les personnes qui possèdent des bijoux en ivoire (bracelets, boucles d’oreilles, bagues…) importés au milieu du XXe siècle quand l’ivoire était à la mode.

KEH-145-seaman-schepps-rigate-mammoth-diamond-cuff-braceletCe bracelet "Rigate" proposé par la maison Seaman Schepps et réalisé en ivoire de mammouth, or blanc et diamants ne pourra plus être commercialisé dans l’État de New York. Photo : Betteridge

XXX_2_1363031273_1

Cette bague en or jaune, cabochons de chrysoprase et éléments en ivoire d’éléphant créée par la maison Fred dans les années 70 ne pourra plus être vendue dans l’État de New York. Photo : First.

À bientôt !

Publié dans Gemmologie, Législation | Tagué , , , , , , | Poster un commentaire