Voyage au centre des gemmes

Dans le cadre de la Fête de la science, qui cette année met à l’honneur la cristallographie, la médiathèque de Corbeil-Essonnes vous propose une exposition de photographies au cœur des gemmes.

Bruno Cupillard, gemmologue et photographe, mène depuis plusieurs années un remarquable travail d’observation sur des gemmes de toutes provenances. En découle des couleurs étonnantes, des détails invisibles à l’œil et surtout de très belles images que je vous invite à aller découvrir.

Capture d’écran 2014-09-30 à 21.04.47  Inclusion biphasée dans un cristal de roche (quartz). La bulle d’air que vous pouvez voir se situe dans une huile de pétrole piégée lors de la formation de la pierre. Photo : Bruno Cupillard

Capture d’écran 2014-09-30 à 21.05.03Détail de la structure dans une agate. photo : Bruno Cupillard

L’exposition ouvre le 4 octobre et fermera ses portes le 25 octobre. Elle est gratuite. L’inauguration aura lieu le 4 octobre à 16 heures en présence de l’artiste.

À bientôt !

Publié dans Coups de coeur, Expositions, Gemmologie | Tagué , , | Poster un commentaire

Ma Biennale des antiquaires 2014 – (3/3)

Il me reste quelques encore quelques très belles choses à vous montrer. Après avoir visité tranquillement l’allée consacrée exclusivement à la joaillerie, il me faut encore m’attarder dans quelques espaces. Trois maisons proposent une sélection très pointue en bijoux anciens et enfin deux maisons londoniennes connues pour vendre des diamants absolument hallucinants. Autant vous dire, que j’ai fait le choix de terminer ma visite par cela, histoire d’emmagasiner dans ma tête un maximum de merveilleuses gemmes !

Chez Bulgari, l’expression "Je t’aime à l’italienne" prend tout son sens. Des couleurs, des pierres taillées en cabochons aux teintés acidulées comme les bonbons de notre enfance. Et l’impression, durant quelques instants, de revivre l’opulente époque de la Cinecittà. Il n’en fallait pas plus que je sois en admiration devant les vitrines.

Bague 8122Bague La Dolce Vita en platine avec 1 saphir du Sri Lanka taille coussin (17,10 ct) et diamants taille baguette. Photo : Bulgari

Boucles d'oreilles 9442

Boucles d’oreilles Musa en or jaune, rubellites (9,35 ct), améthystes (12,58 ct), émeraudes (3.03 ct), diamants taille brillant (3.13 ct) et diamants taille trapèze (3.47 ct). Photo : Bulgari

Fig 29Collier haute joaillerie Serpenti en or rose – modulable en boucles d’oreilles – avec perles d’émeraudes de Zambie (1021,38 ct) et diamants. Photo : BulgariBoucles d'oreilles 8703

Boucles d’oreilles Bisanzio en or rose, rubellites (20,50 ct), tourmalines (24,86 ct), émeraudes taille cabochon (7,30 ct) et pavé diamants (1,45 ct). Photo : Bulgari

 Dans l’espace consacré à la maison Dior, place à un boudoir pour femmes élégantes et ode au New Look cher à Christian Dior. Plissés de tissus et d’étoffes précieuses se trouvent projetés en bijoux. Frous-frous, froissé de satin ou encore tailleur ceinturé forment la base d’inspiration de ce nouvel opus Archi Dior signé Victoire de Castellane.

Capture d’écran 2014-09-23 à 20.17.35Boucles d’oreilles Ailée Diamant. Or blanc 750, diamants, saphirs, saphirs roses et violets. Photo : Dior

Capture d’écran 2014-09-23 à 20.18.59Boucles d’oreilles Trompe l’Œil Diamant Jaune. Or jaune 750, diamants, diamants jaunes, grenats spessartites et saphirs roses. Photo : Dior.

Capture d’écran 2014-09-23 à 20.18.11Boucles d’oreilles Cocotte émeraude. Or blanc 750/1000e, diamants et émeraudes. Photo : Dior.

Place désormais aux bijoux anciens. Trois maisons en proposent cette année, Martin du Daffoy (antiquaire place Vendôme), Véronique Bamps installée à Monaco et surtout la maison américaine Siegelson. Et je dois bien reconnaitre que c’est la maison américaine qui m’a le plus séduite. Pièces de maîtres signées Verger Frères, Lacloche, Suzanne Belperron. J’ai passée beaucoup de temps dans ce corner où on se serait cru dans un musée tant les bijoux présentés en vitrines étaient rares. Un ravissement !

429935_351466428273335_1904928194_n

Parure en calcédoines bleues signée Suzanne Belperron. Photo : Siegelson

545885_351582371595074_1150515314_n

Magnifique collier Cartier, époque Art Déco. Platine, saphirs, émeraudes et diamants. Photo : Siegelson

Parce qu’il faut bien finir un jour, je vous propose d’admirer des bijoux de divas. C’est bien de ça dont il s’agit tellement les diamants sont gros, colorés (et rares pour certains). Des bagues de stars, de tapis rouges… Si la maison David Morris propose des créations franchement jolies, je suis clairement tombée en admiration devant la démesure assumée de la maison Graff Diamonds. Cette maison est bien connue des amateurs de pierres, car cette compagnie fait souvent parler d’elle durant des ventes aux enchères. Elle a pour habitude d’acquérir les plus gros diamants qui passent aux enchères dans le monde. C’est dire ! Let’s bling !!

GR23238-EmCt-FIY-36_23ct-Diam-Ring

Bague en or jaune et platine, sertie de diamants dont centre Fancy Intense Yellow VVSI de 36,23 ct. Photo : Graff Diamonds

GR27873-Blue-diam

Bague en platine sertie d’un diamant Fancy vivid blue de 5,25 carats. Photo : Graff Diamonds.

Voila, le 21 septembre la Biennale a fermé ses portes. J’y ai passé des heures fabuleuses à admirer des bijoux magnifiques. Vivement 2016 !

À bientôt !

Publié dans Histoire du bijou | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Ma Biennale des Antiquaires 2014 – (2/3)

Quand on rentre dans le Grand Palais, sous la verrière, on est accueillis par un bassin et son jet d’eau, une allée située dans la perspective de ce bassin vous emmène vers un petit jardin et derrière, on découvre une allée consacrée exclusivement à la joaillerie. Dans cet écrin, on peut admirer tour à tour les espaces dédiés aux maisons Cartier, Boucheron, Chaumet, Van Cleef and Arpels et Giampiero Bodino. Visite !

La maison Cartier présente dans l’espace le plus important de cet événement une collection incroyable Cartier Royal. Le stand conçu comme un palais, présente plus d’une centaine de pièces mettant en valeur des gemmes incroyables, une sorte de rêve éveillé pour une gemmologue passionnée… Royal est donc bien l’adjectif qui caractérise le mieux cette collection. Quand j’ai reçu le dossier de presse, la première chose à laquelle j’ai pensé c’est que j’aurais des difficultés à faire une sélection parmi la profusion des magnifiques visuels qui le composent. Mais il faut choisir. Je vous propose donc de découvrir quelques merveilleuses pièces et pierres qui composent la collection…

34378L’émeraude coussin – 26,60 carats, le saphir bleu bleuet – 29,06 carats, le rubis pourpre – 10,17 carats et le diamant pur absolu – 30,21 carats. Photo : Nils Herrmann © Cartier 2014

34527Dessin de création du collier Pamir et le spinelle du Tadjikistan poire de 49,74 carats. Photo : © Cartier 2014

34817Dessin de création du collier Serpent serti de deux émeraudes de forme poire de plus de 200 carats chacune, qui font partie des cinq émeraudes de Chivor. Photo : © Cartier

35274Platine, un rubis du Mozambique ovale de 15,29 carats, un diamant taille rose de 3,51 carats D IF, un diamant poire taille rose de 5,10 carats E VS2, boules rubis, diamants poire taille rose, diamants calibrés, diamants taille brillant. Le ras-de-cou rubis et le collier diamant peuvent être portés séparément. Photo : Nils Herrmann © Cartier

Chez Van Cleef and Arpels, place à la féérie. L’espace dédié à la présentation de la collection Peau d’âne nous fait entrer dans un monde imaginaire qui aurait assurément beaucoup plu à Jacques Demy. La scénographie nous fait basculer dans un univers peuplé de fées, de colliers de princesses et nous propose de redevenir une grande enfant dont les jouets seraient des pierres multicolores et des diamants. Je vous avais parlé de la collection inspirée par la restauration du film "Peau d’âne" et je peux vous assurer qu’elle vaut vraiment le détour. Signalons aussi que la maison propose quelques pièces anciennes particulièrement sublimes. Magique !

tumblr_nc1jcbaASC1rkh3meo1_1280Collier "Émeraudes en majesté" issu de la collection Peau d’âne. 29 émeraudes parfaitement appairées composent cet imposant collier. Photo : VCA

tumblr_n8k43kQ8gE1rkh3meo1_1280

Broche "Baguette magique" issue de la collection Peau d’âne en or blanc et rose, diamants, saphirs colorés, onyx et centre saphir de Madagascar pesant 3,64 carats. Photo : VCA

Plongeons ensuite dans l’aquarium imaginé par la maison Chaumet. Le stand est conçu comme une bulle d’eau dans laquelle les douze parures imaginées par la maison sont nimbées d’une lumière bleue. Inutile de vous dire que l’on s’y sent bien, à l’image (pour ceux qui pratiquent) d’une plongée en eau profonde. Ici, l’eau est sublimée : fluide, givrée, glacée, torrentielle, lacs au soleil couchant… Ici, elle inspire les cinquante-trois pièces qui composent la première collection de Claire Devé-Rakoff.

Parure 1 - RingBague "reflets éphémères", saphirs bleus et jaunes en dégradé se reflètent dans l’eau sous la lune d’or d’un diamant jonquille. Bague en or blanc, sertie de diamants, de saphirs bleus et jaunes et d’un saphir ovale de Madagascar de 5,10 carats. Photo : ChaumetParure 12 - NecklaceCollier "Eau d’hiver". La nature se fige. Blocs de cristal de roche et cristaux de diamants sculptent des formes fantastiques, entre rocs et comètes. Collier en platine, or blanc et cristal de roche givré, serti de diamants dont trois diamants EVVS2 poire pour 2,76 carats, deux diamants EVVS1 poire pour 1,36 carat, deux diamants DVVS2 poire pour 1,46 carat, un diamant FVVS2 poire de 0,58 carat, deux diamants FVVS1 poire pour 1,01 carat, quatre diamants DVVS1 pour 2,46 carats, un diamant DVVS2 poire pour 3,63 carats et un diamant DFL poire de 5,03 carats. Photo : Chaumet

Parure 5 - EarringsBoucles d’oreilles "Beauté de givre". Les opales blanches se métamorphosent dans la rondeur d’une aurore boréale. Les gouttelettes d’eau se cristallisent en une nuée de diamants et de dégradés de saphirs mauves. Boucles d’oreilles en or blanc, serties de diamants, de saphirs violets, de boules d’améthyste facettées, de deux saphirs violets ovales de Madagascar, l’un de 1,27 carat, l’autre de 1,33 carat et de deux cabochons d’opale blanche d’Éthiopie pour 17,36 carats. Photo : Chaumet

Ode à la lumière et aux voyages dans des pays lointains chez Boucheron. Louis Boucheron était, comme beaucoup, de ses confrères un insatiable curieux, un voyageur et un amoureux des gemmes et des bijoux. A son époque, il fallait aller chercher les pierres loin, un époque de voyages en trains, en bateaux ou encore à dos d’éléphants. "Rêves d’ailleurs" caractérisent donc l’esprit voyage aux confluences d’autres cultures que souhaitait donner la maison à ce nouvel opus haute joaillerie.

1600x590_CL61BISCollier "pinceaux de Chine" en or blanc, cristal de roche et diamants. Ce collier est l’un de mes préférés dans la collection. Photo : Boucheron

1600x590_CL22"Réminiscences des voyages de Louis Boucheron, la parure Trésor de Perse érige en majesté des saphirs cabochons exceptionnels, dont deux cabochons « pain de sucre », ainsi qu’un ovale birman historique. Leurs bleus profonds, révélant pour certains d’éclatantes petites soies, s’entourent des subtils jeux de forme, couleurs et lumière des calcédoines, des diamants, et des effets de transparences remarquables du cristal de roche". Photo et texte : Boucheron

Je termine ce deuxième article avec la présentation d’un nouveau créateur, Giampiero Bodino. Designer de l’ombre pour de grandes maisons, il est directeur artistique du groupe Richemont depuis 2002. L’écrin de la Biennale est petit mais les pièces épatantes, étonnantes, lumineuses, démentes… Giampiero Bodino propose une soixantaine de pièces haute joaillerie, lesquelles seront exclusivement vendues à Milan. Les ateliers français ont travaillé à la réalisation des joyaux d’une collection qui fera date. Assister à la naissance d’une maison est toujours un événement dont on se doit de parler, d’autant plus quand cette naissance est aussi étincelante.

1409053807-ed074Collier "Corona". Photo : Laziz Hamani pour Giampiero Bodino1409053807-54fffOde à l’art de la mosaïque si cher à l’Italie, bracelet "Mosaico", or blanc, jade et diamants. Photo : Laziz Hamani pour Giampiero Bodino1409053810-c4b62Le collier "Paolina" met en lumière des camées en coquillages anciens. Or rose, diamants, et rubellites complètent ce joyau. Photo : Laziz Hamani pour Giampiero Bodino.

À bientôt pour la suite !

Publié dans Coups de coeur, Expositions, Les créateurs | Tagué , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Ma Biennale des Antiquaires 2014 – (1/3)

Plusieurs années que je l’attendais ce événement ! En effet, après avoir travaillé loin de Paris durant quelques années, je n’étais pas revenue visiter la Biennale des Antiquaires depuis un bon moment. Mais voila, en 2014, j’ai la chance d’être à Paris et d’y travailler à nouveau, il n’était absolument pas possible de rater cet événement incontournable du monde l’art et de la joaillerie. Je vous propose de partir, aux travers de trois articles, à la découverte de cette Biennale, haute en couleurs et qui m’a définitivement conquise !

Jeudi 11 septembre, il est 18 heures 30 quand je rentre enfin sous la grande verrière magnifiquement restaurée du Grand Palais. Cette année, la scénographie de l’événement a été confiée à Jacques Grange, décorateur, qui a imaginé sous la verrière un jardin à la française inspiré par Versailles. Bassins, jets d’eau et topiaires aux multiples formes accueillent le visiteur qui se trouve projeté dans un monde merveilleux aux senteurs florales omniprésentes tout au long de sa visite.

BIENNALE DES ANTIQUAIRES 2014. Paris, septembre 2014. © Julio Piatti

Capture d’écran 2014-09-20 à 21.27.19

Ambiance à la Biennale des antiquaires 2014. Photos : SNA

Pour cette édition, ils sont 15 exposants à rivaliser de parures et de pièces exceptionnelles enrichies de pierres multicolores et de diamants. Treize maisons présentent les nouvelles collections de haute joaillerie et trois maisons sont entièrement spécialisées dans le bijoux anciens.

Je démarre ma visite par la maison Piaget, je vous avais parlé de la nouvelle collection de la maison Extremely Piaget que j’ai trouvé particulièrement réussi au regard de sa simplicité et de sa modernité. La Biennale est l’occasion de découvrir des pièces inédites, saphirs présentant des bleus intenses et lumineux, émeraudes de Colombie, opales, rubis et diamants taille marquise par centaines illuminent l’espace Piaget. Conquise ! Je profite de ces quelques lignes pour remercier, encore, la maison Piaget pour son accueil adorable sur son espace.

G34H7400Bague en platine sertie d’une émeraude taille coussin (environ 11,50 carats), de 30 diamants taille marquise (environ 5,40 carats) et de 2 diamants taille brillant (environ 0,32 carat). Photo : Piaget

G37LW800Collier en or blanc 18k serti de 249 diamants taille baguette (environ 47,97 carats), de 186 diamants taille brillant (environ 42,20 carats) et d’un diamant taille brillant (environ 1,01 carats). Photo : PiagetG38LU600Boucles d’oreilles en or blanc serties de 88 perles de saphir bleu (environ 130 carats), de 2 émeraudes sculptées (environ 17,20 carats), de 2 émeraudes taille poire (environ 8,54 carats) et de 122 diamants taille brillant (environ 0,73 carat). Photo : Piaget

Il est temps ensuite d’aller s’immerger dans la réplique d’un appartement des années folles, panneaux laqués de noir, grands miroirs aux cadres en bois doré, bienvenue chez Chanel. Si la stupéfiante collection Café Society fut présentée en juillet, la Biennale la voit se compléter de pièces étonnantes, faisant la part belle aux diamants, aux pierres sculptées et fait nouveau à l’émail. Et l’audace, bien souvent, paye. C’est ici le cas !

Bague Autumn in ShanghaiBague Autumn in Shanghai, or blanc et jaune, diamants et rubis. Photo : ChanelBague Vendome CometeBague Vendôme comète, en or, diamants dont centre jonquille de 1,59 carats et émail. Définitivement une de mes pièces préférées de la collection. Photo : Chanel

Quatorze ans que la maison Réza n’avait pas exposé ses créations à la Biennale, c’est donc dire si son retour méritait que l’on s’attarde sur le stand de la maison. Alexandre Réza, qui fonda la maison, fut un voyageur infatigable, un chercheur des plus belles gemmes et un créateur prolifique. Son fils, Olivier, a repris la maison il y a quelques années. Les pièces exposées cette année sont le fruit de dizaines d’années de recherche et de collection. Parmi elles, on notera des saphirs naturels (non traités) remarquables, des émeraudes colombiennes présentant des teintes hallucinantes et des diamants de la meilleure qualité. Le stand présente des pierres parmi les plus belles de la Biennale.

A.

Bague composée d’un diamant taille poire, D. Internally Flawless (type IIa), de 10.07 cts. Montée sur platine. Photo : Alexandre Réza

Old Mine Emerald Earrings

Paire de boucles d’oreilles composée de 4 émeraudes ovales de Colombie pour 51,84 carats. La partie supérieure est composée de 2 diamants ovales de 1,06 carat (E.VVS2) et 1,12 carat (F.VVS2), mis en lumière par 14,10 carats de diamants baguettes, 4 diamants carrés pour 1,56 carat et de brillants pour 2,29 carats. Partie du bas détachable.
Montées sur platine. Photo : Alexandre Réza

J’ai profité de ma visite pour découvrir, enfin, les pièces de Wallace Chan. J’avais eu l’occasion de voir de nombreuses photos et je dois bien avouer que j’avais trouvé son travail étonnamment riche. Les pièce semblaient très imposantes et j’étais très curieuse de les admirer de visu. La découverte fut à la hauteur de ce que j’imaginais. Le stand présente à la fois des bijoux et des objets d’art sertis de milliers de gemmes. J’ai pu admirer la technicité de la réalisation et le savoir-faire des ateliers qui ont œuvré à la conception. J’ai passé beaucoup de temps à les regarder tant elles présentent de choses et de détails à voir. Une très belle découverte !

20100715_clapper_1419Broche "Fluttery", tanzanites, diamants, saphirs colorés et grenats. Photo : Wallace Chan

bi2

Broche "Lueurs d’ondes" en titane, saphirs roses, diamants jaunes et noirs dont centre jaune de 6,68 carats. Photo : Wallace Chan

À bientôt pour la suite !

Publié dans Histoire du bijou | Tagué , , , , , , , | Poster un commentaire

La vente chez Bonhams, le 29 septembre : ce qu’il ne faut pas manquer

Le 29 septembre, la maison Bonhams proposera une importante vente de bijoux à San Francisco (plus de 400 lots). En général, les ventes de cette maison à SF, sont intéressantes. Cette vente, bien que très généraliste, propose quelques pièces qui valent que l’on s’y intéresse.

Capture d’écran 2014-09-20 à 18.56.44

Lot 90 : ensemble de boutons en or, diamants et cristal de roche taillé. Signée Krementz, vers 1920, cette parure complète est estimée entre 1200 et 1500 $. Photo : Bonhams

Capture d’écran 2014-09-20 à 19.00.09

Lot 91 : ensemble de boutons en or, diamants et onyx, datant des années 1920. Signés de la maison Black, Starr and Frost, l’estimation se situe entre 2000 et 3000 $. Photo : Bonhams

Capture d’écran 2014-09-20 à 19.03.29

Lot 152 : bague contemporaine en or jaune, émeraudes et diamants, signée par Peter Lindeman. Estimation entre 2000 et 4000 $. Photo : Bonhams

Capture d’écran 2014-09-20 à 19.07.09

Lot 242 : rare paire de boucles d’oreilles en or et saphirs colorés signées par Fred Leighton. Estimation entre 1500 et 2000 $. Photo : Bonhams

Capture d’écran 2014-09-20 à 19.09.10

Lot 243 : rare bague en or, diamants et lapis-lazuli par Fred Leighton. Estimation entre 2000 et 3000 $. Photo : Bonhams

À bientôt !

Publié dans Histoire du bijou | Tagué , , , | Poster un commentaire

Vente "Jewellery" chez Christie’s le 9 octobre : coups de coeur

Le 9 octobre 2014, Christie’s ouvre le bal de ses ventes de bijoux avec une jolie petite vacation qui se tiendra à Londres. À cette occasion, 200 lots seront dispersés. Tour d’horizon des pièces à ne pas manquer.

Capture d’écran 2014-09-20 à 18.10.24Lot 24 : pendentif abritant une montre miniature. L’ensemble est signé Girard Perregaux, réalisation en or jaune et émail. Notons que le personnage est animé, quand le capuchon de la montre est fermé, il a les yeux ouverts et tire la langue. Pour cette petite merveille qui mesure 4,5 cm de long, l’estimation se situe entre 2000 et 3000 £. Photo : Christie’s

Capture d’écran 2014-09-20 à 18.15.14

Lot 51 : bague médiévale datant du XIVe siècle en or jaune, provenant d’une collection particulière danoise, elle est estimée entre 1200 et 1600 £. Photo : Christie’s

Capture d’écran 2014-09-20 à 18.23.27

Lot 197 : Importante parure en or jaune, camées sur pierres dures (calcédoines) et émail. Ce qui rend, précisément, cette parure intéressante c’est son histoire. En effet, il faut savoir que celle-ci fut offerte par John Yardley Clark à son épouse Henriette. Pour comprendre, il faut replacer M. Clark dans l’histoire : il fut le médecin personnel de Joseph Bonaparte, frère de Napoléon Bonaparte, qui vécu aux USA après son exil suite à la défaite de Waterloo. Cette parure est demeurée dans la famille jusqu’à aujourd’hui et c’est un descendant de Henriette Clark qui la vend auprès de la maison Christie’s. Estimation entre 8000 et 12.000 £. Photo : Christie’s

Capture d’écran 2014-09-20 à 18.35.27

Lot 202 : rare broche datant de la fin du XIXe / début du XXe siècle, en or, aluminum et diamants. Estimation entre 6000 et 8000 £. Photo : Christie’s

À bientôt !

Publié dans Coups de coeur, Ventes aux enchères | Tagué , , , , , , | Poster un commentaire

L’avenir passera-t-il par le bijou connecté ?

Il y a bien longtemps, les femmes (mais parfois aussi les hommes à l’intérieur des vestons) portaient des pendentifs / médaillons qui avaient la particularité de s’ouvrir. Parfois certains contenaient des miroirs ou des petites vitres de verre. On y conservait religieusement la photo de l’être aimé ou disparu, la première mèche de cheveux coupé à son enfant. L’idée était de garder prés de son cœur des éléments des personnes qui comptaient le plus pour la personne qui arborait ce bijou.

Avec la démocratisation de la photo, ces bijoux étaient tombés en désuétude… Mais qu’à cela ne tienne, Jennifer Darmour – designer mais surtout directrice de la société Artefact, une agence de consulting en design, a imaginé un concept de bijou connecté.

Le concept, particulièrement élégant et fort simple, est de pouvoir recevoir et conserver toutes les photos des personnes qui vous sont chères. Si tant est que ces personnes les partagent via les réseaux sociaux. Ainsi, chaque nouvelle photo publiée par l’un de vos amis sera transmise directement par Bluetooth à "Purple", le médaillon digital imaginé par Artefact. Comme le précise Jennifer Darmour, l’idée n’est pas forcément d’avoir des centaines d’amis pour recevoir des photos tout le temps mais plutôt de permettre à l’utilisateur du médaillon de créer un rapport encore plus intime avec les gens qui comptent vraiment pour lui.

Si "Purple", n’est encore qu’à l’état de projet, il devrait fonctionner avec tout les types de réseaux sociaux mais aussi les SMS, MMS… La société Artefact recherche désormais des partenaires pour développer l’idée et la commercialiser. Mais, il ne fait que peu de doute quand au succès que pourrait rencontrer ce type d’objet connecté à l’avenir.

locket1"Purple" remet au gout du jour le médaillon à souvenirs de nos aïeux. Avec un design simple mais très réussi, il a pour but de conserver les photos des gens qui comptent le plus pour vous. Photo : Artefact

locket6

Pas de notifications bruyantes, une simple lumière vous avertira de la réception d’une nouvelle photo. Photo : Artefact

flip2802

"Purple", une autre expérience du partage de photos. Et vous, est-ce que vous porteriez ce type de bijou ? L’idée est intéressante, le temps nous dira si elle séduira d’éventuels utilisateurs. Photo : Artefact

À bientôt !

Publié dans Coups de coeur, Un peu de technique | Tagué , , , | Poster un commentaire