Daniela Mascetti, une femme Sotheby’s

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Le 12 novembre 2018, la maison de vente aux enchères Sotheby’s proposera certainement ce qui devrait être La vente de la saison 2018-2019 en proposant aux acheteurs internationaux la collection de bijoux de la Famille Bourbon-Parme. Une collection incroyable qui retrace plusieurs siècles d’une histoire royale européenne pleine de rebondissements et de changements. Parmi les pièces qui seront proposées figurent plusieurs pièces ayant appartenu à la Reine Marie-Antoinette. Des pièces que l’on pensait perdues définitivement…

On November 12, 2018, the auction house Sotheby’s will certainly propose what should be The sale of the 2018-2019 season by offering to international buyers the jewelry collection of the Bourbon-Parma family. An incredible collection that traces several centuries of a European royal history full of twists and changes. Among the pieces to be proposed are several pieces that belonged to Queen Marie Antoinette. Pieces that we thought lost forever …

Daniela mascetti

Daniela Mascetti en Mai 2017. Daniela Mascetti in May 2017. Photo : Sotheby’s

En mai 2018, je me suis rendue à Genève pour découvrir GemGenève mais également les expositions des grandes ventes de printemps des maison Sotheby’s et Christie’s. A cette occasion, j’ai eu la chance et le privilège de rencontrer durant plus d’une heure Mme Daniela Mascetti, la Directrice Europe pour la Joaillerie et l’une des plus grandes spécialistes dans ce domaine. Ce fut un moment vraiment remarquable et particulièrement enrichissant. Je lui ai donc proposé de se raconter à travers cette interview que je vous livre aujourd’hui avant de vous reparler d’ici quelques semaines des bijoux d’une reine dont les français se souviennent pour son destin plus que tragique.

In May 2018, I went to Geneva to discover GemGeneva but also the exhibitions of the big spring sales of the Sotheby’s and Christie’s houses. On this occasion, I had the chance and the privilege to meet for more than one hour Mrs. Daniela Mascetti, the Europe Director for Jewelry and one of the greatest specialists in this field. It was a truly remarkable and particularly rewarding moment. I therefore offered her to tell her story through this interview that I share today before speaking in a few weeks about the jewels from a queen whose French remember for her tragic destiny.

1- La joaillière est votre passion. Pourquoi avoir finalement choisi de travailler dans ce domaine ? Est-ce que ce fut une opportunité, est-ce que vous aimiez la joaillerie depuis longtemps ou cela avait-il un lien avec votre histoire familiale ? Jewelry is your passion, why have you finally chosen to work with jewels? Is it opportunity, something you loved since a long time or linked to your family history ?

Ce fut un vrai hasard ! J’étais archéologue et j’étais fatiguée de la bureaucratie excessive des musées italiens et des universités. Dans un premier temps, je suis partie à Londres pour améliorer mon anglais. Comme mon niveau n’était pas mauvais du tout, j’ai décidé de trouver un cours sur l’art et je me suis inscrite chez Sotheby’s pour un programme sur neuf mois : « Sotheby’s Works of Art ». Imaginé pour être complètement immersif, ce programme m’a permis de compléter mes connaissances sur toutes les formes d’art que la maison avait la chance de voir passer dans ses différents départements. J’ai adoré ces quelques mois et je dois dire que cela a été une de mes meilleures années. Après cela, j’étais prête à rentrer en Italie, à reprendre l’archéologie et à retrouver la bureaucratie italienne. J’ai alors reçu une proposition pour un entretien chez Sotheby’s et après dix minutes de discussion, on me proposait un poste dans la maison. J’ai dit oui avant même de savoir de quoi il retournait. En réalité, il s’agissait d’un poste pour intégrer et débuter au département bijoux à Milan. Alors j’ai dit « Je ne connais rien aux bijoux – je les aime beaucoup, mais je ne suis pas une experte ! » ; et on m’a répondu « Pensez-vous que ce soit un problème ? Vous pourriez apprendre ! ». Ce fut alors le début d’un long processus d’apprentissage. Et me voila aujourd’hui devant vous !

It was just by chance ! I was an archaeologist, and I was getting tired of the rather excessive bureaucracy in Italian museums and universities, so I decided to go to London to improve my English. I knew the language well enough not to need to do a language course, so I was looking for an art course in English. I found a course at Sotheby’s, it was called “Sotheby’s Works of Art” in those days : it offered full immersion for 9 months, learning about all forms of art which Sotheby’s handled at that time. I loved the course, and I felt it was my best year ever. I was getting ready to go back to archaeology (and bureaucracy) in Italy, when I was invited for a job interview and as a consequence of a 10-minute job interview, I was offered job in Sotheby’s Milan office. I must admit, I said yes before even knowing what the job was! It turned out the job was to start the Jewellery department in Milan… so I immediately said, “I don’t know anything about jewels – I love them, but I’m not an expert !” They said, “Do you think this will be a problem? You can learn !”  That was the beginning of a very very long process… and here I am now !

Daniela mascetti,

Paire de boucles d’oreilles en or et argent, diamants, XIXe siècle. En provenance de Marie-Thérese de Savoie, Duchesse de Parme. Estimation entre 150,000 et 250,000 $. Silver and gold diamond earrings, 19th century. From the Marie-Therese de Savoie, Duchess of Parma former collection. Valuation between $ 150-250k. Photo : Sotheby’s

2- Vous avez rejoint Sotheby’s en 1980. Comment décririez-vous vos quarante dernières années au sein de cette vénérable maison ? You joined Sotheby’s in 1980. How can you describe your Sotheby’s journey during these 40 last years ?

J’ai débuté de zéro avec quelques connaissances extrêmement basiques : les saphirs sont bleus et les émeraudes sont vertes… Ce serait difficile de décrire tout ce long processus d’apprentissage mais je suis passée par de nombreux cours de gemmologie, j’ai appris l’approche clientèle de la maison, la psychologie des acheteurs et des vendeurs. Enfin, j’ai appris à tenir le marteau et à devenir un véritable auctioneer pour la maison Sotheby’s.

I started right from zero, from the beginning with basic knowledge (that sapphires are blue and emeralds are green…) I really had to cover the whole long journey of learning – I qualified through a gemmology course, I learned about Sotheby’s approach to serving clients, the psychology of buying and selling, and then of course how to be an auctioneer.

3- Quel fut votre plus beau souvenir dans votre parcours chez Sotheby’s ? What are your more unforgettable moments during your Sotheby’s career ?

Et bien, je pense pouvoir dire que l’un des moments les plus excitants de ma carrière fut d’être l’une des premières personnes à pouvoir admirer les écrins de la Duchesse de Windsor. C’était en 1986. Nous préparions alors la vente qui s’est tenue une année plus tard à Genève en Avril 1987. Ce fut un moment vraiment spécial et émouvant que de pouvoir tenir dans mes mains les bijoux offerts par un roi, qui avait décidé d’abdiquer pour une femme américaine deux fois divorcée, à cette femme qu’il aima toute sa vie. Cette histoire d’amour fut l’une des plus belles du XXe siècle et les bijoux qui la racontent étaient absolument somptueux. Cette vente de 1987 a véritablement entériné quelque chose dans notre domaine : l’importance de la provenance des bijoux pour les acheteurs. Ce fut un changement d’une importance capitale pour les ventes aux enchères de bijoux.

Well, I think that one of the highlights of my career was to have been among the very first people to open the boxes containing the Jewels of the Duchess of Windsor, back in 1986. That was in preparation, of course, for the landmark sale that we held in Geneva in April 1987. It was really a special moment to place my hands on jewels that had been given by an English king, who decided to abdicate in order to marry a twice-divorced American woman, in order to love her for the rest of his life. It was a truly great love story, behind some amazingly beautiful jewels. And that sale in 1987 was really the beginning of appreciation for provenance in jewellery… a really great change in the world of jewellery auctions.

Daniela mascetti, marie-antoinette

Pendentif en or et argent, diamant et perle fine. En provenance de l’écrin de la Reine Marie-Antoinette. XVIIIe siècle. Estimation entre 1 et 2 million de dollars. Silver and gold pendant featuring diamonds and natural pearl. From Queen Marie-Antoinette, 18th century. Valuation between $ 1-2 millions. Photo : Sotheby’s 

4- Sotheby’s a vendu de nombreuses collections d’un grand raffinement mais la collection Bourbon-Parme est certainement l’un des plus beaux ensembles jamais présenté ces dernières années. Si des pièces Bourbon-Parme ont pu être admirées ponctuellement, cette collection demeure incroyable. Comment se passe le processus d’estimation quand un tel ensemble se présente dans un département ? Sotheby’s have sold some of the most refined jewelry collections, but the Bourbon-Parma collection is certainly one of the most interesting ensemble from these last years. If we have punctually seen some Bourbon-Parma jewels in auction, this large ensemble is incredible. How is working the jewelry department when an exceptional collection as this one is coming to auction ?

C’est véritablement un processus excitant ! Il y a cette sorte « d’électricité » partout dans le département et les membres « clés » commencent à tous travailler ensemble. C’est absolument fascinant de voir tout ce petit monde qui bourdonne autour des pièces. Par exemple, le spécialiste des pierres de couleurs va se damner pour les incroyables rubis birmans qui se présentent ; un historien va se focaliser sur la généalogie qui accompagne les bijoux ; et un autre historien va essayer de trouver la trace de la fabrication des objets. Par exemple, ce bijou que l’on pensait des années 1870, et bien on se fait confirmer qu’il date de 1869 parce que l’on retrouve sa trace dans des documents de famille. Et c’est un grand bonheur que de pouvoir détailler autant l’histoire de ces pièces. C’est un véritable travail d’équipe. C’est si rare et tellement extraordinaire de devoir documenter un tel écrin. C’est un moment dont l’on veut profiter au maximum.

It is really exciting! There is a kind of electricity throughout the department: you can really feel key members of the team coming together: for example, a person who is especially fascinated by gemstones will be going wild for the Burmese rubies; the historian in the group is going crazy for genealogy which accompanies the jewels, and the jewellery historian who estimates that a jewel comes from around 1870 has this confirmed when they find out that the piece was given by such-and-such a figure in history, to another member of the family confirming that indeed, the jewel was made in 1869 – that is such a thrill. This is a really multifaceted team effort. And the fact that we have so many jewels together at the same time is quite extraordinary, very exciting to work on.

5- Combien de mois ont été nécessaires pour s’assurer de la réelle provenance des pièces et pour pouvoir communiquer avec certitudes sur la collection ? How many months of work were necessary to be sure of the jewels’ histories before to communicate about this collection ?

Mais les recherches continuent. Nous n’avons pas encore terminé de tout documenter. Mais il nous a fallu de très nombreux mois pour arriver au stade où nous en sommes.

Research is still ongoing. It has taken us several months to reach the point where we are now !

6- Découvrir les bijoux perdus de Marie-Antoinette est un moment rare. Comment avez-vous pu donner une estimation à ces objets ? Discovering the lost jewels of Marie-Antoinette is certainly an incredible moment. How you and the jewelry department have given the valuation for these historic jewels?

C’est certainement le plus gros challenge de notre travail. Vous pouvez calculer le prix par carat d’un diamant ou donner une estimation pour une perle en vous basant sur son lustre, son poids ou la perfection de sa forme. Mais vous ne pouvez absolument pas quantifier de manière scientifique l’engouement du marché pour une provenance historique. Donc, par exemple, pour le pendentif de Marie-Antoinette en diamants et perle, nous avons donné une estimation entre 1 et 2 million de dollars. En considérant sa provenance et le fait que la Reine a eu cet objet dans ses mains, cela ne nous a pas semblé extravagant. Mais peut-être fera-t-il bien plus et c’est ce que nous espérons !

That is the most challenging part of our job. You can calculate the price per carat of a diamond, and you can place a price on a pearl based for example on its lustre, its weight, its measurements, the perfection of its shape… But you cannot quantify with any scientific method the impact of provenance on the market. So, for example with Marie Antoinette’s diamond and pearl pendant, we have chosen this figure of $1-2 million. Considering the provenance, that Marie Antoinette held it in her hands, it doesn’t seem to us to be a very extravagant estimate, so perhaps it will achieve rather more than that !

7- Durant le processus d’évaluation, avez-vous découvert des poinçons, des signatures (particulièrement sur les pièces de Marie-Antoinette) nous permettant d’en savoir plus sur les joailliers qui oeuvraient pour elle ? During the valuation process, have you discover some maker’s marks (especially for Marie-Antoinette Jewels) allowing to know the jewelers who worked for the Queen ?

A l’époque de la fabrication de ces bijoux, les joailliers ne signaient quasiment jamais leurs pièces. Nous ne nous attendions donc pas à une grande découverte. Et nous n’en avons pas fait d’ailleurs. Mais, par contre, les pièces plus tardives possèdent des poinçons et des signatures. Cela nous a donc permis de les documenter plus encore.

At the time when these jewels would have been made for Marie Antoinette,  signing jewels or stamping them with a maker’s mark was not  a practice yet. For that reason, we weren’t expecting to find makers’ marks or signatures, and we did not. But of course, many of the later jewels in the collection have makers’ marks or even signatures on them, as the practice became much more common.

Daniela mascetti

Broche en argent et or, diamants et rubis de 6,89 carats, signée Bachruch, donné à l’Archiduchesse Marie-Anne d’Autriche – Princesse Elie de Bourbon-Parme – pour la naissance de son fils Charles en 1905. Estimation entre 200,000 et 300,000 $. Silver and gold brooch featuring diamond and a 6,98 ct ruby. Given by Archduke Frédéric of Austria to his daughter, Archduchess Marie Anne of Austria, Princess Elie de Bourbon Parme, for the birth of her son, Charles, in 1905. Valuation between $ 200-300k. Photo : Sotheby’s 

8- En tant que française, je souhaiterai que certaines pièces intègrent un musée comme le Louvre. Est-ce que certains musées européens ont fait part d’un intérêt pour ces bijoux ? As French I loved to see some of these pieces in the Louvre collection. Is this Museum or others have showed an interest for these rare jewelry pieces ?

Premièrement, il faut bien avoir en tête que les pièces proviennent de la collection de Marie-Antoinette mais aussi de la famille Bourbon-Parme. Bien sur, nous serions heureux d’en voir dans nos musées mais c’est à eux de décider.

Well firstly I would note that all of these were jewels in the personal collections of Marie Antoinette and of the Bourbon family. Of course, we would love to see them in a museum, but this is really up to museums to decide.  

Dans le passé, plusieurs bijoux vendus par notre maison ont été acquis par des musées. Par exemple la tiare de l’Impératrice Eugénie (qui faisait partie de la collection de la famille Thurn & Taxis) est désormais au Louvre. Cette pièce fut vendue en 1887 lors de la vente des diamants de la Couronne et elle fut acquise par la famille Thurn & Taxis, 17 ans après la fin de la Monarchie. Mais les pièces de novembre sont des pièces de collections privées personnelles. Il ne s’agit pas des diamants de la couronne.

We have in the past seen cases of jewels which ended up in museum collections,  a famous example being Empress Eugenie’s tiara, which was part of the Thurn & Taxis family collection, and is now exhibited in the Louvre. That piece was among the state jewels of France which were sold at auction in 1887, 17 years after the fall of the monarchy, and subsequently became part of the Thurn & Taxis family’s private collection. But the jewels we will be offering in November are all from personal collections, not the crown jewels.

9- Pour finir, j’aimerai vous demander comment serait votre vente idéale ? Est-ce que vous rêveriez de voir passer en vente une pièce en particulier ? To finish what could be your ideal auction? Have you something you will love to see one day in a Sotheby’s auction ?

En tant qu’historienne de la joaillerie, je crois que j’aimerai voir une collection qui couvre la totalité de la création joaillière, de 1700 aux années 2000. Ce serait merveilleux de trouver un ensemble où chaque décennie serait représentée par une pièce typique et marquante. Ce serait assez incroyable de voir 300 ans d’histoire et de périodes stylistiques parfaitement résumées en 30 pièces !

Being a jewellery historian, I would love one day to see a collection which comprises one item specific to each period of jewellery creation, i.e. from 1700 to 2000. It would be wonderful to find a collection where every decade is represented by a typical jewel from that decade. That way you could see 300 years of history, and period design, perfectly mapped out in, say 30 pieces of jewellery !

*****

À bientôt !

See you soon !

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.